Plagiats

Il y a du plagiat partout, et si le plagiat scolaire reste la forme la plus visible de cette pratique, c’est seulement parce qu’on désigne le plagiat industriel, par exemple, avec d’autres termes. L’ubiquité du plagiat se comprend encore mieux lorsque l’on prend conscience que certaines activités culturelles, comme la calligraphie, s’apprennent principalement par réplication. L’imitation s’arrête là où les sociétés décident de reconnaître, avec Hegel et Locke, la présence d’une oeuvre de l’esprit dont l’appropriation stricto sensu constitue une violation de la propriété intellectuelle.

Le plagiat de travaux de recherche combine plusieurs dimensions—c’est un plagiat scientifique, universitaire, voire industriel dans l’acception large du terme. Des plagiats sont régulièrement détectés, mais s’il est commun d’évoquer le plagiat étudiant, le plagiat scientifique souffre apparemment d’une omerta toute résumée dans cette formule que j’ai lue, entendue, condamnée : “on ne dénonce pas un collègue”. Paradoxalement, le milieu universitaire paraît parfois encore plus hostile au whistleblowing que d’autres où celui-ci peut avoir des conséquences beaucoup plus graves ; je pense à l’industrie, ou à l’armée. Il y a certainement un effet de taille du secteur.

J’ai découvert, il y a deux mois, que l’auteur d’un blog sur le plagiat universitaire avait été assigné en justice pour une partie de son travail, pourtant exemplaire, sur ce sujet. En relisant son blog, que j’avais déjà parcouru rapidement, j’ai découvert des plagiats géographiquement très proches des lieux où j’enseigne. Récemment, j’ai aussi entendu parler d’une enseignante parisienne plagiant… les travaux de ses étudiants. L’an dernier, il y a aussi eu un cas à proximité de mes thèmes de recherche aux États-Unis.

Avant de réagir sur l’essentiel (l’auteur est accusé de s’en prendre nominativement à ses pairs, dans sa propre université), j’ai décalé la publication de cette note. J’évite autant que possible de réagir à chaud, dans un effort désespéré de limiter le nombre impressionnant de conneries qu’il m’arrive d’exprimer, d’autant plus facilement lorsqu’il me manque le minimum de recul qui permet généralement de tourner son clavier au moins deux ou trois fois dans sa bouche. Lorsqu’il m’arrive de déroger à ma propre consigne, je commets parfois des erreurs que je regrette amèrement, surtout lorsqu’elles semblent irréparables, même à long terme.

Mais dans le cas présent, il faut, je pense, prendre unilatéralement la défense de l’auteur du blog. Un collègue m’a appris, il y a plusieurs années, qu’il faut savoir choisir ses ennemis, et concrètement, les plagiaires qui accusent Jean-Noël Darde d’être une sorte d’acharné dépourvu de déontologie se rendent coupables, à mon sens, d’une tentative aussi pitoyable qu’impardonnable de renversement du stigmate. J’espère que la justice saura exprimer la sagesse qu’il lui est arrivé de démontrer par le passé dans d’autres circonstances.

Histoire de détendre l’atmosphère, je signale que tous les plagiaires du monde ont au moins un point commun avec l’homme qui restera probablement le crétin le plus puissant du 21e siècle.


Une réponse sur « Plagiats »

  1. J’ai fait état de menaces de plaintes à mon encontre par 3 de mes collègues impliqués dans des affaires de plagiat. Ces menaces étaient bien réelles et ont été officiellement exprimées devant le Conseil d’administration de l’Université Paris 8.

    Une des affaires en question, assez consternante, est présentée sur mon blog dans l’article “Thèse-plagiat : le sixième juré et les félicitations (Paris 8)“.

    Ma meilleure défense, devant le silence courageux des instances de l’Université Paris 8 (un des 3 collègues impliqués a été vice-président de cette université et est toujours membre de son conseil d’administration), a été de rendre ces menaces publiques à travers mon blog Archéologie du copier-coller.

    Rassurez-vous, cela semble avoir été efficace : j’attends toujours la notification de la plainte… Je n’ai donc pas été “assigné en justice”. Pas encore…

    Lundi prochain, 17 janvier 2011, mon blog publiera un dossier préparé avec l’aide d’un collectif d’enseignants et chercheurs sur des plagiats serviles… Le plagiaire est Président d’Université.

    Qui va s’en plaindre ?

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search