Du Sidi Ferruch à l’Aquarius

(Un billet encore plus décousu que d’habitude.)

Il y a une semaine, une amie me racontait la « saga » de l’Aquarius. Ne lisant plus la presse française mis à part Le monde diplomatique1, je n’en avais pas entendu parler, sinon par un bref communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme.

Comment en est-on arrivé à un tel degré d’absurdité et d’indignité ?

J’ai repensé à l’Aquarius en lisant ceci :

… en avril 1926, au moins une dizaine de « Nord-Africains » furent découverts morts étouffés dans les cales de deux bateaux. Il ne se serait pas agi d’un « drame » isolé, mais seuls des militants du secrétariat colonial de la CGTU dénoncèrent la répétition de ces événements : en décembre 1926, onze Algériens furent « sortis agonisants des soutes du Charley-le-Borgne à Port-Saint-Louis-du-Rhône ». […]

La citation est d’Emmanuel Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France, 2018, p. 35-362, qui donne quelques autres exemples du même type.

J’ai repensé à la tragédie de l’Aquarius en lisant celle du Sidi Ferruch parce que, si le passé est censé fournir un manuel d’erreurs à éviter au présent, alors peut-être peut-on réduire une partie du problème de la réponse européenne à la crise migratoire à un problème de travail mémoriel insuffisant qui nous amènerait à répéter des décisions absurdes et indignes.

Cet argument me paraît toutefois bien faible : le Sidi Ferruch nous est collectivement inconnu, mais je doute que tout le monde, aussi bien chez les dirigeants que dans les populations européennes, ait oublié le sens d’expression « boat people », et si l’on en croit Patrick Kingsley3, les Grecs des îles se souviennent assez bien des migrations forcées de leurs parents en Asie mineure.

L’Europe est le sous-continent le mieux auto-documenté du monde : elle ne manque pas de connaissances sur son passé, de même qu’elle ne manque pas, dans ce passé, d’événements pertinents pour savoir comment (ne pas) se comporter aujourd’hui.

La même observation prévaut, à mon sens, si l’on considère l’offre en « boussoles morales » qui devraient servir à savoir comment (ne pas) se comporter : de ce point de vue, il y a tout ce qu’il faut dans les fameuses « racines chrétiennes » de l’Europe — par exemple, dans l’Évangile selon Saint-Matthieu, chap. 25, versets 35-40 en particulier.

Reste une autre option : considérer que ce que nous avons oublié est le prix à payer en cas de faute morale — ce qui reste très judéo-chrétien et qui ne fait, en conséquence, aucun tort aux « boussoles morales » précitées.

Réduisons l’existence de fautes morales à deux caractéristiques — celle de violer certaines valeurs, et celle d’être matériellement irréparable. Aucune réponse « logistique », rapide ou tardive, ne peut effacer une faute morale : Steiner en parle parfaitement dans In Bluebeard’s Castle, au sujet de l’Holocauste et de ses conséquences civilisationnelles4.

Les valeurs morales violées par Matteo Salvini ou Viktor Orbán sont évidentes, et l’on relève tout aussi facilement, moi le premier, les fautes morales de Donald Trump, jusqu’à la plus récente sur la séparation des familles à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Mais a-t-on vraiment déjà oublié qu’au moment de la photographie d’Alan Kurdi, on réalisait que nous, Européens, faisions difficilement mieux, voire pire, de notre côté, à « nos » frontières ? Et surtout, a-t-on fait mieux depuis ?

Je ne sais pas si l’Union européenne pourra jamais vraiment se remettre de la faute morale qu’elle commet depuis 2014 environ dans son attitude vis-à-vis de la crise migratoire : aucun des plans d’accueil offerts à l’Italie ne proposait d’absorber plus de 10% des arrivées, au nom d’un aléa moral qui a, dans les faits, détruit toute forme de solidarité réelle entre les États-membres.

Laisser dériver un bateau nous coûtera très cher. Je ne vois aucune manière d’effacer ce genre de faute morale en moins de trois-quatre générations, par un oubli aussi salutaire qu’hypocrite. Peut-être cela fait-il partie de l’ADN de l’Union européenne que de fonctionner de cette manière.

Mise à jour, 6 août — lu sur un blog de la London School of Economics :

As Trump was arriving in London, we were conducting fieldwork in the Aegean Islands’ Reception Centres (or hotspots) and reflecting on the emerging similarities. The double walled fences, composed of chain-linked fences and razor wire, are a clear signal of the militarisation of the space that is used to process and register new arrivals.[…]

Many hotspots lack adequate laundry provisions and the requisite hot water to wash clothing and linen leading to infestations. A lack of capacities (space and translators) means that new arrivals can sit, in wet clothing, for up to 24 hours waiting to be vetted and registered. We were also told stories of parents sleeping in shifts to keep rats out of tents so that they did not bite their children. […]

[…] Europe is not an innocent bystander, the defender of human rights. We, too, are complicit in the caging of migrants within our own borders, and we must build on the momentum of this current protest to challenge the policies that place adults and children alike behind razor wire.

  1. Au passage, le site Web du « Diplo » est un excellent complément à l’édition papier, avec notamment des lectures audio des articles. []
  2. L’ouvrage a quelques défauts (pas de cartes dans les premières pages ?), mais surtout beaucoup de qualités, dont une bibliographie étendue. []
  3. Je tenterai de reparler de l’ouvrage sous peu, ayant eu l’occasion de le dévorer lors d’un séjour scientifique de quelques jours à Vienne. []
  4. Steiner fait de l’Holocauste une sorte de point de non-retour civilisationnel qui va beaucoup plus loin que le malaise civilisationnel freudien ou que la « crise des savoirs » husserlienne. []