Statistics and the Political Sociology of Quantification, version 2018

Ce blog évoque assez régulièrement, et parfois conjointement, la quantification comme activité sociale d’une part, et les statistiques (ou l’analyse de données) d’autre part—sujets que j’ai pu combiner, ce semestre, sous la forme d’un enseignement de Master :

La formule du cours (moitié atelier pratique, moitié exposés) est encore un peu trop baroque à mon goût, et la bibliographie est excessivement francophone, en particulier au vu du public du Master visé, très internationalisé ; mais c’est la première version que je mets en ligne1.

Le versant qualitatif du cours est un simple remâché de l’agenda scientifique identifié il y a déjà bien longtemps par le regretté Alain Desrosières2 ; la version actualisée de cet agenda est, de mon point de vue, celui d’Espeland et Stevens, qui est le seul texte, avec un chapitre sur le jargon des statistiques, que je demande pour ce cours.

Le plan donne mes sources, dont un blog dont j’ai déjà parlé, celui du projet ACQUA (ex-AGLOS). J’ai encore des dizaines de dossiers de références diverses et variées à verser dans le plan de cours, ou directement dans le projet, qui possède un volet bibliographique. Tout ceci devra néanmoins attendre que les copies arrêtent de pleuvoir…



Citer ce billet
François (2018, 27 novembre). Statistics and the Political Sociology of Quantification, version 2018. Polit’bistro. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syvj

  1. J’ai déjà expérimenté avec une formule similaire l’an dernier. []
  2. Et par d’autres, bien sûr : Donald Mackenzie, Theodore Porter, James C. Scott, Libby Schweber, Harry Woolf… []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search