Exercices de process-tracing

Histoire de ne pas laisser croire que ce blog s’est définitivement converti aux trucs de geeks comme les expressions régulières ou la cartographie amateur, je signale que David Collier a mis en ligne des exercices de process-tracing en prévision de la prochaine édition de Rethinking Social Inquiry, un instant classic de la méthodologie qualitative.

Voilà un document utile pour concrétiser une méthode de recherche encore un peu flottante. En langue française, on en trouve mention dans de rares travaux pas vraiment relayés aux sommets de la discipline, mais j’avais beaucoup apprécié le papier de Pierre-Louis Mayaux au Congrès AFSP 2009, qui l’évoquait assez longuement. Idéalement, la preuve de la validité du process-tracing comme méthode de recherche (et pas d’enquête) se fera sur le terrain doctoral, dans quelques thèses qui devraient se terminer dans les années à venir.

La Revue française de science politique a récemment publié un article de Pierre Favre qui évoque les nouveaux paradigmes de la science politique française, qui connaîtrait une période de révolution scientifique. L’article enterre la socio-histoire du politique et la sociologie “structurale-constructiviste” dans un même cercueil (les années 1990) “empiriquement progressif” mais “théoriquement dégénératif”, et promet le titre de paradigme aux problématiques qui se développent en ce moment, dans une nouvelle science politique française qui aurait adopté la culture épistémique d’une science naturelle (p. 1002). Pierre Favre identifie les nouveaux paradigmes avec moins de précision – ce que la théorie des paradigmes scientifiques elle-même explique bien – mais mentionne implicitement la science politique de l’Union européenne comme berceau de la nouvelle science politique française.

Je cite cet article pour deux raisons1 : d’abord, parce que l’article de Pierre Favre constitue lui-même une forme de tentative de process-tracing épistémologique ; ensuite, parce que cette technique fait probablement parties des cadres d’analyse amenés à connaître un très large succès au sein de la science politique française, si celle-ci prolonge son assimilation des problématiques néo-institutionnalistes jusqu’aux cadres méthodologiques du case study sur lesquels reposent une large partie des études de ce courant de recherche.



Citer ce billet
François (2010, 28 novembre). Exercices de process-tracing. Polit’bistro. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/symw

  1. Pour trois raison en réalité : j’ai personnellement intérêt à ce que sa vision des choses soit correcte, vu que j’inscris mes propres recherches dans un courant actuellement en formation autour des institutions, qui succède à l’institutionnalisme en lui donnant plusieurs axes de travail supplémentaires. []

4 réponses sur « Exercices de process-tracing »

  1. Bonjour, juste quelques remarques formulées à la va-vite sur l’article de P. Favre qui ne m’a vraiment pas convaincu. Avec prétention je dirais que la démonstration n’est vraiment pas convaincante et qu’elle sent plutôt le règlement de compte entre adversaires au sein du champ scientifique, au moyen d’un argument très (trop) simple: le monde a changé, donc les paradigmes des années 70 et 90 sont dépassés.

    Moi je voudrais bien mais…

    Enfin mais qui peut croire qu’on ne retrouve pas des “mécanismes” sociaux mettant en jeu les classes sociales quand on examine des statistiques de pratiques culturelles ? Des statistiques détaillant les taux de réussite ou les compositions sociales des diverses filières à l’Université ? Quand on examine des résultats électoraux ? Et que ces mécanismes à l’oeuvre dans les années 70 ne sont pas encore, peu ou prou, actifs aujourd’hui ?

    Implicitement, l’argument de P. Favre consiste à dire qu’il faut changer de paradigme parce que la société a évolué : et de citer les changements les plus visibles. Sauf que :

    1) les mécanismes sociaux les plus visibles ne sont pas toujours voire rarement les plus intéressants;
    2) on ne peut pas affirmer cela et défendre en même temps la nécessaire autonomie, plus ou moins grande, du champ scientifique. Il faut choisir.

