Elsevier, Springer, ou comment piller la recherche scientifique sans faire de bruit

Les universités, via leurs présidences et leurs conseils, prennent régulièrement des décisions que l’on pourrait qualifier de « géopolitiques », consistant à accueillir (ou pas) des étudiants – mais aussi des personnels, le plus souvent des enseignants – venant de pays présentant des profils particuliers : pays en guerre, ou récemment devenus (encore plus) autoritaires (et/ou théocratiques) suite à un coup d’État, etc.

Dans certains cas plus ou moins bien médiatisés, voire pas du tout, les personnels universitaires s’impliquent dans ces décisions, car ils ont bien conscience qu’une partie de leur ethos professionnel s’y joue, pour le meilleur ou pour le pire.

Il y a, en revanche, et dans mon expérience limitée de la chose, beaucoup moins de personnels mobilisés sur les questions de politique économique ; tout se passe comme si, dans mon milieu professionnel et sur ce point, l’on attendait à ce que des décisions raisonnables soient prises en permanence.

Cette prémisse est évidemment fausse dans un certain nombre de cas plus ou moins flagrants, ce que rien n’illustre mieux que les politiques d’acquisition de (et d’accès aux) revues scientifiques, qui devrait mobiliser l’intégralité des personnels universitaires et scientifiques (et mobiliser aussi leurs tutelles), mais qui ne mobilisent, en pratique, que très peu de monde1.

Exemple 1 : Elsevier

Pour aller vite mais sans déformer la réalité, le marché de l’édition scientifique repose encore largement sur un oligopole construit au fil des quatre derniers siècles2. La société Elsevier, dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises, en est un des plus importants représentants, à la fois par sa taille et par son comportement3.

Tous les problèmes de l’oligopole se manifestent dans l’édition scientifique, mais le plus visible d’entre eux est évidemment celui des prix artificiellement élevés des biens autour desquels s’organisent la collusion : le prix de l’accès aux revues Elsevier pour les entités scientifiques (au premier rang desquelles on trouve les bibliothèques universitaires) est parfaitement obscène.

Cette situation faisait partie des problèmes (car il y en a d’autres, très graves également : lisez la page Wikipedia pré-citée, qui résume assez bien l’état des choses) qui ont amené à la pétition The Cost of Knowledge – pétition qui, à ma connaissance, n’a que très peu mobilisé dans les sciences humaines et sociales4.

Exemple 2 : Springer

L’éditeur scientifique allemand Springer, qui publie toutes sortes de choses plus ou moins scientifiques et selon des principes de publication plus ou moins acceptables5, fait également partie de ces éditeurs scientifiques qui profitent de la situation d’oligopole décrite plus haut.

L’une des ripostes possibles face à un oligopole6 consiste à faire entendre la voix des consommateurs en unifiant leurs pouvoirs d’achat : c’est, en France, la stratégie du consortium Couperin, qui négocie les licences d’accès aux revues scientifiques à des « tarifs de gros », façon Rungis.

Néanmoins, cette stratégie peut, comme toutes les autres, échouer, et amener au résultat suivant, repéré sur Twitter grâce aux retweets de plusieurs amis et collègues :

Il faut noter que la bibliothèque universitaire ci-dessus est loin d’être la seule à avoir dû en venir à l’équivalent d’une décision de boycott : la même chose s’est produite en Allemagne, et même la bibliothèque de l’Université d’Harvard, au budget pourtant exceptionnel, a pratiqué ces ruptures de contrat pour tenter de tirer la sonnette d’alarme sur la situation résumée ici.

Un conflit à bas bruit

Le bras-de-fer qui oppose les éditeurs scientifiques (tels que les deux exemples cités ici, mais il y en a d’autres) aux bibliothèques universitaires mobilisent peu : universitaires et scientifiques apportent parfois un soutien discret à ces décisions, mais font très rarement pression en interne pour que leurs établissements participent concrètement à la lutte contre les pratiques oligopolistiques de l’édition scientifique.

C’est dommage, pour tout le monde ; et c’est également ma conclusion lorsque je vois qu’une plateforme comme HAL ne mobilise que très inégalement les collègues, alors qu’il s’agit, à l’instar de tous les open access repositories, d’un outil de lutte efficace contre les pratiques éditoriales qui desservent l’activité scientifique et sa diffusion.

Deux appels à l’aide

Je termine en (re)formulant deux points que vous aurez lu sans aucune difficulté entre les lignes de ce billet.

D’une part, à titre personnel, et c’est en partie lié à des recherches sur les politiques de propriété intellectuelle, je suis très favorable à toutes les tentatives de faire voler en éclat le modèle sur lequel est actuellement assis (une large partie de) l’édition scientifique. Ce modèle est immoral, inefficace, et sa mort mérite de survenir le plus vite possible.

Faites pareil : portez les propositions anti-oligopolistiques auprès de vos tutelles, de vos conseils scientifiques, de vos bibliothèques universitaires, et utilisez l’open access comme moyen de pression sur les éditeurs qui nous forcent à nous acheter nos propres textes à des prix démentiels, tout en empêchant une plus large diffusion de la connaissance scientifique.

D’autre part, ce billet ne contient que quelques renvois épars vers des sources permettant de se faire une idée de comment fonctionne l’édition scientifique : je n’ai tout simplement pas pris le temps de faire un exposé complet. Si vous en connaissez un exposé détaillé, en français ou en anglais, je suis preneur, afin d’améliorer le récit à très gros traits offert ici.

Voir aussi, du même compte Twitter que cité plus haut, ici et .

  1. On notera toutefois que ce blog est publié sur une plateforme open access financée par l’État : il y a bien des solutions (des alternatives) aux problèmes évoqués dans ce billet. Full disclosure : je participe à la vie de cette plateforme via l’un de ses conseils scientifiques. []
  2. Une large partie de l’édition scientifique continue de se faire selon des principes économiques et éditoriaux qui ne sont plus valides depuis l’avènement des communications numériques, mais qui continuent de prévaloir par dépendance au sentier. []
  3. Signalons au passage qu’Elsevier appartient au groupe RELX, ex-Reed-Elsevier, qui détient aussi les services LexisNexis et SSRN (et le logiciel Mendeley), et qui vendait aussi des armes sur ses salons d’exposition. []
  4. Celles-ci se sont toutefois rattrapées en participant aux initiatives de migration des revues hors du giron d’Elsevier : voir, par exemple, la revue Sociologie du travail. []
  5. Concrètement, une partie des titres Springer sont publiés à compte d’auteur, sans peer review. Ce n’est pas une situation unique dans l’édition scientifique : en France, L’Harmattan est également un éditeur qui publie dans des conditions se rapprochant du compte d’auteur, et souvent sans aucun peer review (bien que cela varie du tout au tout selon la collection). []
  6. L’autre riposte étant évidemment l’exit : voir la note de bas-de-page précédente où je mentionne l’édition open access financée sur fonds publics. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.