Sur papier relié, printemps-été (surtout été) 2018

La suite, en quelque sorte, de ce billet, en me concentrant sur les bouquins. Si vous aimez lire en prenant le soleil, je conseille la Slovénie et les cafés marocains.

Faute d’être parvenu, cette année comme les précédentes, à honorer tout ce que j’avais promis d’écrire (pardon aux collègues), de faire1 ou de ne plus faire (mais j’ai récupéré une boîte de Nicopatch), j’ai quand même retrouvé, cet été et sur la fin du semestre précédent, un semblant d’hygiène de lecture.

Bref, au cours des mois d’été, j’ai lu presque tous les livres que je n’avais pris le temps que d’acheter pendant l’année universaire :

  • Audoin-Rouzeau, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle) (2008). Une suite d’interrogations sur la violence de guerre, où l’on retrouve des questions, des réponses et des références également présentes, par exemple, chez le toujours-excellent Pierre Bayard (Aurais-je été résistant ou bourreau ?, 2013), mais aussi chez Sémelin ou Hatzfeld sur le Rwanda2. Les chapitres qui m’ont le plus intéressé : le premier, qui construit l’objet d’une anthropologie historique de la violence (voir aussi Elias, plus loin), et la section du quatrième chapitre sur la photographie de guerre, où l’on retrouve certaines des intuitions de Sontag, ou même de ce que François Maspero écrivait sur Gerda Taro.

  • Cherbi, Algérie (2e éd., 2017), dans une collection que je compte réinvestir (Maroc, Afghanistan, Iran…). Un tour de force : l’ouvrage parvient à résumer le pays sous toutes ses coutures, sans être trop déprimant dans sa section sur l’histoire politique récente3

  • Elias, Humana Conditio (2016), un très beau texte de conférence, avec une belle introduction, dans un ouvrage bien fabriqué et pas trop cher. Le texte saisit très bien la méthode eliassienne, qui est une sociogenèse (voir par exemple sa proto-théorie des empires, section 4, p. 56-sq., qui contredit parfois des auteurs comme Khaldûn) mais aussi et parfois surtout une psychogenèse spéculative (ou si l’on est plus généreux, rétrospective) : Elias utilise des notions comme le « destin social des Allemands » (p. 86) et se réfère à de nombreuses notions idéelles, psychologiques ou symboliques qu’on trouvera moins souvent dans la sociologie historique contemporaine. La humana conditio du titre est évidemment « le va-et-vient des guerres » (p. 113). Compte-rendu plus complet.

  • Hirschman, Les passions et les intérêts (1977), l’un des rares ouvrages que j’ai pris le temps de lire plusieurs fois, parce qu’il est court et extrêmement bien écrit (et traduit : exceptionnellement, j’ai préféré lire la traduction). N’importe quel étudiant en sciences sociales connaît déjà la plupart des protagonistes du livre, mais je ne crois pas que l’on enseigne Millar ou la controverse Montesquieu/Steuart versus Smith. Hirschman, est à mes yeux, l’un des rares analystes « sur textes » qui parvient à ne jamais tomber dans le « Great Booksism »4. Voir aussi l’Introduction à Albert O. Hirschman de Ferraton et Frobert (2017), qui offre un très bon tour d’horizon en peu de pages.

  • Hoare et Sperber, Introduction à Antonio Gramsci (2013), sur le même format que le Ferraton et Frobert mentionné juste au-dessus. Un excellent ouvrage introductif, que j’ai lu et fiché sur quatre pages en une journée, à titre d’exercice, pour montrer à mes étudiants comment on fiche un ouvrage de type manuel.

  • Hugrée, Pénissat et Spire, Les classes sociales en Europe (2018), la meilleure synthèse – comparative, à jour, hyper-bien sourcée – sur le sujet. Les seuls défauts que j’y trouve : les qualités comparatives (par exemple, la conclusion géo-sociologique en haut de la p. 46, ou bien la comparaison des préoccupations socio-économiques des cadres, p. 180-181) sont inégalement réparties au fil du texte, l’immigration est traitée en plusieurs endroits mais néanmoins trop succinctement à mon sens, et le matériau d’analyse n’est fourni que par le biais d’une annexe qui liste les sources5, mais sans donner les recettes méthodologiques précises .

  • Kasparov, How Life Imitates Chess (2010). Acheté à sa sortie dans un aéroport, puis oublié, à mon grand regret, dans l’avion ; racheté d’occasion en édition hardback issue du fond d’une bibliothèque américaine. Très divertissant pour les « life tips / self-help » à l’américaine, mais surtout pour le récit de sa carrière aux échecs6). Le dernier chapitre sur son engagement politique, plein d’espoirs hélas largement décus aujourd’hui, est aussi intéressant.

