Discipline de cours

Then the prosecuting authorities put pressure on you, and that confirms all you thought. (Ulrich Scholze, ancien membre de la Rote Armee Fraktion)

À quelques jours d’intervalle, un ami a dû exclure, pour la première fois de sa vie, un étudiant de son cours, et une autre amie m’expliquait être exaspérée par le comportement d’un(e) ou deux étudiant(e)s qui cherchaient à la pousser dans ses retranchements pour la faire sévir. Ces anecdotes ont eu lieu alors que ces deux amis mènent leurs cours comme je mène les miens, sur le modèle d’une relation à peu près horizontale avec les étudiant(e)s, où toutes les formes de hiérarchie sont réduites, au moins dans l’intention, au strict minimum.

Dans les deux cas, les étudiant(e)s se comportent comme Dennis, le paysan anarcho-syndicaliste du film Holy Grail des Monty Pythons. Dennis démontre au roi Arthur que sa monarchie n’est pas constitutionnelle, mais surtout, ses “éléments de langage” ont pour effet de rendre sa prophétie auto-réalisatrice : Arthur s’énerve et use de son monopole de la violence physique, ce qui conduit à cette réplique sublime (que l’on trouve aussi dans un vieux jeu vidéo, Marathon). “Come and see the violence inherent in the system! Help! Help! I’m being repressed!”

La technique de Dennis est simple : produire une assertion sur le comportement violent du roi ; provoquer délibérément ce comportement ; en inférer qu’il avait raison depuis le départ. Après s’être fait insulter, Dennis répond : “What a giveaway! Did you hear that? That’s what I’m on about”. L’étudiant(e) qui cherche à provoquer une réaction d’autorité verticale chez un(e) enseignant(e) qui s’est fixé comme principe de ne pas recourir à ce type de réaction poursuit, mutatis mutandis, la même stratégie.

À bien y réfléchir, c’est aussi le comportement de la Rote Armee Fraktion (RAF) en Allemagne de l’Ouest dans les années 1966-1968 : profitant du fait que le régime allemand de l’époque possédait déjà une presse libre et un appareil judiciaire rendant une justice non-expéditive, les membres du “Baader-Meinhof Komplex” avaient tout le loisir de dénoncer une fiction, le régime ouest-allemand fasciste, qui, s’il avait existé, les aurait liquidés en toute discrétion sans autre forme de procès et sans aucune répercussion publique.

Diego Gambetta, qui fournit cette interprétation, infantilise cette stratégie en la présentant sous les traits du caprice d’enfant : “The RAF’s attitude was reminiscent of a teen tantrum: The state is bad; it deserves to be hit hard. Instead of a pat on our head it responds by shooting us when shot at, arresting and putting us in jail! Bastards! Fascists! You see, we were right all along. The state is so very fascist! Free the comrades! Avenge the fallen!

L’étudiant(e) qui cherche à obtenir un geste d’autorité du “prof horizontal” me paraît poursuivre la même prophétie auto-réalisatrice, mais ses motifs sont moins clairs que chez Dennis, qui cherche à valider son point de vue auprès des sympathisants de sa commune anarcho-syndicaliste, ou que chez Baader-Meinhof, qui cherchent aussi à valider leur discours pour mobiliser leurs sympathisants. Quel peut bien être l’enjeu chez l’étudiant(e) ? Peut-être obtenir une sorte de prétexte pour ne pas travailler, parce que “le/la prof est pas cool” ?

Small print: promis, c’est la dernière fois que je parle de Diego Gambetta ou d’un jeu vidéo des années 1990 pour les trente jours à venir.


Une réponse sur « Discipline de cours »

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search