Ordinateurs et prise de note en cours magistral

Le New York Times se fait l’écho d’une enquête qui ne mesure presque aucun avantage à la possession d’un ordinateur lors des études primaires ; pire, la possession d’un ordinateurs semble creuser les inégalités, en faisant stagner les élèves déjà défavorisés dans le système éducatif.

J’ai observé la même chose en cours magistral : les étudiants qui se servent d’un ordinateur pour prendre leurs notes en prennent moins que les autres, et ne relisent ou ne recopient jamais leurs notes sauf au dernier moment, dans la dernière ligne droite des révisions. Plusieurs étudiantes m’ont montré leurs notes prises en trois heures d’amphi : elles avaient noté moins de cinq pages.

L’année prochaine, je pense interdire tout simplement l’ordinateur en cours magistral de première année, pour que tout le groupe soit obligé d’apprendre à prendre des notes, et, dans le meilleur des cas, à recopier ces notes afin de réviser en avance.

Mise à jour : merci d’ores et déjà pour les commentaires sur ma proposition ci-dessus. Je vais me renseigner, notamment en lisant le blog d’un conseiller pédagogique universitaire suisse qui a abordé le sujet, et reparlerai de ce sujet à la rentrée.


26 réponses sur « Ordinateurs et prise de note en cours magistral »

  1. Hum. Une mesure bien radicale. Il serait plus productif de leur apprendre à se servir des notes qu’ils prennent via ordinateur autrement : en leur apprenant à les publier, à les corriger les uns les autres, à les augmenter, à les commenter…

    1. Mesure radicale à problème radical : ne pas savoir prendre des notes en première année d’université revient à ne pas savoir lire en sixième.

      Les compétences “collaboratives” citées sont bonnes, mais arrivent après la compétence individuelle, que l’université a pour mission de leur fournir.

      J’ai conseillé l’augmentation des notes par le manuel que j’ai suivi, presque au chapitre près. Je n’ai pas croisé plus de deux copies témoignant de ce travail.

  2. Par expérience, celui qui sait bien prendre des notes à l’ordinateur capte beaucoup plus d’information en cours que son homologue que doit écrire à la main. Tout l’enjeu pour celui qui prend ses cours à l’ordinateur étant bien évidemment de garder une expérience solide d’écriture, notamment dans les TD ou dans la prise de note personnelle de lecture par exemple.
    De fait, je pense qu’interdire l’ordinateur, c’est empêcher certaines personnes qui ont des difficultés à prendre des notes (notamment en première année) de suivre dans de bonnes conditions le propos du prof. De ce point de vue d’ailleurs le traitement de texte, dans la prise de note d’un cours, est un outil absolument révolutionnaire : le prof a oublié un point dans le chapitre précédent, plus de problème, on réintègre avant.
    Personnellement, j’ai l’ensemble des cours de licence tapés dans mon ordinateur, et c’est un vrai bonheur que de pouvoir y retourner sans devoir déchiffrer des gryphes parfois improbables, et en pouvant aller directement à l’essentiel. Et cela permet éventuellement aussi de faire des mises à jour personnelles à des cours qui ont été importants et auxquels on peut ajouter à volonté des notes de bas de page, des citations plus précises, etc.
    Alors non, vraiment, sur ce point, par expérience, je ne suis pas d’accord avec vous.

    1. Mais justement, l’objectif de la mesure est de forcer les étudiants ayant des difficultés à prendre des notes à apprendre à le faire, ils sont là pour ça et moi aussi ! Chercher l’alternative revient à dire qu’il faut apprendre la musique assistée par ordinateur à des violonistes qui auraient du mal à apprendre le solfège.

      Mon expérience personnelle est exactement inverse concernant la prise de notes, et surtout, quand bien même la quantité d’informations serait équivalente, la qualité de l’information est supérieure en prise manuelle (inclusion des synonymes, liens logiques, construction de listes, espacements pertinents, etc.). De plus, la prise manuelle oblige à se bricoler une sténographie personnelle plus riche que celle de l’ordinateur.

      Une prise de notes réussie ne se transforme pas dans des glyphes incompréhensibles, en tout cas pas rapidement, voire jamais (je relis très bien mes propres archives de 2001-2005). Et surtout, rien n’empêche de recopier ses notes à l’ordinateur, ce qui est formateur en soi : l’étape de copie agrémentée de la rationalisation et de l’augmentation du contenu aide à mémoriser un texte plus compact et mieux composé.

