Fin d’année

Un billet récent – remplacez-moi au Conseil scientifique d’Hypothèses ! – m’a motivé pour passer un coup de balai sur ce blog. J’ai dû changer de thème graphique1. Le résultat ne me satisfait pas complètement, mais à vrai dire, je ne serai jamais satisfait du Web « optimisé pour mobile » avec bannières couvrantes demandant d’« accepter les cookies » et boutons de partage sur les réseaux sociaux2.

Au-delà de la forme, j’ai aussi choisi de ne laisser que le strict minimum de ce blog en première page, l’idée étant de le laisser, au moins dans l’immédiat, lentement glisser dans les archives du Web. Le projet initial du blog, malgré les mises à jour, ne progresse plus beaucoup : il a vieilli, comme les blogs en général, et comme son auteur principal3.

Il me reste tout un tas de billets non publiés, sur des projets eux-mêmes non publiés ou définitivement abandonnés. À cela se rajoutent les paquets de copies en retard et la lassitude qui va avec, lassitude qui se rajoute à la lassitude plus générale de l’époque. Un blogueur d’avant les blogs écrivait déjà tout cela sous un titre tout à fait à propos : grosse fatigue4.

À la reprise de ce blog, j’aurai bouclé les paquets de copies évoqués plus haut. Je vous promets aussi le bouclage intégral de tous les billets en attente5 et une solution contre le changement climatique. In the meantime, je vais essayer d’imaginer un 2020 plus actif pour ce blog et pour les deux ou trois autres endroits du Web pour lesquels j’ai réussi à ne pas perdre ni mes identifiants de connexion, ni tout espoir ou intérêt.

Quant au fond des billets, je suis encore en train de réfléchir à comment publier ici, ou à publier tout court — réflexion qui va de pair, dans mon cas, avec une réflexion sur la meilleure manière de « suivre » ma discipline scientifique d’attache, ce qui me force à se demander ce qu’il me reste de mes illusions de jeunesse sur ladite discipline.

Tout cela sonne probablement de manière beaucoup plus triste que ce que j’ai réellement en tête ; mettons ça sur le compte du fait que je suis en retard sur tout, que je n’ai jamais aimé Noël, que comme d’autres, je me suis récemment radicalisé idéologiquement (ma base 100 personnelle était le projet social-démocrate pro-européen des années Jospin…), et que je culpabilise de plus en plus à prendre l’avion6.

En attendant, ce blog reste en ligne, avec tous les défauts d’un espace de travail qui vieillit aussi mal que le design des ordinateurs Apple n’a régressé dans les années récentes7 Contrairement à mon blog personnel, que je suis heureux d’avoir réinitialisé à plusieurs reprises, je vais laisser celui-ci se décomposer à l’air libre, et vous donne rendez-vous dans quelques semaines pour une nouvelle tentative de reboot.

À l’année prochaine !

  1. Son thème WordPress initial, Twenty Eleven, a vieilli, à tel point que la police de caractères qu’il utilise pour le texte principal de ce blog est, depuis plusieurs années, quasiment illisible sur un écran Mac « non-Retina » comme le mien. []
  2. Pour ne rien dire des atrocités que nous réservent Google, Facebook et consorts, dont les manœuvres au cours des dernières années complètent parfaitement celles d’Apple dans la guerre contre l’informatique générale. Quant à l’abandon d’une typographie Web un peu exigeante avec chevrons et espaces insécables, je préfère ne pas m’étendre dessus pour ne pas vous inquiéter sur mes névroses obsessionnelles. []
  3. Le « blog personnel » est un peu tombé en désuétude : les universitaires sont apparemment tous sur Twitter (j’y suis aussi, et mon co-blogueur fantôme aussi), et les blogs qui survivent sont surtout des blogs collectifs et institutionnels : les blogs de la LSE, par exemple, font à peu près le même boulot que The Conversation et d’autres. []
  4. Heureusement compensée, dans mon cas, par le fait de vivre et de travailler avec des gens très chouettes, même si j’en soupçonne quelques-uns d’avoir voté pour Emmanuel Macron et/ou de ne pas savoir ce qu’est un flux RSS. []
  5. Le « bouclage » a déjà eu lieu en interne : j’ai liquidé la plupart des billets non publiés, en gardant juste, par nostalgie, ceux de Joël. Le reste traîne désormais en HTML dans un dossier « TODO » voué à l’oubli. []
  6. Sale époque, mais je mesure ma chance de l’aborder à trente-et-quelques piges plutôt qu’à vingt-et-quelques comme mes étudiants de Licence, qui doivent en plus gérer ce handicap civilisationnel qu’est devenu le combo « réseaux sociaux » et smartphones. []
  7. Mon sentiment actuel de régression généralisée ne connaît aucune limite. Même ce billet et sa dose de psychodrame façon midlife crisis me consterne intérieurement, mais personne n’en aura rien, car personne ne lit les notes de bas-de-page. []

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search