20+ années d’ANCMSP (en force)

Un billet commémoratif, en mode « bravo, merci, continuez ». Le « en force » du titre est un private joke à destination d’IC, PM et FC et de tous (toutes) les autres, qui se reconnaîtront.

L’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP), dont la moitié des politistes français (ou étrangers résidant en France) n’arrive toujours pas à prononcer l’acronyme correctement (« tu sais, l’AN… CP… S… la liste, quoi… »), a récemment fêté ses plus-de-vingt ans d’existence par une publication très fouillée dans la revue Socio-logos.

Grâce à Joël, mon co-blogueur fantôme1 qui a bien d’autres choses à faire, j’ai passé quelques années au bureau de l’association, en travaillant en parallèle dans plusieurs chantiers de la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC), que le bureau de l’ANCMSP avait activement – et stratégiquement – investie2. Je n’en regrette pas une seconde, et conseille à tout jeune chercheur de faire de même.

L’article de l’ANCMSP est à lire car il montre bien deux choses : d’une part, le « choix des armes » 3 dans les associations de jeunes chercheurs, et d’autre part, les succès accumulés par la mise en oeuvre de ces opérations stratégiques, qui consistent, inlassablement, au fil des années et des générations, à interroger, à monitorer et à (contre-)expertiser le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Ces succès sont un peu plus difficiles à décrypter que ceux qui se laissent appréhender par le biais du récit syndical standard, de type « on l’a demandé, on s’est battu, on l’a obtenu »4 : la trajectoire des mobilisations des jeunes chercheurs n’est pas une trajectoire syndicale classique, même si une partie du travail militant effectué dans les associations du mouvement se rapproche en de nombreux points du travail syndical.

Le premier et le plus important de ses succès tient à la large diffusion de l’information sur les conditions de travail en science politique, succès qu’aucun échange d’emails faussement – ou même sincèrement ! – naïfs et/ou mal informés sur une liste de diffusion professionnelle ne viendra effacer, bien au contraire.

Sur ses vingt ans d’existence, les informations – et les indignations, voire les mobilisations – que l’ANCMSP a obtenues et publicisées, surtout et avant tout en termes de conditions de recrutement (MCF, ATER, vacations), n’ont aucun équivalent en science politique, ni même ailleurs dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Combien de fois me suis-je retrouvé à dire à des camarades associatifs d’autres disciplines (histoire, sociologie, droit, littérature, biologie, et bien d’autres) : « ça, en 04, on l’a obtenu à force de râler, faites pareil, c’est faisable » ? Personne d’autre, à ma connaissance, n’a réussi un tel travail de mise à disposition de l’information sur les conditions effectives d’embauche et d’emploi dans une discipline scientifique5.

Au-delà de la mise à disposition de l’information, il y a sa critique : celle des hiérarchies, des biais de recrutement (géographiques, disciplinaires voire sectaires, socio-économiques, genrés…), des textes juridiques et des contrats, des délais de paiement, des classements (de revues, de candidats, d’établissements) … Là aussi, un succès : en science politique, « on » interroge, « on » conteste, en continu, notre fonctionnement disciplinaire6.

Sur ce point aussi, le critère essentiel est le caractère public des débats : dans toutes les disciplines scientifiques, on trouvera d’excellents esprits critiques s’exerçant à la remise en cause de leur espace professionnel et disciplinaire… en leur for intérieur, ou au mieux auprès de quelques collègues, lors d’une pause-café, ce qui n’est pas tout à fait la même chose que de le faire devant 4 000 lecteurs et lectrices plus ou moins averties7.

Il y a une histoire à écrire de ces mobilisations et prises de position publiques : de ses « wikis auditions », de ses listes de diffusion, dont l’archivage reste un réel enjeu ; de ses outils (informatiques8, mais pas que) ; de ses stratégies (communication, relations publiques, voire lobbying parlementaire). Cette histoire reste à faire, mais surtout, la mobilisation demande à être entretenue : lisez l’article de l’ANCMSP, et soutenez l’association en y adhérant !

  1. Joël, as-tu même encore les identifiants de ce blog, qui, rappelons-le dans ce billet à forte inclination commémorative, a soufflé ses dix bougies l’an dernier ? — EDIT de Joël : apparemment, la réponse est oui ! []
  2. La CJC a également fêté ses 20 ans d’existence il y a quelques années. En me rendant à un des dîners de l’AG de célébration, j’ai eu le plaisir de reconnaître quelques têtes, mais surtout de voir que la relève était bien là. En revanche, j’avais appris à peu près au même moment qu’il y avait eu un « bug » dans la passation technique au niveau des serveurs de la Guilde des doctorants (GDD)… Tant pis pour les archives ! []
  3. On ne remerciera jamais assez Jean-Gabriel Contamin pour cet excellent article, qui reste l’un des rares textes étudiant les mobilisations des jeunes chercheurs en France. À ma sortie du militantisme associatif, j’avais tenté d’intéresser deux collectifs d’historiens à ces mobilisations, en vain : soit ils n’avaient pas le temps, soit ils souhaitaient se consacrer à des objets (les syndicats étudiants) déjà largement étudiés. []
  4. À cette aune, l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, au moins depuis les États généraux de la Recherche en 2004, n’est qu’une longue suite de défaites, de la loi Pécresse à Parcoursup en passant par toutes les réformes ou non-réformes intermédiaires. Les rares points positifs dans l’histoire législative du secteur sont, en partie, le fruit des efforts des associations dont je parle ici, mais aussi des syndicats et de quelques hauts fonctionnaires, les meilleurs éléments du mouvement ayant d’ailleurs eu plus d’une casquette parmi ces trois profils (ceux qui sont encore vivants se reconnaîtront). []
  5. La rançon de ce succès étant, bien sûr, la concurrence par l’imitation : l’AFSP, l’Association Française de Science Politique, a assez bien joué cette carte – ah, les premières années de l’OMASP… les joies du copier-coller à l’heure du « Web 1.0 » – dans les années récentes, et le résultat – plus d’information, diffusée et archivée en plus d’endroits, et lue par plus de paires d’yeux attentifs – est au final bénéfique. []
  6. Au point qu’une bonne partie des personnes diffusant des offres d’emploi en science politique prennent vraiment le temps (j’en ai de nombreuses preuves tangibles) de vérifier la clarté, la complétude et l’équité – relative – de ces offres : mission accomplie ! []
  7. Audience par ailleurs hors-norme quand on la compare à celle, intimiste voire nulle, de l’immense majorité des publications scientifiques. Mais qui de mieux placés que les scientifiques pour savoir cela, et a fortiori, qui de mieux placés que les politistes, spécialistes notamment de la démocratie représentative et des parlements, pour connaître la force du débat dans l’espace public ? Et qui de mieux « équipés » que nous, en « 04 », pour comprendre les effets – bénéfiques – de socialisation professionnelle qui en résultent ? []
  8. Topica, Apinc, Yahoo!, Ouvaton, auto-hébergement… En somme, l’histoire de l’action collective aux heures d’Internet, sur une période cruciale de transition vers le « Web 2.0 ». []