      Je pense lire dans votre réponse un refus que je dois m’attendre à rencontrer l’an prochain. Je ne sais pas si j’arriverais à régler le désaccord en expliquant la mesure, et je ne sais pas si cela aura des conséquences, quelles qu’elles soient. Je vais expérimenter.

  3. Je trouve aussi la décision de bannir l’ordinateur de l’amphi un peu extrême, ça me fait penser aux profs qui interdisent envers et contre tout wikipedia plutôt que d’apprendre à en comprendre le fonctionnement pour l’utiliser à bon escient.

    Il y a tout un travail à faire d’éducation aux outils informatiques et aux TIC en général,auprès des étudiants de premier cycle qui dans la très grande majorité des cas n’ont aucun recul sur leur pratique du numérique et encore moins dans un contexte académique.

    Pourquoi ne pas mettre en place un système de wiki pour l’amphi (sur lequel le prof garde le contrôle) justement où chacun pourrait partager ses notes ?

    1. L’analogie avec Wikipedia est incorrecte. L’utilisation de Wikipedia ne se substitue pas (nécessairement) à la compétence requise, c’est-à-dire l’identification et la référence à des sources scientifiques.

      Dans le cas de la prise de notes, c’est un jeu à somme nulle dans le cadre d’un seul cours : soit les étudiants apprennent à prendre des notes manuellement, soit l’ordinateur se substitue à la tâche et les en empêche.

      Le premier recul qu’il faut avoir sur les technologies est de savoir quand il ne faut pas les mobiliser, par exemple pour apprendre à effectuer un calcul mental. Cette analogie me semble plus pertinente ici.

      Même remarque sur la pratique collaborative : la mission de l’université, qui est de doter les étudiants d’une compétence individuelle, passe avant. Je ne peux pas laisser passer des passagers clandestins, et il y aurait avec un wiki, c’est olsonien ! Je réagirai plus longuement là-dessus un peu plus tard.

  4. Une fois devenus ‘grands’, ces étudiants utiliseront de toutes façons un ordinateur. Je comprends votre souci de leur enseigner à prendre des notes utiles, mais le faire en ayant un impact durable, c’est leur apprendre à prendre et traiter efficacement leurs notes… sur l’ordinateur – ou la tablette voire le téléphone!
    Le numérique présente d’ailleurs des avantages indéniables par rapport au support manuscrit, qu’il conviendrait de mettre en valeur?

    1. Effectivement, comme moi, ces étudiants finiront par prendre 90% de leurs notes sur ordinateur. Mais cela n’exclut pas qu’il faille passer par une phase d’apprentissage sur papier de plusieurs années. Je ne sais pas quelle est la meilleure méthode.

      Les avantages du numérique ne sont pas évidents ici. S’il faut apprendre à prendre des notes, le papier est un meilleur support d’apprentissage à l’heure actuelle. Le numérique a des avantages, mais pas sur ce point—ou alors il faudra me le prouver.

  5. Je persiste à penser que votre projet d’interdiction est inadéquate. D’abord parce que les étudiants ne travaillent pas tous sur le même modèle ; et justement l’enjeu dans les études est de trouver sa propre méthode de travail. Ensuite, mon expérience me fait dire, que la prise de note par traitement de texte des cours magistraux, (1) facilite les révisions par une relecture plus agréable ; (2) permet d’échanger plus facilement les cours s’il y en a à reprendre ; (3) permet conjointement d’améliorer la prise de note écrite. Tout est question d’habitude dans la structuration de l’esprit. Et un étudiant qui a du mal à prendre un cours magistral à l’écrit risque d’être potentiellement dégoûté, ce qui n’est pas le but. Alors quand ça passe pas, autant trouver d’autres voies. Le traitement de texte en est une des plus louables.

    1. Il est correct de considérer que chaque étudiant ne se destine pas à adopter la même méthode de travail, mais la capacité à résumer un exposé de plusieurs heures sur support papier est un objectif pédagogique qui s’applique à tous, au-delà des méthodes différentes que les étudiants développent eux-mêmes.

      Les avantages (1) et (2) sont tout à fait acceptables (le relecture est agréable et l’échange simplifié), mais encore une fois, ils doivent venir après une prise de notes manuelle. Je prévois d’interdire l’ordinateur en cours, pas en dehors des cours.

