Dans les revues, vol. 2 : Lipset et Rokkan

Pour une raison que je ne m’explique guère, les travaux de Lipset et Rokkan1 jouissent d’une piètre réputation chez beaucoup de politistes français2.

Mais l’actualité éditoriale permet à ceux qui veulent aborder ces auteurs toujours très cités par la littérature internationale3 de le faire assez aisément. En effet, les Editions de l’Université de Bruxelles ont eu la bonne idée de publier une traduction française de l’introduction de l’ouvrage de 1967 des deux maîtres4. On pourra regretter que l’opuscule coûte tout de même sept euros, mais au moins cela a le mérite de rendre ce texte ultra-classique très aisément accessible à tous les étudiants en science politique.

Par ailleurs, les Belges apparaissent décidément comme les repreneurs du flambeau francophone rokkanien, puisque le Courrier hebdomadaire du CRISP (au passage, la seule revue de science politique francophone hebdomadaire à ma connaissance) publie un numéro en forme d’état des lieux de la structure des clivages et des partis en Belgique5. Je n’ai pas encore lu, mais ça a l’air très complet. La discussion sur la manière dont la théorie des clivages peut rendre compte (ou pas) des partis d’extrême droite m’intéresse particulièrement.

Parmi les autres ressources francophones sur Lipset/Rokkan, citons notamment deux dossiers de la Revue internationale de politique comparée, l’un consacré à Seymour Martin Lipset lui-même6, dans lequel on lira notamment la contribution de Pascale Delfosse, et l’autre consacré précisément à la théorie des clivages7, dans lequel la contribution de Florence Haegel fait notamment le point sur la situation française. Par ailleurs, André-Paul Frognier a publié en 2007 un papier8 sur la théorie des clivages appliquée à la Belgique , qu’on lira donc en parallèle de l’opuscule de de Coorebyter.

On se reportera aussi, enfin, aux ouvrages de Daniel-Louis Seiler9, qui a été un des introducteurs des travaux de Lipset et Rokkan en France et a utilisé ces tarvaux pour proposer une classification des partis, permettant la comparaison internationale.



Citer ce billet
Joël (2009, 7 mars). Dans les revues, vol. 2 : Lipset et Rokkan. Polit’bistro. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syk1

  1. Lipset, S. M., et S. Rokkan, Party Systems and Voter Alignments: Cross-national Perspectives, New York, The Free Press, 1967. []
  2. On se référera par exemple à ce qu’en disent Lagroye, François et Sawicki dans leur manuel de référence de Sociologie politique, pp. 263-265 []
  3. Voir par exemple ce qu’en dit Google Scholar. []
  4. Lipset, Seymour Martin, et Stein Rokkan, Structures de clivages, systèmes de partis et alignement des électeurs : une introduction, Bruxelles, Ed. de l’Université de Bruxelles, 2008. ISBN :978-2-8004-1427-0 []
  5. De Coorebyter, Vincent, “Clivages et partis en Belgique”, Courrier hebdomadaire du CRISP, 2008, n° 2000, pp. 7-95.  ISSN : 0008-9664 []
  6. Revue internationale de politique comparée, “Dossier : Seymour Martin Lipset”, 2008, vol. 15, n° 3, ISBN : 9782804157579. []
  7. Revue internationale de politique comparée, “Les clivages en politique”, 2005, vol. 12, n° 1, ISBN : 2-8041-4758-4. []
  8. Frognier, André-Paul, “Application du modèle de Lipset et Rokkan à la Belgique”, Revue internationale de politique comparée, 2007, vol. 14, n° 2,  pp. 281-302 []
  9. Notamment : Seiler, Daniel-Louis, De la comparaison des partis politiques, Paris, Economica, 1986 et Seiler, Daniel-Louis, Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1993. []

3 réponses sur « Dans les revues, vol. 2 : Lipset et Rokkan »

  1. Les publications récentes sur Lipset / Rokkan que vous citez correspondent essentiellement à une sorte de filière “belge” de la science politique de langue française. Cette partie de la science politique francophone est en effet restée trés attentive à cette idée de clivages pour d’évidentes raisons de vie politique belge.

    Le faible intérêt pour les travaux de Rokkan et Lipset au sein de la science politique française s’entrelace sans doute avec des considérations extra-scientifiques diverses: la version publiée en français de Polical Man dès si je ne trompe les années 1960 ne parait pas très favorable à une analyse critique de la vie politique. Il n’y est question que de lutter contre les extrémistes de droite comme de gauche. Cela parait sans doute alors comme trés conservateur – ce qui constitue de fait comme une idée fausse au regard du parcours politique et scientifique de Lipset. De plus, les deux auteurs publient des macro-théories à foison (en concurrence avec les diverses nuances de marxisme qui se développent alors), ce qui ne correspond pas du tout au tournant empirique sur des petits objets qui va dominer ensuite. En tout cas, quand quelqu’un écriera une histoire de la science politique française, cela sera l’un des éléments dont il faudra rendre compte.

    Pour ma part, je les considère comme des auteurs importants, que j’ai découvert de fait via mon terrain italien (en Italie aussi dans les années 1990, les deux auteurs surtout Rokkan ne sont pas oubliés). La publication de l’introduction de 1967 est bienvenue, surtout pour des motifs pédagogiques de facilité d’accès.

  2. J’aurais tendance à penser que la faible résonance de ces travaux en France reflète le faible intérêt de beaucoup de politistes français pour les phénomènes qui ont du mal à trouver leur place dans les contours hexagonaux… Désintérêt qui touche la politique comparée en général et l’étude du “système politique” en particulier dans sa dimension structurante (étape inévitable dans la démarche comparative), au profit d’une orientation plus microsociologique. Les deux perspectives étant assez difficilement réconciliables. Ceci dit, la sociologie historique trouve parfois aussi des ressources dans l’oeuvre de Rokkan…

    La traduction et la livraison de la RIPC sont plus que bienvenues pour les étudiants et les autres. Je vais signaler ce blog à mes étudiants d’ailleurs !

  3. Je suis assez d’accord avec le commentaire : on peut présumer que la topique hexagonale joue un rôle important, de même que (Christophe) Bouillaud a raison de souligner que la topique belge est pour quelque chose dans la diffusion de Lipset et Rokkan dans un régime fragmenté et clivé.

    En même temps, je n’échappe pas au travers souligné par tous ici, ma dernière lecture de Party Systems and Voter Alignments remonte à un exposé de deuxième année (j’avais aussi lu Hanspeter Kriesi avec beaucoup d’intérêt)… Political Man, en revanche, devrait rester sur mon bureau.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search