Blogging scientifique et périodicité

Ce blog semble avoir trouvé sa périodicité à raison d’un billet grosso modo tous les quatre jours quitte à prendre un peu de retard sur l’actualité. Je garantis qu’il y aura des plages de silence de temps à autre. Cette stratégie de publication a fonctionné peu ou prou pour mon blog personnel, où je tournais à un billet quotidien, mais vais désormais viser une périodicité différente.

Une périodicité fixe force à passer un peu de temps à coordonner les dates de publication de chaque note, ce qui oblige à retourner régulièrement dans ses archives ; l’intérêt de cette contrainte est qu’elle permet du coup de mieux connaître ses propres archives, d’y apporter plus de soin (au niveau des mots-clés, par exemple), et d’y faire plus souvent référence.

La pré-publication induit aussi un décalage avec l’actualité immédiate : par exemple, un événement qui se produit à t ne pourra être couvert que vers t+16 si la périodicité est de quatre jours et que trois notes sont déjà prévues. On peut évidemment substituer la note prévue vers t+4 avec celle qui porte sur l’actualité “brûlante” pour réduire le délai à son niveau minimal. Dans tous les cas, ce décalage est aussi une forme de recul utile au blogueur et au lecteur.

J’en profite pour signaler que mon bien-aimé co-blogueur Joël est en congés prolongés dans le-vrai-monde-du-travail, comme me le disait le notaire de mes parents il y a quelques mois en apprenant que je faisais “une thèèèse” (prononcer avec la voix d’un prêtre au chevet d’un convalescent), mais qu’il va bien (Joël, pas le notaire ; il faut suivre un peu dans les parenthèses et les appositions).

Il m’arrive aussi de poster d’autres types de contenu sur Facebook, Twitter, Delicious, quelques blogs d’amis et un autre blog personnel plutôt discret, mais Polit’bistro concentre la plupart de mes notes sur les sujets scientifiques en langue française.



Citer ce billet
François (2010, 24 novembre). Blogging scientifique et périodicité. Polit’bistro. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/symv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search