Introduction à la science politique

Dans une conversation entre jeunes politistes américains, un commentateur propose de structurer un cours d’introduction à la science politique de la manière suivante :

Divide it evenly between the four major subfields: theory, American, comparative, world. I would do it in that order too.

Ça me semble très indiqué si l’on a le niveau pour le faire—ce que d’autres commentateurs soulignent également : comme aucun manuel ne se présente de cette manière, il faut avoir la capacité de synthèse nécessaire pour s’en sortir soi-même, en combinant les sources.

Comme je n’ai pas cette flexibilité qui me permettrait d’enseigner l’introduction à la science politique proposée ci-dessus, qui donne (en version française : théorie politique, vie politique française, politique comparée et relations internationales), j’ai conçu mon propre cours de manière beaucoup plus basique, en utilisant très intensivement un seul manuel, celui de J.-L. Dormagen et D. Mouchard, que je trouve très didactique.

Les variations que j’ai introduites par rapport au contenu du manuel sont assez mineures1. Dans un premier temps, j’ai divisé le cours en concepts, plutôt qu’en chapitres ; ensuite, j’ai complété par-ci par-là avec le manuel de Philippe Braud ; et enfin, j’ai rajouté trois séances thématiques, sur la politique européenne, la politique comparée et les politiques publiques. Le plan du cours est en ligne. J’y recycle aussi la fin du cours d’histoire des idées politiques, tel que l’enseignait J.-P. Bernard à l’IEP de Grenoble.

Je serais curieux de voir comment d’autres enseignants s’y prennent.

  1. Sur les séances de travaux dirigés, en revanche, j’ai pu introduire plus de variations, avec des séances de lecture/écriture, une mini-simulation parlementaire, etc. []

2 réponses sur « Introduction à la science politique »

  1. La solution des jeunes américains est séduisante, mais je doute que quiconque s’y prenne ainsi en France. (Quant à moi, je ne peux me citer en exemple puisque je n’ai jamais eu à faire un tel cours…) La séparation entre la théorie politique (philosophie) et la recherche empirique est désormais trop nette. Pour le manuel Dormagen/Mouchard, vous avez fait le bon choix!
    ps. Amusant de voir utilisé un texte de moi comme exemple argumentatif à décortiquer… Je ne sais qu’en penser…

    1. Objectivement, votre article avait les qualités requises : suffisamment court pour que l’introduction soit lue pendant le cours ; style rédactionnel lisible mais présentant une difficulté (exposition à une cosmologie politique inconnue, les partis italiens) ; et démonstration compréhensible après trente minutes de lecture, mais avec une difficulté liée à la lecture des données Eurobarometer et à la connaissance des mécanismes de compétition électorale et partisane. J’ai choisi les autres textes sur les mêmes critères, mais je ne vais pas nier mon biais de sélection massif envers mes anciens enseignants ! Dans les deux cas, les ateliers se sont bien déroulés.

Les commentaires sont fermés.