  • Lyotard, La condition postmoderne (1979), parce que je ne l’avais jamais lu et qu’il trônait sur la table de nuit d’une amie en édition originale (a-t-il jamais été réédité ?). Bien moins pire que ce à quoi je m’attendais. Je doute que tous les auteurs se revendiquant du post-modernisme soient aussi lucides sur les tendances technologiques de leur époque — Lyotard aborde à plusieurs reprises le rapport Minc-Nora sur l’informatisation, et termine son texte sur… un plaidoyer pour l’ouverture des bases de données : plutôt bien vu.

  • Macherey, Marx 1845 (2008), un commentaire des « thèses sur Feuerbach ». Trouvé en librairie, ou alors dans une liste de livres de Macherey, qui a énormément écrit sur des thèmes qui m’intéressent souvent – et qui a un blog sur Hypothèses. Je n’avais jamais essayé Marx7 : c’est fait, et à moins de 10 euros, l’expérience était peu onéreuse8.

  • Martinez-Gros, Brève histoire des empires (2014), son application de la théorie d’Ibn Khaldûn à plus de cas d’étude (Grèce et Rome, Moyen-Orient, Inde et Chine, mais aussi Compagnie britannique des Indes) que Khaldûn lui-même ne l’avait considéré. L’ouvrage donne évidemment très envie de lire Khaldûn (j’ai acheté la Muqqadima mais ne l’ai pas encore ouverte). Certains passages sur l’utilisation des « barbares » rappellent ce que dit à leur sujet le dernier chapitre du dernier livre de James C. Scott, Against the Grain (2017).

  • Mesure et Savidan, Dictionnaire des sciences humaines (2006). Acheté à sa sortie, jamais ouvert pendant douze ans, bien que déménagé plusieurs fois, dans plusieurs villes sur deux pays, pendant ce temps-là. À force d’acharnement, j’en ai lu les trois quarts au mois d’août : quelques entrées remarquables (celles de Jean-Cassien Billier ou Bernard Guerrien, par exemple), d’autres beaucoup moins, et une moyenne satisfaisante.

  • Offerlé, Les partis politiques (9e éd., 2018). Un ouvrage qui m’a plu, mais que je ne conseillerais pas aux étudiants : au niveau de la forme, le texte présente trop de problèmes9.

  • Pinçon et Pinçon-Charlot, Paris. Quinze balades sociologiques (2009), un bon complément à leur Sociologie de Paris (2014), avec lequel il partage toutes les qualités : clair, concis, divertissant. Je n’ai lu que quelques chapitres (Chinatown, la Goute d’Or, le métro, les portes de Paris et la relation Paris-banlieues).

Immigration

  • Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France (2018). À mettre entre toutes les mains, en commençant par celles de vos ami(e)s ayant eux-mêmes émigré d’Algérie, souvent pendant la « Décennie noire ». Les chapitres qui m’ont le plus intéressé sont ceux situés en début d’ouvrage, sur l’immigration pré-1914 et sur l’entre-deux-guerres. Un bon complément à l’ouvrage qui suit.

  • Héran, Avec l’immigration (2017), un dézingage en règle de la période Sarkozy, et beaucoup plus que ça : un témoignage sur comment fonctionnent les statistiques de l’immigration, sur la taille des flux en France10, sur la manière dont les législations nationales, européennes et internationales s’articulent, etc. À mettre entre toutes les mains, bis11 : c’est l’un des rares ouvrages que je souhaiterais voir dans un programme de SES du secondaire, par exemple, avec celui d’Askenazy sur les politiques de l’emploi.

J’ai aussi lu quelques ouvrages sur la « crise des migrants » dans l’Union européenne, ou sur des sujets liés à celui-ci, mais je garde ça en réserve pour plus tard.

Épistémologie

  • Michel, La fabrique des sciences sociales, d’Auguste Comte à Michel Foucault. Une histoire personnelle de la philosophie (2018). Utile pour les séances de cours sur l’École française de sociologie et/ou sur les approches herméneutiques en sciences sociales. Quelques grands noms de la philosophie des sciences sont absents du texte (Hempel, Feyerabend), mais ce n’est pas dommageable, ni tout à fait le sujet.

  • Laupies et al., Philosophie (2007). Classé ici pour le chapitre d’Anne Fagot-Largeault, mais celui de Pascal Engel sur la logique vaut aussi le détour, de même que le premier chapitre d’introduction aux grands auteurs, qui complète très bien le Kolakowski dont je parlais l’an dernier.

  • Gerring et Christenson, Applied Social Science Methodology. Un résumé efficace, aussi bien sur les développements méthodologiques de Gerring, qui concernent les études de cas et la causalité, que sur les statistiques appliquées aux sciences sociales (seconde partie du texte), en une centaine de pages qui peuvent faire office de manuel de statistiques introductives.

