L’AFSP, un congrès international(isé) ?

Commençons par une anecdote.

Lors du dernier Congrès de l’Association Française de Science Politique (AFSP) s’est tenue une sorte de table ronde sur les « frontières » de la science politique, à la fois en tant que discipline scientifique et en tant que matière d’enseignement. Le programme du Congrès annonçait l’événement sous la forme d’un « atelier », mais en pratique, l’atelier « AD 1 » a pris la forme d’une suite exposés plus ou moins longs, donnés par un panel de participants du Congrès.

À la fin du tout premier exposé, qui résumait à grands traits la féminisation et la « nationalisation » (l’expansion hors-Paris) de la discipline depuis la Seconde guerre mondiale, une personne dans la salle a demandé la parole. Après s’être présentée comme criminologue et belge, et à ce titre un « double étranger » à la science politique française, la personne a noté que l’exposé n’avait pas fait mention de l’internationalisation de la discipline, alors que l’on était peut-être en droit d’attendre à ce que cet aspect des choses soit discuté dans un atelier portant sur les « frontières » de la discipline.

La question était parfaitement à sa place dans l’échange d’idées, mais qu’appelle-t-on « l’internationalisation » d’une discipline scientifique ? S’il s’agit de déplacer (une partie de) ses publications vers des supports internationaux, alors le sujet a déjà été traité : internationalisation faible et liée aux objets et aux méthodes plutôt qu’à l’âge. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’envoyer périodiquement ses chercheurs dans des conférences et dans des institutions étrangères, ou de recevoir, tout aussi périodiquement, des chercheurs étrangers dans ses propres conférences et institutions ?

Les données

Pour ce que ça vaut, j’ai pris le temps de rajouter quelques lignes au code dont je me suis servi pour dessiner les réseaux de co-participation aux panels du Congrès de l’AFSP. Le code collecte désormais plus d’informations, et en particulier, les affiliations des participant(e)s aux sections thématiques des différentes éditions du Congrès pour lesquelles les archives sont accessibles1. Pour rappel, il y en a cinq, à raison d’une tous les deux ans : 2009, 2011, 2013, 2015, 2017.

Si vous prenez le temps de jeter un coup d’oeil aux données, vous verrez que les affiliations sont loin d’être parfaitement standardisées : j’ai néanmoins fait de mon mieux, et surtout, je pense que les données manquantes le sont de manière aléatoire – autrement dit, les affiliations manquantes, qui varient de 4% du total pour l’année 2009 à 10% pour l’année 2013, ne devraient pas menacer les statistiques descriptives qui suivent2.

Mon système de codage pour les affiliations me permet de facilement repérer celles qui correspondent à des institutions situées à l’étranger – et qui incluent, par ailleurs, de nombreuses institutions françaises, et notamment le Centre Marc Bloch, qui accueille beaucoup de politistes français. De fait, beaucoup de politistes présents au Congrès de l’AFSP et basés (ou affiliés) à l’étranger sont tout ce qu’il y a de plus français – et inversement, une large fraction des politistes basés en France est étrangère3.

Je ne vais pas discriminer entre institutions, ou entre les politistes qui s’y trouvent : pour ce billet, je vais juste repérer les pays avec lesquels la science politique entretient des liens par le biais des participations aux sections thématiques de son Congrès. Ma seule précaution consistera à ne pas inclure la section thématique organisée en 2015 par le RC 20 de l’IPSA, qui fait exception dans sa composition très internationalisée (add. : il faut aussi enlever la ST 41 du Congrès 2013, pour la même raison).

Les résultats

Commençons par repérer les pays fournissant le plus d’affiliations étrangères parmi les participant(e)s des cinq Congrès AFSP que l’on examine :

Aucune surprise ici : les pays avec lesquels la science politique française « partage » son Congrès sont d’abord ceux de l’espace francophone, mélangés aux pays européens mitoyens et à quelques pays francophiles, où la maîtrise du français se perpétue parfois comme un marqueur d’appartenance aux classes supérieures. La liste des pays est évidemment aussi contrainte par le développement des professions universitaires et scientifiques, qui reste très largement conditionné aux budgets nationaux et à la dépense publique.

Passons désormais à la part que représente ces participant(e)s avec au moins une affiliation étrangère4, notée « E », parmi l’ensemble des participant(e)s, noté « P », à chaque édition du Congrès de l’AFSP depuis 2009. C’est le résultat principal de mon petit exercice, représenté ci-dessous sous la forme d’un pourcentage par édition du Congrès sur les huit dernières années :

Ce résultat est plus difficile à interpréter qu’il ne peut y paraître de prime abord. Il y a au moins trois possibilités : (1) un problème de mesure qui fausse l’ensemble des données, ce qui est peu probable à mon sens ; (2) une présence exceptionnellement forte de participant(e)s à affiliation(s) étrangère(s) en 2009, année à laquelle le Congrès avait lieu à Grenoble (ce qui est la bonne explication ; voir en fin de billet)5 ; ou (3) une diminution de la part de ces participant(e)s au cours des éditions 2011-2017 du Congrès, qui avaient lieu dans des villes très touristiques6.

Pour être sûr de mon coup, j’ai testé différents dénominateurs : le graphique ci-dessus exclut complètement les participant(e)s pour lesquels l’affiliation universitaire est manquante, et ne compte qu’une seule fois les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » que j’évoquais dans mon billet précédent7. La modification de l’un et/ou l’autre ces deux paramètres ne modifie que très marginalement les résultats, sans que cela ne menace à aucun moment le différentiel 2009/post-2009 observé plus haut.