      L’avantage (3) est à prouver. En réalité, je doute qu’une prise de notes numérique soit plus efficace qu’une prise de notes manuscrite, et je suis à peu près certain qu’elle est moins efficace qu’une prise de notes manuelle puis numérique.

      Je ne peux pas me résoudre à l’idée que certains étudiants peuvent rester incapables de prendre des notes : c’est une compétence essentielle à l’obtention d’un diplôme universitaire. Les notes à l’ordinateur que j’ai observées étaient beaucoup trop pauvres pour obtenir la moyenne, et si aucun progrès n’est réalisé sur la prise de notes, alors il faut souligner cet échec et non l’entériner. De plus, l’hypothèse que les prises de note à l’ordinateur surviennent après un échec à la prise de notes manuscrite est très probablement erronée.

      Ceci me fait penser que je n’ai pas de position sur l’enregistrement des cours, mais je pense que cela peut réconcilier ceux qui se heurtent à des difficultés hors du commun. Et surtout, il y a un manuel à consulter : tout s’y trouve, mon cours est tout sauf original ! Mais peu d’étudiants réalisent (ou tirent les conséquences de) leur échec sur la prise de notes, et les copies montrent que le manuel n’est pas consulté.

    2. Là où à mon sens vous faites erreur, c’est qu’à travers votre constat de ce que les notes prises sur ordinateur seraient « trop pauvres », vous supposez en creux que les mêmes notes prises à l’écrit seraient plus riches, ce qui à mon avis est (très) loin d’être vérifié.
      Je ne sais pas si les prises de notes par ordinateur surviennent après un échec. En tout cas, si c’est le cas, ce peut parfois être un bon moyen de retrouver de l’aisance, quitte à revenir ensuite à de l’écrit.
      Quant au fait de recopier des notes manuscrites à l’ordinateur, c’est d’un inconfort notable, et cela prend un temps considérable qui n’est pas utilisé à mobiliser le cerveau sur le développement d’autres compétences, notamment celle fondamentale de lire et d’assimiler beaucoup de textes.
      Enfin, j’admets qu’une prise de note par ordinateur suppose elle-même une aisance particulière en ce domaine. Et si c’est le cas, je ne vois pas pourquoi vous irez perdre votre temps à faire la chasse aux ordis dans vos amphis. Au-delà de comment est retranscrit le cours, ce qui compte, c’est qu’il soit structuré, clair et prononcé à vitesse intelligible. Alors, tout devient plus facile, qu’on soit à l’écrit ou que l’on soit à l’ordi. Ne vous trompez pas de combat.

    3. Cet argument est beaucoup plus convaincant : effectivement, je n’ai aucun moyen d’affirmer que les étudiants effectuant une mauvaise prise de notes à l’ordinateur se débrouilleront mieux à la prise de notes manuscrite. Je dispose de 36 heures pour leur apprendre quelque chose qui ressemble à ça (savoir prendre des notes).

      Le recopiage du manuscrit vers l’ordinateur n’est pas agréable mais il oblige à lire plusieurs fois ses notes, ce qui me semble avoir un effet mécanique d’apprentissage (lire la même phrase trois ou quatre fois). Le cours magistral est un exercice de rétention, et cette méthode en est une (facultative) parmi d’autres. Je ne la recommande pas, parce que je ne pense qu’il faille un ordinateur pour apprendre par coeur.

      Pour terminer, je ne pense pas me tromper de combat. Je fais déjà tout mon possible pour délivrer un cours clair, structuré, intelligible—j’ai évidemment commencé par là ! Mais je vois bien que certains étudiants se coupent toute possibilité de le mémoriser correctement : en étant absents, en étant peu concentrés, et aussi en prenant mal leurs notes. Ce billet ne renvoie qu’à une fraction de mes observations.

