Les effets politiques des blogs : rapide synthèse spéculative

Une suite d’événements sans relation les uns aux autres m’a permis de redécouvrir les résultats de l’enquête Mediapolis dans un texte d’un politiste et (ancien ?) blogueur, Thierry Vedel.

L’enquête Mediapolis confirme des phénomènes observés aux États-Unis. L’utilisation Internet ne résorbe pas les inégalités de participation politique, dans la mesure où Internet participe à la reproduction numérique des inégalités sociales (dont font partie les inégalités de compétence politique, de politisation et de participation civique et politique), et ce y compris chez les jeunes. Ses effets polarisants sur l’électorat ne modifient pas radicalement le paysage politique, et les contributions politiques en ligne ressemblent d’assez près aux contributions hors-ligne.

Même si l’hypothèse nulle ne se vérifiait pas, et qu’Internet et/ou les blogs devaient avoir un effet politique, il faudrait encore montrer que cet effet peut être suffisamment important par rapport aux effets des médias traditionnels. Ces effets incluent : lancer des scandales de très grande ampleur, fournir des arguments déterminants dans le débat politique, provoquer un afflux d’activisme chez les militants, ou augmenter substantiellement les contributions financières pour un parti politique.

On peut trouver des exemples de ces effets en suivant le scandale autour de Liliane Bettencourt, en repensant au scandale autour de Monica Lewinski, ou encore en se souvenant de l’enseignant qui avait défrayé la chronique lors du débat sur le traité constitutionnel européen. Mais il est rare que ces exemples soient correctement estimés ; une exception notable est le Colbert Bump aux États-Unis : un passage dans cette émission satirique a des retombées financières significatives pour ses invités politiques.

Ces résultats ne signifient pas que certains aspects d’Internet, notamment les blogs, ne puissent pas produire des effets transformatifs dans l’espace politique : les blogs sont très lus dans les milieux journalistiques et politiques, ce qui suffit à anticiper ces effets ; comme le dit assez justement Régis Debray, en France, personne ne lit la presse à l’exception des journalistes et des hommes politiques, ce qui suffit largement à lui donner un rôle prédominant dans la compétition partisane et électorale1. Twitter semble avoir acquis le même statut que les blogs à cet égard.

Pour le moment, ces effets transformatifs ne sont pas précisément identifiés, ni mesurés, même s’il est simple d’observer anecdotiquement certains de ces effets. Plusieurs auteurs se sont lancés dans des démonstrations plutôt abstraites autour de ces effets, mais sans fournir un discours cohérent et empiriquement vérifié2 ; pire, certaines théories tiennent plus de l’oracle grec que du raisonnement, et servent à créer des effets de mode chez les personnes qui iront investir dans Internet et les blogs (en leur accordant des accréditations presse, par exemple) à des fins politiques.

Ce lien clientéliste n’est pas le signe d’une relation de cause à effet avérée entre blogs et politique, et tient plutôt de l’opération commerciale ; les participants à ces opérations ont par conséquent intérêt à investir dans le mythe des effets politiques des blogs s’ils veulent préserver ce qu’ils ont arraché au journalisme sur ce terrain. C’est d’ailleurs au niveau commercial que le lien entre blog et journalisme est le plus évident, les seconds craignant de se voir démunis d’une partie de leur capital (financier, professionnel) par les premiers, de même que d’autres dans le champ intellectuel craignent de voir Internet dévaloriser leur pratique d’occupation de l’espace public sur des “crédentiels” littéraires et intellectuels somme toute assez flottants3.

Ces prises de position, qui se comprennent à partir d’une sociologie basique des professions, survivent également grâce à une incompréhension mutuelle des règles de fonctionnement de chaque groupe : le journalisme ne s’est pas particulièrement illustré dans son interprétation du blogging, si l’on s’en réfère par exemple à l’article de Xavier Ternisien sur les pigistes des “rédactions Web”4 ; les blogueurs qui se plaignent de ne pas être considérés comme de vrais journalistes ignorent (parfois sciemment) les contraintes de cette profession ; et la classe politique se laisse en partie rouler dans la farine par ses équipes de communicants, mais en partie seulement, car l’enrôlement des médias, quels qu’ils soient et quels que soient leurs effets réels sur les résultats électoraux, peut être stratégique même si elle se fonde sur des croyances très limitées, voire erronées, sur le fonctionnement réel des phénomènes médiatiques.

