AFSP 2017 à Montpellier

Dans un peu moins d’une semaine, du 10 au 12 juillet, l’Association Française de Science Politique (AFSP) tient son 14e Congrès à Montpellier.

J’y vais pour co-animer une section thématique, déjà mentionnée par deux fois, le mercredi matin : « Quantifier et qualifier l’activité parlementaire : données, méthodes, pratiques ». J’y vais aussi parce que j’aime bien l’idée d’un congrès réunissant toute une discipline (ou presque), ce qu’il est possible de réaliser à l’échelle d’une « petite » discipline comme la science politique française1.

Du coup, si vous lisez ce blog et que l’on ne se connaît pas, proposez-moi de prendre un café ou un Perrier à un moment du Congrès ! Mon numéro de téléphone portable est remarquablement bien caché sur la première page de mon CV scientifique.

Au passage, s’il se passe un truc incroyablement incroyable au Congrès de l’AFSP, j’en rendrai compte ci-dessous, mais bon, ne préparez pas le pop-corn.

Quelques réseaux de Congrès AFSP

Histoire de bien finir l’année universitaire, voici quelques réseaux de co-participation aux différents panels – conférences plénières, ateliers et modules en tous genres, et surtout sections thématiques – des Congrès AFSP, éditions 2009-2017, soit cinq éditions – une tous les deux ans.

Les données proviennent des indexes des participant(e)s à chaque Congrès AFSP sur la période observée. Il faut bien noter que les indexes listent les participant(e)s potentiel(le)s : en pratique, certain(e)s de ces participant(e)s ne seront pas venu(e)s au Congrès2.

Dans chacun des graphiques ci-dessous, les points gris désignent un panel du Congrès, les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à un seul panel, et les points rouges désignent les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » qui ont participé à plus d’un panel du Congrès. Enfin, l’intensité des liens renvoie à une pondération inverse qui accentue visuellement les participations à des panels avec peu de participant(e)s3.

Y a-t-il de plus en plus de congressistes multi-positionné(e)s – de degré 2+ dans ces graphes bipartis – au Congrès AFSP ? La réponse est non, malgré les opportunités offertes par l’augmentation du nombre de panels. De 2009 à 2017, le nombre de participant(e)s multi-positionné(e)s est stable aux alentours de 1 participant(e) sur 7 :

Congrès Panels Participant(e)s Ratio % degré 1 % degré 2+ C − 1
2009 60 725 12.0 83 17 3
2011 61 632 10.3 85 15 8
2013 78 862 11.0 85 15 8
2015 73 869 11.9 84 16 2
2017 80 780 9.75 85 15 7

Dans le tableau ci-dessus, la colonne « Ratio » donne le ratio participants / panels, qui est en baisse cette année : il devrait y avoir moins de participant(e)s à chaque panel, ce qui nous éloigne d’un Congrès jouant le rôle d’une « assemblée générale de la discipline en France », et nous rapproche d’une « General Conference » fortement panélisée (et donc fragmentée), façon ECPR.

Le nombre de composants isolés du graphe, noté « C − 1 » ci-dessus car l’on a seulement compté les composants non connectés au composant principal, correspond au nombre de panels dont aucun participant(e) n’a participé à aucun autre panel du Congrès. Ce chiffre est faible, mais il est sensible au type de panels : l’organisation de conférences plénières, par exemple, peut le faire varier selon la nature des invité(e)s.

Au final, quelle discipline sommes-nous ? Malgré l’impression que l’on peut avoir de « voir toujours les mêmes » dans ce type d’événement, il faut noter que sur presque 2 600 participant(e)s en 8 ans et 5 Congrès, seuls 734 apparaissent plus d’une fois : plus de 7 participant(e)s sur 10 n’ont participé qu’à un seul Congrès, tous panels confondus. Si la science politique est à l’image de ses Congrès, alors son entre-soi est très relatif4.

Le code et les données sont en ligne pour celles ou ceux qui se sentiraient d’en tirer quelque chose de plus substantiel. Quant à celles ou ceux qui voudront en apprendre plus sur la structure disciplinaire de la science politique en France, ils liront Pierre Favre, Marc Milet et Thibault Boncourt, ou le chapitre 2 du récent manuel d’Yves Surel.

Mise à jour, 28 juillet 2017 : j’ai beaucoup amélioré le code et les données du petit exercice décrit dans ce billet. Je garde les résultats ci-dessus en l’état, histoire d’archiver les résultats tels que publiés juste après le Congrès5

Les réseaux unipartites ci-dessous sont, quant à eux, basés sur les données révisées de la version 0.7. Les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à une seule section thématique de l’édition du Congrès concernée ; les points rouges désignent quant à eux les participant(e)s « multi-positionné(e)s » sur plusieurs section thématiques. Les liens sont dirigés : ils vont des participant(e)s ayant organisé une section thématique vers les autres intervenant(e)s de cette section6.

  1. En attendant, la section que je co-anime est très internationalisée, avec un seul intervenant français sur cinq communications. C’est aussi la seule section avec le préfixe « quanti » dans son titre. []
  2. Pour cette raison, et parce que les données brutes ne suivent pas un format standard bien défini, les nombres de panels et de participant(e)s diffèrent très légèrement par rapport aux chiffres de l’AFSP. []
  3. Ce n’est pas le meilleur schéma de pondération possible : dans le graphe uniparti des participant(e)s, il faudrait utiliser autre chose, comme une pondération normalisée de type « Gross-Shalizi » (page 28). []
  4. Ces chiffres renvoient par ailleurs à l’image d’une discipline comptant moins de 1 000 personnes « à temps plein », mais avec une audience scientifique beaucoup plus large, comme en atteste le nombre d’inscrits à la liste de diffusion de l’ANCMSP. []
  5. Je m’aperçois au passage que les décomptes de participant(e)s affichés sur les réseaux bipartites ne sont pas bons, mais j’ai la flemme de tout refaire. []
  6. J’ai codé les organisateurs et les autres intervenants (discutants, « répondants », présidences de séance, etc.) de manière semi-programmatique, avec beaucoup de vérifications manuelles. []

Une réflexion au sujet de « AFSP 2017 à Montpellier »

  1. Ping : L’AFSP, un congrès international(isé) ? | Polit’bistro : des politiques, du café

Les commentaires sont fermés.