Blogging scientifique : la taille des textes

Trop court, trop long… La taille des textes se pose pour n’importe quel travail, de la copie d’étudiant au manuscrit de thèse. Les textes publiés dans les revues scientifiques n’échappent pas au problème, étant donné que les limites actuelles mélangent des critères scientifiques et des critères obsolètes liés à la publication imprimée. Qu’en est-il des blogs scientifiques ?

En règle générale, la publication en ligne se fait sur un format court, voire très court, qui correspond à un seul “feuillet” en jargon journalistique, sinon plus court. Contrairement aux mauvaises pratiques des sites Internet de certains supports de presse, elle se fait également sur une seule page. Les textes plus longs sont sériés, à la manière des romans de Charles Dickens, d’abord publiés sous forme de feuilletons de revue.

Un travail scientifique (déjà cité) de notes publiées sous forme de série est le feuilleton de la réforme des retraites par Antoine Bozio, sur Ecopublix. Au passage, Antoine Bozio (que je ne connais pas et dont je doute qu’il lise ce blog) est en train d’écrire un monument du blogging scentifique en langue française, je l’écris pour la postérité de l’analyse : allez donc le lire.

Voici un autre exemple, avec un autre doctorant en économie, Roy Mill, qui a détourné le format du blog pour produire un court manuel de manipulation de données sous Stata. Et encore un autre exemple : Daniel Little, que je cite dès que j’en trouve l’occasion pour partager ce joyau qu’est son blog, publie sous la forme d’un ouvrage généraliste d’épistémologie et de sciences sociales. J’ai aussi souvenir d’un enseignant en philosophie à la retraite qui publiait ses mémoires sous cette forme, en rajoutant des numéros de chapitres.

Les formats varient, mais en règle générale, toujours, il faut se limiter à des paragraphes courts et à une longueur de texte qui corresponde au lectorat : dans le cadre d’un blog qui vise même marginalement au-delà d’un public de niche, le format scientifique classique doit être adapté à la lecture en ligne.

Pour terminer sur une illustration un peu déviante mais d’excellente qualité, je signale les quasi-aphorismes de Martin Kusch, sur son pseudo-blog qu’il transforme aussi en recueil annuel. La concision n’est pas un carcan, il suffit de réfléchir à la demande (le lectorat) avant de penser à l’offre (le texte), et de trouver un point optimal.