Le rôle exact laissé à la rationalité des calculs stratégiques dans ces jeux de position (entre blogs, médias et politique) est une donnée très élusive, qui justifie l’emploi d’hypothèses d’arrière-plan dans la détermination des effets causés par les uns sur les autres. Mais ces hypothèses restent d’un intérêt très limité sans que l’on y adjoigne un corpus de données empiriques méthodiquement constitué, et que l’on y applique des méthodes d’analyse elles aussi publiquement éprouvées. Ce travail reste en grande partie à faire, et des groupes de recherche français et internationaux y œuvrent déjà. les résultats seront sans doute plus intéressants que l’ensemble des raisonnements spéculatifs plus ou moins plausibles que l’on peut construire autour des blogs et de la politique, catégorie dans laquelle je range par ailleurs la présente analyse, même si je la conçois comme marginalement mieux informée sur le plan sociologique et bénéficiant d’une expérience assez éprouvée du blogging.

  1. À noter que Régis Debray parlent de “corporations” journalistiques et politiques, ce qui se rapproche un peu trop à mon goût d’une argumentation passéiste et/ou démagogique à l’égard des deux groupes, même si j’ai moi-même acquis une partie de ce discours, notamment par mon activité de recherche scientifique. []
  2. Un exemple est à lire chez ce critique de Thierry Vedel, par ailleurs tout à fait appréciable (c’est mon lien de solidarité avec tous les rôlistes de la planète qui s’exprime ici), mais qui se contredit assez souvent dans ses positions. []
  3. Je veux dire qu’à part leur position sociale et leurs réflexes conservateurs, qui en font les derniers vrais agents d’une conscience de classe mais en haut de la hiérarchie sociale, on se demande d’où provient leur titre d’intellectuel. Quand on lit une histoire des intellectuels français, on a du mal à y intégrer Bernard Henri-Lévy ou Alain Finkielkraut sur des critères autres que fonctionnels et formalistes (le premier semble posséder une connaissance spéculative de Daniel Pearl, des États-Unis ou de la philosophie ; le second est l’inventeur du “pogrom anti-républicain” lors des émeutes de novembre 2005, remarque qui établit à elle seule la nécessité d’une recherche scientifique de qualité sur les banlieues, la pauvreté et l’anti-sémitisme). []
  4. Cette cécité est en grande partie liée à un effet de champ, ce qui fait que j’entérine le ton du lien cité à titre de blogueur, pas à titre de scientifique. Cette position de scientifique n’est pas neutre non plus : la position de la “tour d’ivoire” face aux champs journalistique et politique est un construit social dans lequel je me place volontairement et subjectivement. []

5 réponses sur « Les effets politiques des blogs : rapide synthèse spéculative »

  1. Tu commets l’éternelle erreur. On se fiche des blogs. Ce n’est pas les blogs ou facebook ou twitter qui ont une influence politique, mais l’ensemble des outils… mesurer l’impact des uns ou des autres revient à sectionner quelque chose qui ne peut l’être.

    Puis il faut savoir de quelle politique il s’agit. Si c’est l’électorale, 100% d’accord. Si c’est de la politique au sens large, celle qui m’intéresse, on en reparlera. Mon Alternative nomade dont je diffuserai bientôt une version définitive montre le contraire.

    Simple piste, l’économie fait partie de la politique. Et Internet n’aurait aucune influence sur elle ? Sur la façon dont nous communiquons, nous travaillons… réduire la politique aux élections… c’est un peu réducteur non? Et j’ai d’ailleurs expliqué pourquoi Internet ne pouvait avoir d’influence dans ce cadre particulier (et j’ai même un projet de livre sur ce sujet).

    PS : mes contractions, j’apprécie toujours qu’on les mette en évidence… En plus, je suis contre les systèmes, donc la cohérence.

    1. Il n’y a pas plus de preuves dans le cas de Facebook ou Twitter ; au contraire, si les réseaux constitués sur les réseaux sociaux tiennent encore plus de l’entre-soi (des réseaux de convivialité), alors les effets polarisants seront encore plus flagrants, qu’il s’agisse de compétition électorale ou d’autre chose.