  6. Bonjour,
    Merci pour le lien vers mon blog.
    Juste un petit commentaire suite aux nombreuses réactions. Je dirais simplement qu’avant de se poser la question de l’interdiction ou non (a priori, je ne suis ni pour ni contre), il est important de se poser au moins deux questions:
    – que voulez-vous que vos étudiants apprennent à votre cours?
    – quel sera l’apport de la prise de note par rapport à ce que vous voulez que les étudiants apprennent?
    Par exemple, si ce que vous voulez que les étudiants retiennent, ce sont des définitions, des dates, des faits, des protocoles méthodologiques, etc. qu’ils devront redire ou réécrire à l’examen, alors effectivement, il est important qu’ils prennent des notes exhaustives et correctes. Si par contre vous voulez qu’ils puissent donner leur avis personnel ou expliquer avec leurs mots telle méthodologie ou tel fait historique par exemple, ou qu’ils soient capables d’argumenter leur opinion à propos d’une théorie, alors la prise de note sera probablement structurée différemment, en mettant en évidence des arguments pour et contre, en faisant un schéma d’un enchaînement d’idées ou en notant quelques idées ou réflexions clés qu’ils se font en vous écoutant donner votre cours.
    Quand vous aurez répondu à ces deux questions, vous pourrez alors expliquer aux étudiants plusieurs choses:
    – ce que vous souhaitez qu’ils retiennent et apprennent de votre cours
    – ce que vous attendez d’eux à l’examen
    – quelques conseils pour leur prise de notes, par exemple « notez bien les définitions » ou « essayez de noter les idées clés des différents auteurs dont je parle lorsqu’ils critiquent telle théorie »…
    Vous pourrez alors même leur proposer des petits exercices de prise de notes, par exemple: « maintenant que j’ai présenté cette théorie (ou méthodologie), j’aimerais que vous preniez 5 minutes pour noter individuellement vos idées ou vos critiques ». Ou: « j’ai présenté la théorie de tel auteur, qu’avez-vous noté comme idées clés? ». Vous aurez ainsi la possibilité de vérifier si leur prise de notes est correcte et en correspondance avec vos attentes.
    Après ce que je vous suggère ici, vous vous reposerez alors la question « faut-il interdire les portables en classe? » et vous pourrez y répondre plus facilement. Quelqu’un a dit plus haut « ne vous trompez pas de combat ». Je crois que c’est assez vrai. L’ordinateur, le papier ou le crayon sont juste des outils de travail, la vraie question à se poser est « sont-ils utiles et sont-ils utilisés efficacement pour apprendre ce qu’il y a apprendre? ».
    J’espère que mes suggestions pourront être utiles!
    Au plaisir d’en discuter!

    1. Pour répondre simplement, le cours magistral est effectivement un exercice de rétention (je m’occupe aussi des cours d’argumentation et de réflexion que sont les travaux dirigés), et il est donc crucial que les étudiants prennent des notes exhaustives et correctes. Le seul intérêt de cette formule pédagogique, autrement assez pauvre, est de fournir une base de connaissances commune à tous les étudiants—à condition que ceux-ci aient les moyens de s’accaparer cette base, c’est-à-dire de prendre des notes pendant l’exposé oral.

      L’examen vérifie que la base est bien apprise : je me contente de leur demander une copie du cours, sans réflexion additionnelle. Cet exercice est déjà très difficile pour beaucoup, qui n’ont pas appris à mémoriser efficacement quoi que ce soit au lycée, et qui ne maîtrisent pas suffisamment la langue française pour paraphraser le cours sans commettre d’énormes erreurs d’expression écrite. Dans ce contexte, la copie est déjà un exercice méthodologiquement exigeant, qui devrait être acquis au lycée mais qui ne l’est pas, d’où le rôle d’éliminateur différé de l’enseignant en première année à l’université.

      Rétrospectivement, je réalise que je donne déjà beaucoup d’indications métalinguistiques. Je fais fréquemment des renvois explicites : « On a vu en séance 6, celle sur les totalitarismes, que les régimes… ». Je précise toujours le nombre d’items dans une liste de propriétés (par exemple, « il y a trois étapes majeures à la construction de l’État occidental moderne. La première étape, … »). Je souligne toujours les définitions. Tous les exemples commencent par une expression annonçant l’illustration. Et les noms propres sont tous au tableau.

      Fondamentalement, au cours de l’enseignement, j’ai besoin d’apprendre aux étudiants à mémoriser et à synthétiser. Pour cela, j’ai besoin qu’ils transforment 2h30 d’exposé oral en environ 6-8 pages de texte, pour arriver à une centaine de pages à connaître pour l’examen.

