La lente désintégration démocratique de la Hongrie est une tragédie européenne

La plupart des universitaires européens et nord-américains sont au courant, et la presse s’en est fait le relais : le gouvernement illibéral hongrois de Viktor Orbán a pris des mesures de rétorsion contre la Central European University de Budapest, au motif stratégique inavouable de réduire à néant un contrepouvoir supplémentaire et de donner ainsi des gages aux électeurs qui menacent de dépasser son parti d’extrême-droite sur sa droite extrême-extrême.

Je ne peux m’empêcher, à chaque fois que je lis un article de plus sur la lente désintégration du régime démocratique hongrois (et de ses protections constitutionnelles) sous la pression d’Orbán, de penser aux sanctions (diplomatiques) que l’Union européenne avait appliquées au gouvernement autrichien de Jörg Haider en 1999. Ce n’était pas grand chose, mais c’était symbolique et c’est resté dans les manuels.

À l’heure où j’écris ce billet, les 9 et 11 avril, l’Union européenne n’a encore rien fait de tel, de même qu’elle n’avait rien fait lors de la crise des migrants, ou lorsque le gouvernement hongrois a toléré l’organisation de marches antisémites ou démantelé une partie de la presse d’opposition.1

La géométrie variable des politiques européennes en matière de respect des critères de Copenhague est une tragédie pour quiconque nourrit même le plus modeste espoir de supranationalisme européen. Pire, l’exécutif français me semble totalement atone en la matière, alors que je me tiens quand même pas trop mal informé sur ses faits et gestes.2 Enfin, notons que la seule puissance est-européenne qui pourrait peser dans la balance a elle aussi glissé dans l’illibéralisme (complotiste) le plus sordide ces dernières années.

Le niveau de pression sur le gouvernement Orbán semble heureusement s’être élevé au cours des derniers jours, et le Parlement européen semble envisager de sortir la grosse artillerie si besoin.

En attendant, voici le formulaire à remplir pour exprimer votre soutien à la CEU et à ses personnels et voici la page listant les différentes manières de protester contre les mesures en cours d’application :

Addendum, 16 avril : voici un article récent de Daniel Kelemen dont la lecture m’a l’air toute recommandée dans le contexte actuel. L’article mentionne aussi des « épisodes de democratic backsliding » en Roumanie, en Bulgarie et en Slovénie :

Critics have long argued that the EU suffers from a democratic deficit and that growing EU power undermines national democracy. But recent backsliding on democracy and the rule of law in Hungary and Poland reminds us that grave democratic deficits can also exist at the national level in member states and that the EU may have a role in addressing them. This article will place the EU’s struggles with democratic deficits in its member states in comparative perspective, drawing on the experience of other democracies that have struggled with pockets of subnational authoritarianism.

Addendum, 27 avril 2017 : l’excellent numéro spécial « Democracy without Solidarity: Political Dysfunction in Hard Times », de la tout aussi excellente revue Government and Opposition, intéressera certainement les lecteurs de ces lignes, et tout particulièrement, peut-être, l’article de Daniel Kelemen (article cité dans l’addendum précédent), mais aussi celui de Wade Jacoby. Voir aussi, dans un numéro récent de la revue Politique étrangère, l’article « Orban et le souverainisme obsidional » de Paul Gradvohl.

  1. Je ne fournis pas de liens car je tiens ces éléments d’une amie journaliste (et juive) résidant à Budapest, mais je ne doute pas qu’on en trouve confirmation dans la presse hongroise indépendante. []
  2. La campagne présidentielle me laisse même clairement l’impression que l’exécutif français actuel a fait une croix sur son électorat, et n’envisage même plus de lui offrir la moindre action symbolique qui puisse revaloriser son image, mais c’est un autre débat. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *