Blogging scientifique : la critique argumentée

Fin octobre, le politiste Henry Farrell (Crooked Timber) a publié sa plus longue critique de l’éditorialiste Megan McArdle (The Atlantic). Il y reprend l’historique complet de leurs échanges, faits de désaccords quasi-systématiques sur tout un tas de sujets liés à l’actualité politique américaine.

Dans le débat Farrell/McArdle, le désaccord s’exprime sous la forme de longues notes se répondant à peu près les unes les autres. Les protagonistes n’ont pas le même statut : political economist d’un côté, business editor de l’autre. Mais en ligne, les deux détiennent la même possibilité d’expression, via leurs plateformes de publication respectives.

Quiconque a passé un peu de temps à lire des blogs dans les cinq dernières années sait que ce style d’échange est aussi commun que la critique des leaders et des institutions politiques. Dans le cadre du blogging scientifique, la tendance est plutôt aux notes informatives, parce que la première mission que se fixent les blogueurs scientifiques consiste généralement à faire connaître des objets de recherches éclipsés ou déformés par le reste de l’information en ligne.

La critique argumentée se réintroduit discrètement dans le blogging scientifique par ses marges : critiques d’ouvrages, critiques sur le fonctionnement de l’enseignement supérieur et la recherche, critiques sur la stupidité routinière dans le même secteur, et ainsi de suite.

Sur ce blog, il y a peu de critique argumentée, probablement parce que la plupart de mes impressions critiques ne sont pas argumentées et s’évacuent très bien sous la forme d’un bref message sur Facebook ou Twitter. Sur certains sujets, j’ai juste eu envie de laisser une trace un peu plus visible en ligne.

Il reste que pointer les insuffisances du journalisme (notamment en matière de sondages) ou de la classe politique (notamment en matière de décision économique) reste une manière, pour les blogueurs scientifiques, de signifier à leur lectorat que l’univers des discours publics est délimité : la sphère scientifique se préserve une marge d’autorité sur les autres en disqualifiant les raccourcis et/ou l’aveuglement d’autres professions.


2 réponses sur « Blogging scientifique : la critique argumentée »

    1. Le texte du billet est encore plus désorganisé que d’habitude, mais content que cela vous ait plu ! J’ai essayé de reprendre des éléments de réponse fournis lors de la conférence à l’EHESS (mon historique me dit d’ailleurs que vous aviez laissé un commentaire sur le compte-rendu de cette conférence).

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search