Ordinateurs et prise de notes, suite

Le débat ouvert sur la prise de notes par ordinateur en cours magistral a déjà bien vécu, et a même reçu une postface, mais un nouveau commentaire m’incite à rouvrir temporairement les échanges.

Cédric Eyssette signale cet article de Kevin Yamamoto, “Banning Laptops in the Classroom: Is it Worth the Hassles?”, paru en 2008 dans une revue américaine consacrée à l’enseignement en faculté de droit.

L’auteur défend sur 46 pages la suppression des ordinateurs dans un cours qui ne correspond pas exactement au cours magistral, mais qui y ressemble. Il examine en détail des arguments déjà évoqués dans le débat, en citant très extensivement l’expérience de plusieurs autres enseignants américains.

Un argument de l’auteur consiste à faire remarquer que les ordinateurs ont des conséquences négatives au-delà des utilisateurs d’ordinateurs eux-mêmes, ce que je n’avais pas nécessairement remarqué pour ma part. Il explique ensuite comment il a procédé, avec prudence (page 29-sq.), pour interdire les ordinateurs en cours.

Son argumentaire est très riche, et recoupe souvent ma position : par exemple, “ I conceded that taking notes on one’s computer may be easier than by hand, although after doing the research for this paper I do not believe that it is necessarily better” (page 30).

La blogosphère a très largement commenté l’article, plutôt pour en dire du bien, même si les enquêtes menées en classe montrent que le débat est clivant (ici également), et qu’il y a des positions contradictoires fondées en raison. Le débat montre aussi que l’attachement aux ordinateurs tient aussi à la politique d’équipement des établissements.

Ma position actuelle contient une bonne dose de cynisme. La prise de notes par ordinateur s’apparente à la présentation de l’actualité par la télévision : je peux concevoir qu’elle s’insère dans un parcours étudiant avec des effets positifs, mais sous des conditions initiales qui ne correspondent pas au profil majoritaire des étudiants. Je ne vais pas interdire aux étudiants de regarder les journaux télévisés, même si je les incite régulièrement à employer d’autres sources d’information, et même si je constate que cette pratique, potentiellement utile à la réflexion, est le plus souvent handicapante pour eux.

Partant de là, je peux rajouter une section dans mon cours sur l’intérêt de prendre des notes de la manière la plus appropriée, tout comme j’explique comment je pense qu’il faut apprendre à s’informer lorsque l’on est étudiant. Ça ne mange pas de pain, et c’est paternaliste sans trop l’être, car ce n’est pas coercitif. C’est un mécanisme incitatif qui bénéficiera aux étudiants les mieux dotés face à l’institution universitaire, mais on ne me demande pas, finalement, de faire autre chose que de l’élimination différée.