      Je ne suis pas sûr d’avoir compris le paragraphe sur l’économie et la politique, donc je passe—pour terminer sur la cohérence : finalement, cela confirme que l’on fait un métier utile lorsque l’on se donne la peine d’être cohérent…

  2. Il me semble que vous avez largement raison sur le faible impact “actuel” des blogs sur la politique au sens ordinaire du terme (c’est-à-dire avec au centre l’arène électorale et la politique de l’État).
    Cela reproduit très largement les comportements politiques antécédents; par contre, Internet redonne une viabilité économique (ou simplement pratique) à la vieille “feuille de chou” partisane syndicale ou associative, chaque tendance politique peut de fait s’exprimer à coût presque nul sur Internet. Chacun reste dans son camp, et on observe effectivement une tendance à la radicalisation de chacun.

    De plus, tant que les opinions sur Internet restent celles d’individus connectés seulement par divers outils (Facebook, twitter, listes de diffusion), là encore cela ne change pas grand chose par rapport à la situation antérieure. Il manque l’aspect essentiel de l’organisation!

    La vraie nouveauté serait qu’une tendance mal représentée dans les organisations officielles de l’opinion publique (partis, syndicats, associations, cercles, etc.) s’organise via le web, et débarque ensuite dans l’arène électorale. On peut penser au “Parti pirate”, mais aussi à la liste Beppe Grillo en Italie. Celle-ci mêle un média électronique (le blog de Beppe Grillo), plus des créations de cercles locaux (cellules) in real life via un site de rendez-vous sur Internet. On fait la même chose qu’il y a cinquante ans, mais avec un coût moindre en matière organisationnelle. (A noter aussi l’importance du mode de scrutin, pour le Parti pirate en Suède aux Européennes de 2009 ou en Italie aux régionales de 2010 pour la liste B. Grillo). Toutefois, l’idée générale reste la même : ce n’est pas Internet, ni n’importe quel média ou dispositif technique, qui va faire changer radicalement ce critère essentiel de mobilisation politique, l’intérêt pour la politique. Pas plus que le téléphone, le télégraphe, ou la presse rotative.

    A noter aussi que le plus important des blogs n’est rien en France par rapport à l’audience de Ouest-France ou d’un journal de 20 heures. Comme toutes les feuilles de chou qui ont existé depuis que “le droit de timbre” a été supprimé!

    1. Sur l’économie numérique des idées, un phénomène échappe souvent aux observateurs : tant que les “feuilles de chou” ne touchent que leurs audiences naturelles (celles dont les préférences correspondent déjà à celle de la publication), tout va bien, mais dès que le public s’élargit et touche d’autres audiences, les coûts de diffusion augmentent finalement très vite et mettent la “feuille de chou” en péril. L’exemple d’Acrimed illustre quelque chose comme ça : ce site Internet a beaucoup de succès, parce qu’il publie constamment une information critique sur les médias, mais ses coûts de production de l’information sont très élevés et les appels aux dons se multiplient pour éviter une crise financière sérieuse dans l’équipe.

      L’exemple du Parti pirate est excellent, mais les conversions réussies (de la mobilisation en ligne à la mobilisation physique) sont très rares ; en France, DADVSI et HADOPI n’ont pas donné de manifestations spectaculaires, et même les pétitions ont eu des effets très limités. Une grève de 50 salariés du secteur secondaire, organisée par deux délégués syndicaux et reprise dans la PQR, reste plus visible que 5000 entreprises de protestation en ligne.

  3. L’exemple d’Acrimed est effectivement significatif d’un phénomène plus général : une forte audience suppose pour durer dans le temps de dégager des ressources humaines (gratuites ou rémunérées), mais il faut bien dire que là encore la différence n’est pas bien grande avec le monde d’avant. Tout groupe d’intérêt s’il veut durer après la période initiale d’enthousiasme doit rémunérer d’une façon ou d’une autre ses militants professionnalisés.
    Une des difficultés d’internet de ce point de vue est de permettre la multiplication presque à l’infini d’expériences d’expressions militantes sur une cause via la facilité du net, et du coup, la concentration des forces n’en est que plus difficile. Or mille personnes isolées avec chacun leur blog, facebook, twitter, etc. ne font pas une organisation de mille militants….

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search