Annals of Youtube Science 1(13): Prévoir le terrorisme

J’ai pris le temps, ce mois-ci, d’accomplir un de mes rituels estivaux : aller voir sur quoi Aaron Clauset travaille en ce moment. J’ai redécouvert, à cette occasion, sa conférence sur « le futur du terrorisme », où il parle en réalité surtout de ses recherches sur le sujet, et en particulier de son papier « On the Frequency of Severe Terrorist Events ».

La vidéo est en assez basse qualité (la conférence date de 2010), et elle est hébergée par le Santa Fe Institute (chaîne Youtube) :

Il faut attendre la toute dernière partie de la conférence, lorsque sont rapidement abordés le terrorisme nucléaire et le cyber-terrorisme, pour réellement avoir affaire à une vision de « l’avenir du terrorisme », à compléter par les risques liés au terrorisme biochimique, qui n’est cité que dans les questions-réponses de la conférence.

Néanmoins, l’intérêt de la présentation ne réside pas, de mon point de vue, dans ces parties finales : ce que je trouve plus utile ici, c’est d’observer, avec 7 ans de recul, un chercheur qui ne disposait que d’un catalogue raisonné des attaques terroristes passées, et qui, à partir de ce catalogue (remplacé par un autre catalogue depuis), pouvait déjà esquisser une partie de la situation actuelle d’un strict de point de vue quantitatif.

Tout l’intérêt de la prédiction vient justement ici du fait qu’elle est largement indépendante du détail des événements étudiés : Aaron Clauset le dit clairement à la 55e minute de son intervention, et le répète par la suite en réponse à l’une des premières questions qui lui sont posées. Le raisonnement ne porte pas sur les origines (acteurs et motifs) des attaques étudiées, mais sur leur volume (le nombre) et sur la dynamique (le timing).

Avec très peu de variables à l’entrée, dont l’une des plus cruciales est que la plupart des attaques sont uniques (i.e. perpétrées par un seul groupe qui ne sera pas en mesure d’en conduire d’autres), le modèle utilisé par Clauset aboutit à une vision de moyen-long terme qui bat complètement en brèche la gestion quasiment au jour le jour des attaques terroristes, gestion dont on a pu observer, au cours des dernières années, la totale inutilité.

Sur le même sujet, je vous renvoie aux Annals of Youtube Science 1(1), sur les profils des jihadistes, 1(3), sur le Moyen-Orient, et 1(10), sur Daech.