  • Hulak et Girard Philosophie des sciences humaines (tome 2, 2018), qui complète efficacement le premier tome. Chapitres favoris, par ordre décroissant : critique, population, quantitatif.

  • Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social (2017). Lu en trois jours (en prenant les chapitres dans le désordre) grâce à une recommandation d’Émilien. J’ai de quoi en faire un compte-rendu complet en annotations et en pages cornées, mais en une phrase, lisez-le : c’est très bien fait, très éclectique (histoire, ethnométhodologie, enquêtes statistiques…) et très bien écrit, avec quelques passages facétieux lorsque l’auteur évoque les règles du jeu du sous-champ des sciences sociales.

  • Gracián Rodríguez, Von Neumann. La théorie des jeux et les mathématiques de la négociation (2018, dans une collection très mal référencée, vendue par Le Monde). Un texte parfait pour survoler le personnage : axiomatisation mathématiques, implication dans l’émergence de la science algorithmique et computationnelle, et apports à la théorie des jeux.

  • Boyer, Introduction à la lecture de Karl Popper (rééd. 2017), un ouvrage que les Presses de l’ENS rééditent en impression à la demande, et bien que le fond soit instructif voire lumineux par moments, la mise en page est ultra-moche (du Calibri sans aucun effort, avec même parfois des accents dans certains termes d’équations, p. 76).

Et en cours de lecture dans le domaine, et parce que (mais vous l’aurez deviné) j’enseigne quelques travaux dirigés d’épistémologie, des extraits du livre de Denis Vernant sur Bertrand Russell, que le site Web de Flammarion attribue faussement à « Marie Vernant ».

Bonne rentrée !

  1. Ayant vaguement tenté de décaler mes heures de sommeil, je peux dire que c’est au moins aussi difficile que d’arrêter de fumer (ou de manger du sucre) quand on est en haut de l’échelle d’addiction. Si vous avez une horloge circadienne en bon état, je suis preneur : la mienne est calée sur 0.45-8.15 et accumule environ 1h de dette par jour. C’est dans la moyenne nationale, mais quand même. []
  2. À lire, d’Audoin-Rouzeau, sur son « éveil », si l’on peut dire, au génocide du Rwanda : Une initiation. Rwanda (1994-2016) (2017), qui est moins glaçant que Hatzfeld, et à mon sens moins intéressant, mais qui se laisse lire en deux jours. []
  3. Comparer, par exemple, à Belkaïd, Un regard calme sur l’Algérie (2005), dont on sent, malgré le titre (et parce que l’auteur en parle dès le premier chapitre), qu’il a été écrit la rage au ventre — rage par ailleurs tout à fait justifiable : l’Algérie est un gâchis politique de premier ordre, explicable seulement en partie par le Dutch disease. []
  4. Pour un exemple de ce travers, voir cette brillante critique du dernier ouvrage de Fukuyama, d’où je tire l’expression. []
  5. Les auteurs précisant bien (p. 62), par ailleurs, que même sur l’aire économique la plus riche et la mieux étatisée du monde, les données statistiques exploitables restent lacunaires dans plusieurs pays, notamment mais pas seulement dans les anciennes républiques soviétiques. []
  6. Saviez-vous que les joueurs d’échec professionnels perdent plusieurs litres d’eau lors d’un match, dû à l’effort de concentration ? Au point d’avoir besoin d’un régime nutritionnel et sportif adapté. (Anecdote non tirée de l’ouvrage. []
  7. Un chercheur très connu en sociologie des sciences m’avait dit : « Marx sounds interesting but I do not have the time to look into it. » []
  8. Entre les commentaires pas cher et les textes gratuits de la Marxists Internet Archive, essayer Marx coûte moins cher qu’essayer une drogue hallucinogène, et la qualité du produit est garantie. Au passage, si vous cherchez un commentaire complet de Das Kapital, allez voir chez Cosma Shalizi. []
  9. L’ouvrage contient des passages lumineux (la synthèse des règles du jeu de la compétition électorale/politique, p. 88-89, par exemple), mais le style est souvent évasif (notes bibliographiques presque toujours abrégées et seulement partiellement listées en fin de texte : il faut les connaître avant la lecture), voire parfois cryptique, à coups de phrases-paragraphes blindées de guillemets et d’italiques, dans un vocabulaire (Gaxie-Bourdieu) trop érudit, à mon sens, pour la mission du texte. Sur ces points de forme, et j’en passe d’autres, la collection « Que sais-je ? » (PUF) fait moins bien le travail que « Repères » (La Découverte), collection dans laquelle le même auteur a aussi publié. []
  10. Voir aussi l’excellent quatre-pages du même auteur, « Cinq idées reçues sur l’immigration« , que je recommande aussi souvent que possible. []
  11. Et pour ceux qui ne le liront pas, ou pour ceux qui veulent compléter, l’auteur donne actuellement cours au Collège de France. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.