Bonne année

Cette année, je vais faire plus sobre que l’an dernier, en me contentant de vous inciter à écouter l’une des personnes que je tente d’écouter et de lire aussi attentivement que possible depuis plus de quinze ans :

Today, the threat is growing: escape from catastrophe is a near miracle, and such miracles cannot be trusted to perpetuate.

Noam Chomsky

L’article mentionné vers la 25e minute est le suivant : Joshua R. Itzkowitz Shifrinson, Deal or No Deal? The End of the Cold War and the U.S. Offer to Limit NATO Expansion, International Security 40(4): 7–44, 2016. La thèse principale de l’article a fait l’objet d’un débat contradictoire dans un numéro encore plus récent de la revue.

L’essentiel étant désormais dit, bonne année quand même !

Add. Une amie ayant eu la gentillesse de me faire remarquer que j’étais un peu pessimiste en ce début d’année, voici quelques citations supplémentaires pour 2018, afin de corriger le tir (« un peu »). Et s’il vous faut vraiment quelque chose de plus optimiste, allez écouter les prédictions de The Economist.

Beaucoup d’entre nous, individus ou peuples, sont à la merci de cette idée, ­consciente ou inconsciente, que « l’étranger c’est l’ennemi ». Le plus souvent, cette conviction sommeille dans les esprits, comme une infection latente ; elle ne se manifeste que par des actes isolés, sans lien entre eux, elle ne fonde pas un système. Mais lorsque cela se produit, lorsque le dogme informulé est promu au rang de prémisse majeure d’un syllogisme, alors, au bout de la chaîne logique, il y a le Lager ; c’est-à-dire le produit d’une conception du monde poussée à ses plus extrêmes conséquences avec une cohérence rigoureuse ; tant que la conception a cours, les conséquences nous menacent. Puisse l’histoire des camps d’extermination retentir pour tous comme un sinistre signal d’alarme.

Primo Levi, Si c’est un homme, c. 1947

Ma vie ressemble à un rêve étrange qui ne m’amuse guère et que j’ai de plus en plus de mal à suivre.

Imre Kertész, Sauvegarde : Journal 2001-2003, 2002.

… Ce que je constate, ce sont les ravages actuels, c’est la disparition effrayante des espèces vivantes, qu’elles soient végétales ou animales ; et le fait que du fait même de sa densité actuelle, l’espèce humaine vit sous un[e] sorte de régime d’empoisonnement interne, si je puis dire, et je pense au présent, et au monde dans lequel je suis en train de finir mon existence : ce n’est pas un monde que j’aime

Claude Levi-Strauss