APSA preprints, sans flux RSS

L’American Political Science Association (APSA) a lancé, un peu plus tôt ce semestre, son propre serveur de preprints.

Le résultat ne peut que me décevoir, puisque le code source montre que la seule icône non activée dans le framework du site Web est celle du flux RSS. Pas de flux RSS, pas de veille documentaire, pas de lecture1.

À vrai dire, j’ai toujours été assez déçu par les supports Web de l’APSA. Il n’y a qu’à voir le site de son congrès 2019, hébergé par cette atroce plateforme All Academic, Inc. sur laquelle j’ai dû créé au moins dix comptes différents pour arriver à télécharger quelques “papiers APSA”2.

À vrai dire (bis), je ne télécharge plus les papiers de l’APSA, ou des autres conférences. Principalement par manque de temps, mais aussi parce que la diffusion des contenus scientifiques a explosé et s’est beaucoup fragmentée au passage : serveurs de preprints, pages commerciales (Academia, ResearchGate, SSRN3…), comptes Twitter, sites Web personnels…

Il reste heureusement, pour flatter mon côté centraliste, quelques plateformes un peu monolithiques (avec flux RSS !) : Cairn, par exemple, sur laquelle, à la place de suivre des revues, je me suis mis à suivre désormais quelques auteurs, surtout des amis plus ou moins distants, ou des références personnelles qui me sont chères (Ilana Löwy, par exemple).

Un serveur de preprints en plus, donc. L’intention est bonne, mais techniquement, on est très en-deçà de SocArxiv, par exemple. L’APSA passe par Cambridge University Press pour son serveur : “CUP”, qui a mis plusieurs années à réactiver les flux RSS sur sa plateforme de revues4

Un billet de plus pour râler contre la disparition des flux RSS et la fragmentation des supports de diffusion scientifique, bien qu’encore une fois, le front de l’open access progresse. Si vous suivez ce blog, vous avez certainement l’impression d’avoir déjà lu ce billet au moins dix fois.

  1. Avec tous ses défauts, HAL/HAL-SHS est très bien équipé en flux RSS, même si j’ai arrêté de suivre celui de la collection SHS:SCIPO, de même que j’ai arrêté de suivre la collection “Études du politique” sur Calenda. []
  2. Je me souviens d’un vieux politiste qui racontait qu’au début de l’APSA, les auteurs déposaient des mimeos (des ronéos ; des copies) de leurs textes dans une petite pièce attenante au congrès : les autres conférenciers passaient, jetaient un coup d’œil, et “faisaient leur marché” en embarquant quelques textes. A marketplace for ideas. []
  3. Pages commerciales qui ont très bien réussi à capturer une partie de la production scientifique. C’est sidérant, mais c’est comme ça : les mêmes chercheurs qui rétorquaient au CNRS “ah mais non, je ne mettrai pas mes textes en ligne, on va me les voler” (si si, ça a existé, et existe certainement encore) donnent aujourd’hui leurs textes à des acteurs commerciaux dont ils ne connaissent rien. Vous trouverez des liens vers des “pages Academia” sur plein de sites Web de laboratoires français publics. []
  4. Devinez qui est allé jusqu’à accepter de beta-tester Cambridge One il y a quelques années, juste pour pouvoir demander la réactivation des flux RSS ? []