Bonne année

Cette année, je fais plus court, et surtout un peu moins pessimiste que l’an dernier ou l’année d’avant, sous la forme d’une wishlist pour 2019.

Encore moins d’interactions via Internet

Parce que j’avance inexorablement vers l’âge où l’on devient officiellement un vieux con.

Parce que pour ma génération, le pic de sociabilité sur Internet a été atteint avec les forums (phpBB), les applications de chat (Adium, « MSN »), et les blogs (Dotclear, WordPress). Tout ce qui a suivi a consisté à monétiser ces interactions, ce qui impliquait de les centraliser, puis de les déformer jusqu’à leur faire prendre une forme intéressante pour les publicitaires.

Certains des « réseaux sociaux » actuels, Twitter par exemple, sont à la limite de l’acceptable quant aux manipulations qu’ils font subir aux timelines des utilisateurs ; la plupart des plateformes sociales, à commencer par Facebook et Youtube (qui symbolise à lui seul la chute de Google), ont déjà, de mon point de vue, franchi cette limite1.

Plus de temps pour les statistiques

Parce que j’ai une longue, longue liste de trucs à lire sur le sujet, et parce que la vague de résultats spectaculaires produits par les techniques dites de « deep learning » (de machine learning, ou d’intelligence artificielle dite « faible », comme vous voulez) commence à produire une autocritique de qualité :

Vidéo trouvée grâce au toujours excellent Edward Tufte.

Au passage, pour ceux d’entre vous qui, comme moi, ont besoin de voir la même chose écrite dans plusieurs langages (de programmation) pour commencer à y voir clair, il y a désormais une bonne codebase de réseaux neuronaux en JavaScript, brain.js. Trouvé grâce à Hacker News, l’un de ces réseaux semi-sociaux qui reste comestible aujourd’hui2.

Gagner un peu plus d’argent

Parce que j’ai besoin de pouvoir en envoyer un peu plus que je ne le fais déjà aux quelques causes qui me semblent soutenables de cette manière. Il y a quelques temps, j’ai réinvesti la quasi-totalité de mon budget « presse » dans quelques associations, dont la Ligue des Droits de l’Homme. Mais aujourd’hui, il y a aussi eux :

Les collectifs et organisations qui luttent contre la faute morale inexcusable qui s’incarne dans les politiques anti-migratoires (aussi bien actives que passives, nationales ou européennes) ont besoin d’aide : s’informer, sensibiliser, soutenir ; faire des dons matériels ; participer à l’accueil d’urgence ou le soutenir financièrement ; donner un coup de main ponctuel.

Voilà qui devrait suffire pour un an. Meilleurs vœux et à bientôt !

  1. Instagram est un cas d’étude différent, qui relève plutôt à mon sens d’un problème d’irrigation cérébrale. []
  2. De même pour les réseaux « à peine sociaux », voire « anti-sociaux », que sont, par exemple, Pinboard, Soundcloud ou Tumblr—tous beaucoup moins touchés par le showbiz et par la stupidité que celui-ci trimballe dans ses bagages. []