Trois sites Internet dont les étudiants ne savent pas (tous) se servir

Ou, pour les optimistes, trois sites Internet dont les étudiants apprennent à se servir au fil de leurs études :

  1. Wikipedia. Le génial projet d’une encyclopédie en ligne modifiable par “tous” requiert un minimum de discernement du côté des lecteurs. Je me souviendrai toute ma vie de ma deuxième copie, corrigée à Édimbourg, où une étudiante en troisième année de sociologie avait basé deux pages de définition du liberalism sur l’entrée Wikipedia du même nom.
  2. Google. Si je me base sur les liens qui apparaissent dans les bibliographies d’exposés, l’algorithme PageRank est apparemment un excellent moyen de hiérarchiser l’information nécessaire pour rédiger un travail universitaire. Et pour une raison qui m’échappe totalement, Google Scholar reste inconnu de l’immense majorité des étudiants.
  3. Facebook. J’aime bien Facebook, mais je ne comprends toujours pas (et ne comprendrai probablement jamais) le besoin vital d’y jeter un coup d’oeil toutes les quinze cinq minutes. Si l’on rajoute les autres distractions, le temps de cerveau disponible en cours tend vers zéro. Une raison suffisante pour confiner les ordinateurs portables à leurs sacoches ? Nouveau débat ?

Attention, je n’ai pas écrit que les enseignants-chercheurs savaient mieux se servir d’Internet que les étudiants… Je suppose que, dans les deux cas, on a affaire à une distribution log-normale standard, c’est-à-dire avec beaucoup de personnes peu voire pas formées, ou pire, pensant l’être, et des minorités de plus en plus réduites au-delà du niveau qui devrait être le niveau standard. Ce n’est pas très sympathique de le faire remarquer, mais cela me semble vérifié par l’expérience, comme plein d’autres choses pas très amusantes.

Est-ce que c’est le début des cours qui me déprime comme ça ? ou juste un mécanisme d’auto-défense face à mon syndrome de l’imposteur, qui revient toujours à la charge en début de semestre face aux cours magistraux ?



Citer ce billet
François (2011, 30 janvier). Trois sites Internet dont les étudiants ne savent pas (tous) se servir. Polit’bistro. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/synd

2 réponses sur « Trois sites Internet dont les étudiants ne savent pas (tous) se servir »

  1. (Comme je sais qu’ici on discute, je viens faire un petit tour.)

    Le point le plus important du billet est sans doute le moins amusant effectivement : la-l’in-formation des enseignants-chercheurs aux usages de l’Internet et en particulier ses usages pédagogiques – mais comme on ne forme quasiment plus les profs du secondaire, on se demande bien comment on pourrait lancer une formation dans le supérieur, sauf via la formation doctorale des moniteurs, qui ne touche pas tous les futurs enseignants malheureusement.

    Pour les ordinateurs des étudiants, il y a une autre solution : venir faire cours dans le 93, les étudiants sont beaucoup moins équipés, on n’a aucun problème avec Facebook en cours…

    Sur l’imposture, excellent livre d’Andrée Bauduin : Psychanalyse de l’imposture (PUF 2007), avec quelques cas cliniques pas piqués des hannetons – bonne lecture !

    1. La différence entre les enseignants-chercheurs et les étudiants, c’est que dans la première catégorie, il y a des personnes qui ont développé une mythologie personnelle leur permettant de lutter contre la nécessité de se former : comme chez les toxicomanes, il y a des réfractaires qui se construisent tout un discours pour rationaliser leur pratique.

      Je ne connais pas très bien différences entre les foyers du 93 et ceux que j’ai en cours, mais je pense que la taille du foyer doit y être pour quelque chose : les étudiants de mon université sont loin d’être riches, mais ils disposent d’un accès à Internet chez eux dans 75% des cas, et environ un quart amène un ordinateur portable en cours.

      Merci pour la référence !

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search