Autonomie des universités et recrutements locaux

L’opinion critique que publie Marianne de Patrick Weil sur la loi LRU, dite d’autonomie des universités et avancée par Valérie Pécresse, exprime probablement une opinion assez largement partagée au sein de la science politique pour valoir une recension dans cette colonne, d’autant plus que le biais qu’il attaque, le localisme, a été observé empiriquement en science politique. Olivier Godechot, qui menait l’enquête avec Nicolas Mariot, est très clair dans la revue “Système D” de l’ANCMSP : “il faut interdire le localisme”.


2 réponses sur « Autonomie des universités et recrutements locaux »

  1. L’analyse de P. Weil néglige qu’il y aura sans doute deux styles d’Université : une partie va tout de même jouer le jeu de l’excellence, qui consistera en fait à recruter les gens de la coterie nationale ou internationale qui représente “la science”, “la nouveauté”, “la rentabilité”, ce qu’il faut faire sur le moment, ce qui est “à la mode”; l’autre partie va effectivement sombrer encore plus dans le localisme. En fait, pour les candidats, cela simplifiera beaucoup le travail si la liste des membres de la commission de sélection est publique. Avec un peu de connaissances du milieu, on saura qui est recrutable par telle commission et qui ne l’est en aucun cas. En tout cas, en science politique, cela va être très clair. Après, il y aura toujours à l’intérieur d’une coterie l’équation personnelle de chacun, sympathies et antipathies.

    A remarquer aussi : personne n’envisage que les enseignants-chercheurs et chercheurs boycottent le nouveau système. Chacun voudra quand même avancer ses pions, et participera. Comme dans l’ancien système de recrutement qui n’était pas idéal loin de là.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search