Eurobaromètre et taux de réponse : deux problèmes, deux enjeux

Un journaliste danois a récemment publié un article sur les taux de réponse à l’Eurobaromètre, qui sont parfois très faibles.

Le problème de l’article est qu’il se sert de cette caractéristique de l’Eurobaromètre pour en tirer la conclusion que l’Eurobaromètre surestime probablement certaines attitudes positives vis-à-vis de l’Union européenne, telles que le soutien à la monnaie unique. Certains des chercheurs interrogés par le journaliste mais non cités dans l’article ont réagi, en faisant remarquer que les taux de réponse cités sont assez étranges dans tous les cas, et en indiquant que les données Eurobaromètre mesurent à peu près les mêmes niveaux d’euroscepticisme que l’European Social Survey (ESS) — ce qui devrait inviter à dissocier la question du taux de réponse, qui est un enjeu en soi, de la question du biais pro-européen systématique, qui en est un autre, bien documenté par Philippe Aldrin (2010, 2011), Salvatore Signorelli (2012), Claudia Sternberg (2016) et d’autres1.

Critiquer les enquêtes sur la base de leurs aspects techniques est un exercice risqué : en l’occurrence, les taux de non-réponse ne sont pas responsables de toutes les formes d’erreur possibles et imaginables. Ici, l’objectif semble avoir été de pointer un biais systématique volontaire dans les données Eurobaromètre, ce qui semble un peu idiot, puisqu’un indicateur systématiquement biaisé risque aussi de l’être uniformément, ce qui signifie qu’il ne pourra pas servir à dissimuler des baisses potentielles (ce qui est le cas des taux de participation, systématiquement mais uniformément surestimé dans beaucoup d’enquêtes)2.

Il y a évidemment des choses intéressantes à tester quant aux non-réponses dans les enquêtes—par exemple, mais je ne trouve plus le papier ECPR qui l’avait fait de manière assez exhaustive sur l’ESS : vérifier que les non-réponses sur certaines questions appartiennent bien aux enquêtés déclarant les plus bas niveaux formels d’éducation (ce qui, si je me souviens bien, n’est pas toujours le cas, ce qui fait partiellement mentir la thèse du cens caché). Autre exemple intéressant, ce papier qui mettait en relation, sur des données américaines, la mesure de la polarisation idéologique/partisane avec les taux de non-réponse.

  1. Voir par exemple ce papier, particulièrement virulent, qui avait fait quelques vagues. []
  2. C’est sur cette base que les instituts de sondage cuisinent leurs taux de redressement. []