Discussion rapide

Il n’y a pas, ci-dessus, de quoi se lancer dans une grande tirade sur « l’attractivité internationale » de la science politique française, sur la fuite des cerveaux et sur les « cerveaux en voyage », ou bien encore sur l’internationalisation de la science politique française. Je m’en suis tenu à une mesure (approximative) de la part de politistes basés à l’étranger parmi les participant(e)s au Congrès de l’AFSP, et de sa variation au fil d’une période de huit ans.

Les résultats me paraissent robustes et ont l’intérêt, de mon point de vue, de porter sur une population de politistes différente (et beaucoup plus étendue) de celle des travaux précédents : l’étude précitée d’Emiliano Grossman, sur les publications des politistes français, se base sur une enquête auprès d’un peu plus de 200 politistes ; et la troisième partie de la thèse de Thibault Boncourt, qui porte spécifiquement sur l’internationalisation de la discipline, elle utilise 21 entretiens pour l’échantillon français (voir tableau 4a, p. 49).

Ici, je montre que la part de politistes « affiliés à l’étranger » dans les éditions récentes du Congrès AFSP ne dépasse pas un participant(e) sur quatre – et si l’on retranche à cette fraction les politistes français basés à l’étranger de manière temporaire, le chiffre descend certainement de plusieurs points de pourcentages.

De ce point de vue, les Congrès AFSP, tout comme les revues où se publie la majeure fraction de la production scientifique de la discipline, ne sont donc pas le lieu d’une forte mixité entre l’espace scientifique national et d’autres espaces — ce qui tend probablement à y encourager la discussion des problématiques nationales – je pense évidemment aux postes – au détriment des aspects plus internationalisés du travail disciplinaire – je pense évidemment à l’agenda scientifique.

Je ne sais pas si ce constat – hypothétique ! – est à déplorer, ne sachant pas si « l’internationalisation » des participant(e)s fait partie des objectifs des organisateurs successifs des Congrès AFSP et de leurs sections thématiques. Une seule chose est sûr de mon point de vue : internationaliser une section thématique AFSP est tout à fait possible. Nous l’avons fait dans le cadre de la « ST 38 », qui s’est tenue en large partie en langue anglaise, et qui s’est bien déroulée. Il n’y a donc aucune fatalité à lire dans l’état actuel des choses, mais peut-être simplement une réflexion à avoir à l’avenir.

Post scriptum : comme indiqué plus haut, le code et les données sont en ligne. Le code des graphiques est publié à part.

Addendum : le commentaire d’Yves Déloye, ci-dessous, me rappelle que le Congrès AFSP 2009 n’était pas un congrès comme les autres, puisqu’il accueillait aussi le troisième Congrès international des associations francophones de la discipline (CoSPoF). J’aurais dû m’en souvenir, j’y étais !

J’en profite pour rajouter deux choses : (1) les résultats sont aussi provisoires que les données, car il reste du nettoyage à faire (voir les mises à jour sur GitHub) ; et (2) toute aide est naturellement bienvenue.

  1. Je n’ai pas traité les conférences plénières et autres « modules disciplinaires », très inférieures en nombre, et qui me semblent moins représentatifs du phénomène que l’on cherche à examiner. []
  2. Ces valeurs manquantes sont pour partie liées aux participant(e)s qui ont « décommandé » leur participation au Congrès, et qui apparaissent dans les indexes des participant(e)s, mais pas dans les programmes des section thématiques, d’où viennent les affiliations. []
  3. Comme l’a rappelé le membre (allemand, et parfaitement francophone) du bureau de l’ANCMSP qui s’exprimait lors de « l’AD 1 », la CJC estime à près de 40% le pourcentage de jeunes chercheurs étrangers parmi les jeunes chercheurs travaillant en France. []
  4. Les participant(e)s aux Congrès AFSP peuvent naturellement avoir déclaré plusieurs affiliations universitaires : le phénomène, qui s’explique notamment par les affiliations au titre de « chercheur associé », concerne au moins 10% de la population étudiée. []
  5. Vu que le Congrès a lieu au début de l’été, on peut rejeter tout de suite l’hypothèse d’un effet « ski alpin » sur l’affluence au Congrès AFSP 2009 de Grenoble – bien que l’effet « ski belt existe bel et bien dans cette ville pendant l’hiver. []
  6. Là encore, je pense que l’on peut écarter l’hypothèse d’un effet « tourisme » non trivial, à moins de considérer que les politistes préfèrent Grenoble en été (très chaude, très polluée) à Aix-en-Provence, Montpellier ou Paris… ! []
  7. Cette étape est difficile à réaliser, d’où le nombre de participant(e)s « P » plus élevé qu’il ne l’est réellement à chaque Congrès. Par exemple, cette année, le Congrès 2017 a réuni, selon l’un des participants de « l’AD 1 », 685 participant(e)s. []

2 réflexions au sujet de « L’AFSP, un congrès international(isé) ? »

  1. Merci pour cette étude intéressante et riche. Une seule petite contribution : le Congrès de 2009 (Grenoble) avait la particularité d’accueillir en France le réseau des associations francophones de la discipline. Ce qui explique peut-être l’ouverture internationale spécifique de cette édition. Le Congrès de Bordeaux en 2019 accueillera à nouveau ce Congrès des associations francophones.

Les commentaires sont fermés.