Présidentielle 2017 : pre-mortem de premier tour, 2/2

Suite et fin de mon pre-mortem de premier tour. Le post-mortem (en anglais) suivra dans deux quatre jours après le second tour (pas le temps avant).

Derniers rappels sur le contexte

La première spécificité de la « PR 2017 » est que le président sortant ne se représente pas à la fin de son premier mandat. C’est inédit, et c’est bien la seule variable qui fasse structurellement exception ici : à part ça, l’élection se déroule au moment prévu, avec un nombre de candidats similaires à d’autres élections présidentielles de la Cinquième République, et dans un climat économique et social qui ne diffère pas radicalement de celui d’autres élections.

La deuxième spécificité de cette élection, qui est liée à la première, est que les partis de gouvernement sont tous les deux menacés d’être éliminés dès le premier tour, et la troisième, qui est liée à la seconde, est qu’un candidat annoncé comme un possible candidat de second tour, Emmanuel Macron, n’a aucun passé électoral qui permette de concevoir cette situation, mais seulement des défections.

Reste enfin le score du Front national, dont la candidate est annoncée comme candidate de second tour avec un forte probabilité, et même comme possible candidate majoritaire au terme du second tour. Au terme de mon examen de son score possible de premier tour et des arguments (spécieux) lui accordant une victoire au second, cette dernière possibilité me paraît toujours très, très, très faiblement probable.

Pronostics lus çà et là

Mon précédent billet contient mon pronostic personnel, établi sur la base très conservatrice des seules élections intermédiaires de 2015, et qui tranche nettement avec les sondages… ainsi qu’avec les pronostics que j’ai pu lire sur Facebook ou Twitter.

En prenant les pronostics de trois amis électoralistes, qui se reconnaîtront peut-être s’ils tombent sur ce billet, j’obtiens le pronostic de premier tour suivant :

  • Marine Le Pen : 26-28%1
  • Emmanuel Macron : 20.5–25%
  • François Fillon : 17–21%
  • Jean-Luc Mélenchon : 17–19%
  • Benoît Hamon : 5–8%
  • Nicolas Dupont-Aignant : 3–4%
  • Philippe Poutou et Nathalie Arthaud : 2–2.5%
  • Autres candidats : 1–1.5%

Marine Le Pen arrive en premier rang dans les trois pronostics, suivie d’Emmanuel Macron ou François Fillon, à scores quasi-égaux dans un pronostic, avec 5 et 8 points d’avance respectivement pour Emmanuel Macron dans les deux autres.

L’observation que je retiens dans ce pronostic est évidemment le pourcentage de suffrages allant à Emmanuel Macron : sur un électorat de 47 millions, il faudra au moins 7.5 millions de suffrages, légèrement au-delà du maximum de 7 millions que j’envisage de mon côté, pour le qualifier pour le second tour, dans un scenario à participation hyper-faible pour une élection présidentielle – scenario non réfuté par les sondages les plus récents, qui annoncent un taux de participation plus près de 70% que de 80%.

Quelques remarques supplémentaires, désormais.

Sur les « retraits » de candidatures

Dans les semaines qui ont précédé le premier tour et au lendemain des débats télévisés, j’ai lu plusieurs appels au retrait de tel ou tel candidat, et l’on ne manquera pas, dans quelques heures, de lire des contrefactuels du type « et si candidat x s’était retiré en faveur de candidat y, en additionnant les scores, on arrive à… et donc… ».

Pour rappel, puisque l’information va bientôt céder le pas à la spéculation sauvage, demander à tel ou tel candidat (de gauche) ne sert à rien, à moins que le candidat ne puisse rembourser par lui-même ses frais de campagne ! Quant aux promesses de remboursement en cas de retrait, je renvoie à la petite phrase de Charles Pasqua sur les promesses en politique.

La Constitution encadre à peu près la possibilité de retrait, et au-delà du délai prévu d’une semaine, le retrait est résolument l’option la moins attractive dans absolument tous les scenarios pour le candidat, et ce d’autant plus que le retrait du candidat oblige également à réécrire les accords conclus par son parti en vue des élections législatives.

Sur l’incertitude des sondages d’opinion

Sur l’autre thème porteur du moment, désormais :

Sur la même période et en réaction aux mêmes événements, quand les sondages annonçaient des progressions de +4 points pour tel ou tel candidat, j’ai lu des commentaires devenus récurrents depuis l’année dernière : « ah, mais les sondages se sont plantés sur le Brexit et Trump, donc ils auront tout faux à nouveau ! »2

Raisonnement très étrange que j’ai déjà tenté de mettre à mal, et qu’Arthur Charpentier a aussi démonté point par point, et cela bien que nous ayons tous deux de sérieuses réserves sur le calcul de probabilités à partir des sondages d’opinion.

