La séquence électorale française du printemps 2017

Vous l’avez peut-être déjà vu sur TwitterCaterina Froio et moi-même organisons, jeudi prochain à ESPOL Lille, la demi-journée d’étude suivante :

C’est une demi-journée que nous espérons prolonger par une seconde demi-journée au printemps, et où nous inverserons la distribution des genres1.

Le programme ci-dessous a été diffusé par email de manière assez discrète, car l’événement est primordialement destiné aux étudiants de notre école, ce qui fait qu’il n’y a qu’un nombre de places limité pour les auditeurs extérieurs. Vous êtes néanmoins les bienvenus : inscrivez-vous (adresse email sur l’affiche) !

Les intervenants et discutantes de la demi-journée d’étude sont toutes et tous des spécialistes de sociologie électorale, française ou autre, des systèmes de partis et de leurs mécanismes internes (je pense évidemment, ici, aux élections « primaires » des partis, mais pas seulement).

Les thèmes de la demi-journée se passent d’explication : on soulignera juste que la « séquence électorale » dont il est question doit en réalité être étendue à la période 2015-2017, pour inclure a minima les élections régionales de décembre 20152.

La demi-journée fera aussi le point sur les données électorales françaises, et notamment sur l’enquête ENEF 2017.

Lectures recommandées

En préparation pour cette demi-journée, nous (les organisateurs) avons recommandé la lecture des textes suivants3 :

Également recommandées, ces deux notes statistiques de l’Insee, par Guillemette Buisson et Sandrine Penant :

Ailleurs ce blog

Vous avez déjà pu lire, sur ce blog, mes observations sur l’élection présidentielle 2017 (dont un pronostic complètement erroné sur l’impossible victoire d’Emmanuel Macron), puis mes liens pour comprendre les élections législatives qui l’ont suivie.

J’ai déjà oublié à peu près tout ce que j’ai pu écrire à l’époque, et n’ai jamais exploité le dossier « liens / images / docs en vrac » que je m’étais constitué sur les législatives 2017.

  1. Les intervenants sont tous masculins car tous issus d’un même petit groupe d’amis croisés et/ou connus à Grenoble et Paris. []
  2. Je défendrai ce point et quelques autres dans l’introduction de la demi-journée, que je reviendrai partager ici dans quelques jours. []
  3. Les étudiants ont reçu un lien vers les textes (et d’autres), lien que je ne peux pas fournir ici sans risquer 1 800 années de bagne au nom du droit d’auteur. Désolé. []