Controverses sociologiques

Une controverse à couteaux tirés a eu lieu il y a quelques semaines entre Hugues Lagrange et d’autres sociologues qui ont lu son ouvrage sur “le déni des cultures”. Je n’ai pas lu l’ouvrage, je n’ai donc pas d’opinion. Si je me permettais, je dirais que la culture n’est pas une variable, mais comme cela reviendrait à m’inscrire dans le débat (je ne sais pas de quel côté, d’ailleurs), je passe cela sous silence.

Je note simplement que la controverse est assez violente, si je me base sur les échanges entre Laurent Muchielli et Hugues Lagrange sur France Culture il y a quelques semaines, ou sur le texte de Didier et Éric Fassin publié par Libération en réaction à l’ouvrage. Et aujourd’hui, je lis ceci au sujet de la sociologie américaine :

The worst part is that many in our profession don’t even realize just how aloof they are compared to society at large. I particularly like Imber’s use of the word “vilification” when referring to Banfield and Moynihan. Sociology is the only discipline where scholars are genuinely vilified. In other words, moral judgment is passed on scientific work to the point that it replaces standards of scientific merit. Those we disagree with aren’t simple wrong, they’re morally reprehensible.

Vrai ou faux aux États-Unis ? et en France ? Je ne sais pas, mais j’espère que c’est faux, dans les deux cas. Encore une fois, je rappelle par précaution que je n’ai pas de position dans ce débat, étant incompétent pour en juger ; mais la violence (symbolique) des échanges (en milieu tempéré) que j’ai pu écouter ou lire autour de cet ouvrage m’a surpris, d’où ma question.

En passant, sur le même thème, une référence : Mario Small.


7 réponses sur « Controverses sociologiques »

    1. Merci ! La réécoute expire probablement bientôt. J’ai appris aujourd’hui que les passages télévisés avaient donné lieu à d’autres formes d’échange autour de l’ouvrage.

  1. Les échanges ont effectivement été violents pour ce que j’ai pu en suivre dans les colonnes du quotidien parisien du soir. Mais, au risque de vous étonner, je trouve que finalement ce qui s’annonçait comme une grande polémique n’a pour l’instant pas vraiment décollé. Ce que j’ai entendu comme intervention radio d’Hugues Lagrange me fait penser que sa rhétorique n’est pas vraiment au point. Un vrai chercheur qui s’exprime « à la chercheur ». Du coup, comme il n’est pas un « bon client »…

    1. J’ai surtout l’impression que le débat a été évincé par des éléments d’actualité beaucoup plus « chauds » pour les rédactions. A-t-on vraiment eu une actualité littéraire, scientifique ou artistique à la rentrée ? Tous mes souvenirs se portent sur des décisions politiques affligeantes, de France Inter aux Roms en passant par Bettencourt.

    2. Vous avez raison, on ne parle même pas du dernier Houellebecq! et des accusations de plagiat très partiel qui vont avec… en même temps, ce livre aurait pu faire un barouf pas possible, en étant « zémourisé »… si H. Lagrange avait fait quelques déclarations bien senties.

  2. Je crains hélas d’être d’accord, au moins dans une certaine mesure, avec Josh McCabe que tu cites. Il n’y a qu’à penser à l’assimilation très largement partagée dans la sociologie française entre le fait de se revendiquer bourdieusien et l’identification à (tel ou tel segment de la) gauche, et inversement entre sociologie boudonienne et positions politiques plutôt libérales. De ce point de vue, j’ai une sympathie particulière pour ces chercheurs dont les allégeances scientifiques et politiques sont largement dissonantes au regard de ces identités (trop) rapidement établies…

    1. Un ami (qui lit ce blog) me disait : « Toute cette sociologie analytique que tu lis, c’est intéressant, mais pour en parler en France, cela implique de réhabiliter Boudon ». Les catégorisations françaises (celles de Rawls et Sen, par exemple) m’ont toujours beaucoup déçu.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search