La Central European University en partance pour Vienne

J’avais évoqué, il y a un an et demi, la campagne de persécution menée par Viktor Orbán contre la Central European University (CEU) — campagne qui a pris plusieurs virages, dont celui consistant à ne plus financer les programmes de Gender Studies (à la CEU et à l’ELTE), mais qui a surtout consisté, dans le cas précis de la CEU, à menacer de lui retirer l’accréditation qui lui permet de diplômer ses étudiants.

Aujourd’hui, alors qu’approche la date-limite des négociations sur l’accréditation (date qui semble fixée au 1er décembre), on en est là :

La situation actuelle est un coup direct porté à la liberté universitaire, car c’est bien à ce genre de manœuvres que l’on établit une autocratie, sur fond d’antisémitisme totalement assumé, et avec le soutien de ces conservateurs, américains ou européens, qui apprécient les « hommes forts » d’Europe de l’Est, en plus de partager leurs pires travers conspirationnistes.

Et évidemment, comme précédemment, les eurodéputés français du groupe PPE ont refusé de sanctionner collectivement le gouvernement Orbán — le même qui menace d’emprisonnement les ONG venant en aide aux migrants, au point que l’ONU décommande d’y appliquer les règles de répartition des migrants fixées au niveau européen.

On notera, pour terminer ce non-billet car je ne trouve pas de mots, que Vienne ne s’est pas non plus vraiment distinguée dans le domaine de l’accueil des migrants. La Vienne qu’avaient fui les philosophes du Cercle de Vienne ne semble finalement pas si loin, et je suis trop déprimé pour examiner la situation analogue en Roumanie.

À ce stade, ce n’est plus du democratic backsliding, c’est du bobsleigh autoritaire, et la piste ne présente presque aucun obstacle sérieux.