    Enfin, plutôt sur la forme et sans vouloir paraître trop méprisant, parler de “l’usage généralisé de l’ordinateur et du smartphone” (p. 1005), c’est quand même assez sociocentré. Excusez-moi mais

    1) je serai très surpris de constater que la diffusion de ces téléphones est homogène dans l’espace social: qu’il y ait 90% de cadres supérieurs pressés qui en possèdent un d’accord, mais 90% d’ouvriers je demande à voir.
    2) loi sociologique élémentaire, en admettant que la diffusion soit homogène, encore faudrait-il montrer que les usages sociaux le sont aussi. Tout comme beaucoup d’individus en France aujourd’hui, j’ai une connexion Internet, mais je ne peux pas croire une seule seconde que les sites Internet que j’ai marqués, que les sites sur lesquels je me rends régulièrement ne dépendent pas pour une part essentielle de ma position dans l’espace sociale, de ma trajectoire biographique, etc. Et cela vaut aussi pour tous les autres individus, qu’ils soient Homo academicus vivant dans l’illusion de la liberté de choisir tel paradigme plutôt qu’un autre ou ouvrier à l’usine Goodyear d’Amiens (j’habite dans cette ville et suis doctorant au CURAPP, pour précision).

    Voilà mon “opinion” rapidement et un peu maladroitement exprimée. En tout cas je pense que cet article va faire réagir et serais surpris, en tout cas déçu, qu’il n’y ait une réponse dans un prochain numéro de la RFSP.

    1. La RFSP vient justement de publier un article qui certes ne porte pas sur ce dernier de Pierre Favre, mais qui analyse sa controverse précédente avec Bruno Latour, en renvoyant les deux avis dos à dos en utilisant un niveau encore plus fondamental de questionnement.

      Je ne pense pas que Pierre Favre cherche à invalider les résultats accumulés par les deux approches qu’il renvoie au passé, qu’il s’agisse de la stratification sociale ou d’autre chose. Je pense qu’il déclare ces deux approches dépassées. Par analogie, le CD-ROM est dépassé, ce qui ne signifie pas qu’il ne remplisse pas efficacement sa fonction (stocker des données) et qu’il n’ait pas pu servir hier comme aujourd’hui. Simplement, il est dépassé par de nouveaux supports de stockage (les “nouveaux paradigmes” dont parle Pierre Favre).

      Quand j’essaie d’analyser la prédiction de Pierre Favre, je détache trois éléments : (1) le dépassement des approches citées par d’autres ; (2) la capacité des nouvelles approches à aller plus loin dans la compréhension du monde ; (3) l’ontologie de ces nouvelles approches.

      Je pense que ces trois prédictions sont plausibles, mais par ordre décroissant : (1) oui, il est plausible d’affirmer que les “anciens” programmes de recherche cités sont empiriquement progressifs mais théoriquement dégénératifs au sens de Lakatos ; (2) oui, il est assez plausible d’affirmer que les “nouveaux” programmes de recherche cités vont se révéler théoriquement progressifs dans les années à venir ; en revanche, (3) il est assez peu plausible que ces programmes s’alignent sur les sciences naturelles. Comme le montre assez bien l’avancée de l’épidémiologie, les sciences sociale et naturelle sont compatibles et superposables, mais pas identiques.

  2. Pardonnez-moi, j’ai oublié de rappeler dans mon précédent commentaire deux acquis à mon humble avis incontournables des paradigmes “structuralo-constructiviste” et “sociohistorique” : l’objectivation dans le temps et dans l’espace

    – des phénomènes sociaux que le politiste se donne pour ambition d’analyser (ou expliquer, ou comprendre) ;
    – des outils théoriques et empiriques dont le politiste se sert pour l’analyse.

    Désolé pour ce rajout.

    1. Je doute que les deux programmes de recherche puissent se revendiquer de ces acquis déjà présents dans la discipline historique (explicitement pour le premier, implicitement pour le second, qui se trouve dans les fondamentaux de la sociologie).

      Concernant le commentaire précédent, je ne suis pas certain de cette affirmation : “les mécanismes sociaux les plus visibles ne sont pas toujours voire rarement les plus intéressants”. Je pense que cette opinion est largement répandue, via la doctrine de la rupture avec le sens commun, mais je pense qu’elle n’a pas de base épistémologique. De même, je pense que l’on peut revendiquer l’autonomie du champ scientifique tout en appelant à un renouvellement des approches scientifiques.

      Sur le smartphone et l’ordinateur, en revanche, je suis d’accord avec les remarques émises : la revendication d’un usage “généralisé” est probablement exacte, mais un usage “généralisé” s’accompagne de pratiques bien différenciées, et relativement stratifiées socialement (par exemple, je constate que mes étudiants possèdent tous un “ordinateur” mais que la plupart ne savent pas “ordonner” leurs fichiers ; idem, l’usage du “smartphone” est assez peu “smart” dans la pratique de la plupart des utilisateurs).

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search