      La discussion me confirme qu’il faut un test empirique sur la prise de notes dans mon amphi. Je ne sais pas encore trop comment je vais assembler un groupe-traitement et un groupe-contrôle sur cette expérience, mais je compte bien essayer ! Peut-être en comparant les notes de la douzaine de personnes prenant des notes par ordinateur avec un échantillon « manuscrit » identique : ce sera tout sauf robuste, mais ce sera un début…

  7. Bonjour,

    j’ai eu la chance de prendre des notes sur ordinateur pendant une partie de mes études secondaires et cette prise de note par informatique a pour moi été très précieuse.
    En effet, lorsque l’on est agile avec un ordinateur portable, il est possible de prendre beaucoup plus de note qu’à la main… surtout pour quelqu’un comme moi qui écrit beaucoup plus doucement que ce qu’il ne tape… en effet, je tape 3 à 4 fois plus vite que ce que je n’écris… et en plus je peux me relire… j’ai en revanche perdu, il est vrai, l’habitude d’écrire… néanmoins maintenant que je suis dans la vie active, il est également rare que j’ai besoin d’un stylo pour m’exprimer… tout se fait par email etc..
    l’autre énorme avantage à la prise de note par ordinateur, c’est que mes cours sont centralisé et sauvegardé de multiple fois… ce ne sont pas des feuilles volantes que l’on peut perdre…
    Il faut à mon sens plus accompagner l’élève à comprendre comment il peut prendre des notes efficaces avec un ordinateur (par exemple en faisant une démonstration de l’outil OneNote…) plutôt que d’interdire…
    Certain de mes profs interdisait l’utilisation du portable durant leur cours… deux solutions pour moi, j’ai toujours argué que c’était pour moi un véritable travail et je leur ai proposé de leur envoyé les notes en fin de cours afin de vérifier que je prenais bien les notes (après deux ou trois lectures ils comprenaient que je ne faisais pas semblant) soit ce sont les cours que j’ai le moins bien suivi.

    Personnellement j’opterais pour la solution suivante :
    Les étudiants qui souhaitent prendre des notes par ordinateurs doivent en démontrer la capacité et la valeur ajoutée en envoyant les notes au prof. Le prof autorise alors ou non en fonction de la qualité de la prise de note l’élève à utiliser ou non son ordinateur.
    Le prof peut alors se permettre de demander à l’élève inopinément à la fin du cours de lui envoyer sa prise de note afin qu’il n’y ai pas de relachement de la part de l’élève…

    Non ?

    Franck

    1. Merci pour cette proposition : c’est une façon raisonnable de procéder, car comme le montrent les commentaires sur ce billet, il est difficile voire impossible de déduire la supériorité de la prise de notes manuelle ; il faudra donc que je le prouve inductivement.

    2. Prenez la décomposition en grandes étapes de chaque cours ainsi que les références d’un cours à l’autre: vous pouvez demander aux élèves prenant des notes sur ordinateur de bien faire ressortir cette structure et ces liens en retravaillant leurs notes, ce qui sera plus dur à obtenir pour du manuscrit. Vous pouvez ainsi facilement leur inculquer des méthodes voire réflexes de prise de notes efficace en utilisant l’ordinateur… habitudes qu’ils ont de fortes chances de garder pour leur vie future!

      Je suis convaincu que vous pouvez beaucoup les faire progresser en leur donnant des ‘recettes’ à appliquer pour le numérique, comme vous le faites ou le feriez pour le manuscrit. Battez-vous pour la méthode, pas contre le support!

      Bon courage et bravo pour avoir lancé et entretenu le dialogue!

    3. Je conseille systématiquement aux étudiants de noter les renvois d’un cours sur l’autre, et aussi de noter les répétitions, afin de noter, relire et réviser plusieurs fois les processus les plus importants. De même, je leur fournis toujours une structure stable et simple, en deux parties et deux ou trois sous-parties, dont le contenu est lui-même scindé en listes.

      Tout ceci peut se noter à la main ou à l’ordinateur, mais la prise de notes manuelle conserve un avantage, bien souligné par la méthode Cornell : celui de pouvoir compartimenter, sur le papier, l’information, en incluant une marge de notes supplémentaires, par exemple. Le papier laisse aussi une grande liberté sur la manière de faire des listes, des indentations, et ainsi de suite.

