Note sur le discours présidentiel

Dans les entretiens que je conduis pour ma recherche doctorale, les discours présidentiels apparaissent parfois comme des ordres directs de l’exécutif politique aux hauts fonctionnaires des directions ministérielles compétentes ; cette perception du discours présidentiel est remarquable parce qu’elle est partagée par tous, et parce qu’elle est incroyablement coercitive pour un simple acte discursif.

Le “discours de Grenoble” va certainement rester dans les annales de la présidence actuelle, et fournit une illustration assez parlante de ce phénomène. Les événements qui ont suivi ce discours (les réactions des groupes d’intérêt et leur couverture médiatique, les approbations, dissensions et recadrages ministériels, etc.) offrent aussi une bonne mesure du degré de politisation très variable des discours présidentiels.

En science politique, l’ouvrage collectif de Lagroye et Lacroix sur l’institution présidentielle reste une référence majeure sur ce thème de recherche. Le chapitre de Philippe Braud couvre bien les dimensions symboliques de la présidence. Je me surprends souvent à regretter que les travaux de Philippe Braud sur la psychologie politique des institutions démocratiques n’aient pas plus marqué la discipline—ou est-ce un biais de lecture personnel ? Je ne pense pas : Madeleine Grawitz avait salué Braud pour avoir formulé une proposition courageuse qui lui faisait courir le risque d’être accusé de psychologisme, et la discipline n’a pas couru ce risque collectivement, s’interdisant d’ouvrir un agenda de recherche sur ce thème, sinon de manière très périphérique (je pense aux travaux de Jon Elster, même si le parallèle est peut-être injustifiable).

Les sciences sociales ne manquent pas de théories permettant de parler du discours, et il y en a pour tous les goûts, de Bourdieu à Foucault en passant par Austin et certainement beaucoup d’autres que j’oublie de mentionner. Certaines de ces théories sont plus éthérées que d’autres, et certaines comme la performativité souffrent à mon sens d’une sur-application. En science politique, Vivien Schmidt a proposé un cadre d’analyse assez complet et plutôt robuste du discours, au moins sur ses premières prémisses.

(Je publie cette brève sans liens vers le discours et les événements cités ; je suppose que les lecteurs sont déjà familiers des faits.)



Citer ce billet
François (2010, 30 août). Note sur le discours présidentiel. Polit’bistro. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/symg

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search