Ces différentes remarques illustrent l’imagination débordante que suscite « la présidentielle » dans les esprits, et pourrait presque faire croire qu’on en dispose pas de documents sérieux pour documenter (1) comment se tient l’élection, et (2) comment les électeurs (et les candidats) se comportent.3

Le travail des instituts de sondage est loin d’être exempt de critiques, mais encore faut-il savoir identifier quels aspects de leur travail pose réellement problème. De mon point de vue, la « cuisine » sondagière est surtout critiquable pour ses redressements, qui peuvent notamment aboutir à ce problème :

Ces problèmes – de redressements effectués pour s’aligner sur les concurrents – ne sont qu’un aspect du problème des redressements : sur des échantillons constitués par quotas, tout redressement est par nature en violation des lois de probabilités qui permettent de pondérer un échantillonnage aléatoire—mais j’en ai déjà parlé, à de nombreuses occasions4.

Puisque j’ai cité Nate Silver, qui regarde les sondages français depuis les États-Unis, voici deux articles très recommandables d’auteurs américains sur « notre » élection présidentielle : Harrey Enten, « The French Election Is Way Too Close To Call », et G. Elliott Morris, « What to Know About the France 2017 Election, Part 1 — Polls and Predictions ». Et bien sûr, allez aussi faire un tour chez Arthur Goldhammer.

Full disclosure conclusive

Les lecteurs les plus attentifs savent que l’auteur de ce billet s’apprête à voter pour Benoît Hamon, après avoir découvert qu’il était encore inscrit sur les listes malgré une longue période de négligence totale du sujet, et après lecture du programme de Benoît Hamon, de celui de Jean-Luc Mélenchon, et de celui d’Emmanuel Macron. L’auteur a même parcouru le programme de François Asselineau, pour rendre service à une amie outre-Atlantique qui s’interrogeait sur l’offre politique autour du « Frexit ».

Je vous laisse mon intention de vote à des fins de transparence totale, et certainement pas avec l’idée d’influencer votre propre décision d’aller voter ou pas, et de voter pour tel(le) ou tel(le) candidat(e). En outre, le fait que j’ai lu les programmes de certains candidats, par exemple, ne signifie pas que je vote en fonction du programme : j’ai lu les programmes que l’on m’a tendu (biais socio-géographique), et j’en ai mis quelques-uns directement à la poubelle.

De mon point de vue, mon comportement électoral aux élections passées est un bien meilleur prédicteur de mon choix actuel que n’importe quel autre facteur—et mes prévision électorales reflètent d’ailleurs ce très fort biais en faveur des choix passés.

Dans tous les cas, entre les emplois fictifs, les costumes, le revenu universel et l’alliance bolivarienne (pardon ?), on aura vraiment eu le droit à tout au cours de la campagne :

Rideau !

Mise à jour, 17 mai : je découvre à l’instant l’excellente analyse de Léopold Mebazaa qui démontre très proprement le phénomène du herding dans les sondages français sur l’élection présidentielle. Pour les curieux, les données de son article sont sur GitHub.

  1. Soit la borne la plus haute de l’estimation de Joël, et sur la base d’une sous-estimation dans les sondages qui serait plus probable que le scenario inverse (ce qui reste à voir). []
  2. Idée que l’on retrouve en tête de cette tribune sur les biais des échantillons des sondages. La tribune est excellente… si l’on en retire les quelques lignes d’ouverture : d’une part, les sondages américains avaient bien annoncé la victoire d’Hillary Clinton au vote populaire ; d’autre part, les sondages britanniques sur le « Brexit » donnaient un résultat plus incertain que ce que l’on a pu en voir dans la presse française. Les sondages britanniques sont, en réalité, en difficulté depuis plus longtemps que le referendum du « Brexit », même si leurs performances passées furent respectables. []
  3. C’est bien évidemment faux—de même d’ailleurs que les remarques qu’on a pu lire, çà et là, sur la non-reconnaissance du vote blanc : la loi précise bien, depuis 2014, que ce vote est reconnu, mais non comptabilisé dans les exprimés. La nuance est de taille. []
  4. Il semble, malheureusement, que les erreurs les plus graves continuent de se glisser dans les médias, telle que cette vidéo du Monde, qui contient des tonnes d’approximations — et le cas n’est pas isolé. []