      On peut faire tout ça sur ordinateur, mais c’est moins évident, et surtout, un traitement de texte standard n’incite pas à aller vers ces mises en pages intelligentes. Effectivement, donc, le support n’est pas l’ennemi, mais presque. Je vais réfléchir aux recettes et laisser le support libre : cette conversation montre qu’imposer quoi que ce soit aux étudiants est trop brutal, et de toute manière, l’interdiction sans sanction marche mal en milieu universitaire (comme ailleurs).

    4. Je ne suis pas du tout d’accord avec cette vision du support qu’est l’ordinateur.

      Les logiciels dédiés à la prise de note permettent cette « prise de note intelligente », permettent les indentations que l’on veut… elles sont même automatisées et elles sont poussées…

      Il faudrait vraiment que je puisse vous montrer ou que vous puissiez tester ce genre de logiciel… C’est extrêmement pratique de pouvoir faire un schéma également directement dans le cours. Les logiciels de prise de note considère que nous avons une page blanche devant nous et que nous pouvons y écrire où bon nous semble…

      Regardez cette vidéo.

      Franck

  8. Il me semble que le vrai problème ici, c’est que l’idée même du cours magistral, où le prof dicte un texte que les élèves doivent noter et recracher sur l’examen, n’a aucun intérêt pédagogique. C’est un exercice strictement inutile qu’ils ne retrouveront plus jamais, une fois leurs études terminées, qu’ils s’orientent vers la recherche ou vers l’industrie. Quel est l’intérêt de recopier un texte plutôt que de l’emprunter à la bibliothèque et de le lire tout simplement ? Je n’ai jamais pris de notes, tout au long de ma scolarité, parce que je trouve la prise de notes empêche de se concentrer sur le contenu du cours et d’y réfléchir. Pourtant j’ai toujours eu de bonnes notes et je suis actuellement doctorant. Voulez-vous apprendre à vos élèves à être sténographes où à comprendre et à réfléchir ?

    1. Je suis entièrement d’accord, l’intérêt pédagogique est très limité. Un cours magistral ne peut servir qu’à faire absorber l’équivalent d’un manuel à un large contingent d’étudiants ; d’une part, je ne suis pas sûr que cela serve à grand chose, d’autre part, je ne suis pas sûr que cela fonctionne.

      Un des rares avantages du cours magistral à mes yeux réside dans la prise de notes, qui s’appuie sur plusieurs capacités (écoute, concentration, synthèse, écriture rapide) dont l’intérêt est évident. Malheureusement, l’examen final ne permet pas de valider ces capacités, et réduit le cours à sa dimension la moins intéressante.

      Je ne sais pas ce que je veux apprendre à mes étudiants (ils ne sont plus élèves, ou en tout cas c’est ce que je m’évertue à leur faire comprendre). Voici les trois options qui se dégagent dans ma vision des choses :

      1) L’examen final m’incite à en faire des “perroquets” : on est alors plus près de l’école coranique que du dialogue socratique.

      2) L’objectif final de l’université étant d’émanciper intellectuellement (note ci-dessous), la réflexion et la compréhension est l’idéal défendu dans le cours.

      3) L’un des moyens techniques servant cet objectif est la prise de notes : en faire des “sténographes” intelligents est défendable.

      Note sur l’émancipation intellectuelle : le fronton de l’Université de Fribourg en Brisgau, « la vérité vous rendra libre », est une citation de l’évangile selon Saint-Jean, chap. 8, verset 32). Lyotard rappelle dans un texte dont j’ai perdu la source que l’Université servait originellement à connaître la Vérité et à émanciper intellectuellement (par la connaissance individuelle du Verbe). Le second objectif n’a pas beaucoup changé, c’est sur le premier qu’il y a eu quelques altérations salutaires (le terme est bien à sa place ici).

  9. Franck : je connais ces logiciels, j’en ai moi-même quelques-uns d’installés sur ma machine. Mais le “support ordinateur” dont vous parlez suppose (1) que les utilisateurs savent écrire assez rapidement au clavier et (2) qu’ils aient conscience de la nécessité de s’équiper intelligemment au niveau logiciel pour prendre des notes.

    Ce n’est pas le contexte dans lequel je travaille. C’est dans ce seul contexte que je situe ma réflexion, ce n’est pas une charge absolue contre la prise de notes par ordinateur interposé. Je serais bien mal placé pour formuler une telle critique, vu que 95% de ce que je note est noté sur un ordinateur.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search