Élections 2017 : bibliographie et données supplémentaires

À l’invitation d’une amie non francophone, j’ai récemment retranscrit le peu de choses que je connais au sujet des élections présidentielle et législatives de cette année, ce qui a donné trois billets en anglais : un premier billet sur le score possible de Marine Le Pen au premier tour, un autre billet sur la candidature d’Emmanuel Macron, et un dernier billet sur les données d’enquête et sondagières.

N’étant pas du tout spécialiste de la participation politique et/ou des élections, je n’ai rien écrit d’exceptionnellement original ou même fouillé dans ces billets. En revanche, si le sujet vous intéresse, je connais quelques noms de spécialistes à lire—ou à écouter, quand France Culture ou Mediapart leur donnent le temps nécessaire pour s’exprimer.

Rajout n°1 : sur les parrainages, lire aussi (surtout) l’excellent article de François Sermier, « Qui parraine les candidat·es à l’élection présidentielle française ?« , sur le tout aussi excellent site Internet Visionscarto, co-dirigé par Philippe Rekacewicz et Philippe Rivière. Rajout n°2 : et ne ratez pas non plus la suite de l’article, toute aussi excellente !

Sur ce même site, voir aussi les graphiques des résultats électoraux du Front national, qui permettent de comprendre en un instant pourquoi les élections intermédiaires de 2015 sont au coeur des estimations électorales récentes.

Quelques références à lire ou écouter

Quelques heures après sa publication, j’ai complété mon dernier billet par une note de bas-de-page à la toute fin du texte, afin d’y lister toutes les enquêtes dont on dispose en France pour étudier le comportement électoral. La liste se base sur l’annexe du dernier ouvrage deVincent Tiberj, Les citoyens qui viennent, que je viens tout juste de commencer, et qui est absolument magistral.1

On peut également écouter Vincent Tiberj sur France Culture, ou se tourner vers cet autre livre, sur le vote de Mitterrand à Hollande, qu’il a dirigé et publié il y a quelques années.

Les deux autres références que je conseillerais de lire dans la perspective des élections qui arrivent sont l’ouvrage de Céline Braconnier (ou alors ses articles récents) sur la participation électorale, et le livre collectif Les faux semblants du Front national.

Sur le Front national toujours, Mediapart – où l’on retrouve actuellement le politiste Fabien Escalona : salut Fabien ! – fait en ce moment un superbe travail de dissémination des résultats de la science politique au sujet du « vote Le Pen » et de la sociologie du FN : le dernier article en date donne la parole à trois des auteurs publiés dans Les faux semblants…, Nonna Mayer, Valérie Igounet, et mon discret co-blogueur Joël, dont j’ai recommandé l’ouvrage il y a peu.

Et si vous n’êtes pas abonné à Mediapart, rabattez-vous au moins sur leurs vidéos, qui ne coûtent rien et qui donnent vraiment à chacun des invités le temps de dérouler un discours construit et étayé.

Quelques données à consulter ou à travailler

Cette année, outre la liste des élus socialistes soutenant Emmanuel Macron (compilée par des militants de François Fillon, si j’en crois mes sources), on dispose aussi de la liste nominative des parrainages constitutionnellement requis pour être effectivement candidat à l’élection présidentielle :

Et vu que, grâce à l’activisme du mouvement open data en France, on dispose aussi depuis quelques années d’un portail de données où l’on trouve facilement – et dans des formats pas trop dégueulasses – les résultats des élections récentes, voici quelques graphiques sur les élus ayant parrainé un(e) candidat(e) ou l’autre :

Chacun des graphiques indique quel élu a parrainé quel candidat, en fonction du score moyen de François Hollande à l’élection présidentielle de 2012, au premier puis au second tour, dans le département de l’élu. Même si l’on pourrait se pencher sur des résultats plus précis2, les tendances observées ici sont déjà assez nettes :

  • Le parrainage est un acte extrêmement contraint en fonction du mandat : dans leur immense majorité, les parlementaires ne parrainent que les candidats issus de groupes eux-mêmes représentés dans les chambres parlementaires.
  • Malgré la dispersion, le candidat parrainé est, en moyenne (ou plutôt, en médiane), fonction des préférences agrégées des électeurs du bassin de population dont est issu l’élu(e).

Le cas d’Emmanuel Macron est intéressant (car oui, Macron est un cas) : à première vue, les élus le parrainant ressemblent, du point de vue de leur « terreau » électoral, plus à ceux de François Fillon (ou à ceux de… Jacques Cheminade) qu’à ceux de Benoît Hamon. Il faudrait néanmoins contrôler par tout plein de choses pour arriver à un résultat plus convaincant que ça.

Un autre vision du même résultat ci-dessous, mais à un niveau encore plus fortement agrégé, puisqu’on ne regarde que la moyenne. Attention, les moyennes incluent les élus d’outre-mer, ce qui a tendance à faire monter le vote Hollande 2012″ sur à peu près tous les candidats :

Je ne sais pas si l’on s’oriente vers une élection de rupture, avec réalignement partisan majeur de type « ouvert/fermé » – « Europe/frontières » – « GAL/TAN » – etc., mais en tout cas, le clivage gauche/droite a l’air encore vivace. La « politique des deux axes » est peut-être en train de se consolider.

Cliquez sur les graphiques pour les versions PDF. Pour le code et les données au format CSV, c’est par là. Et si vous avez le temps de faire passer une multinomiale à travers les données, je suis preneur des résultats : je voulais le faire, mais j’ai sagement préféré corriger des copies en retard à la place.

Dernière chose : aviez-vous remarqué que, parmi les candidats de l’élection présidentielle 2017, on ne trouve de diplômés des grandes écoles que chez les candidats « hors-système » (non soutenus par un groupe parlementaire) ?

Tableau ci-dessous, mis à jour le 23 mars :

La colonne « patrimoine » est évidemment très approximative, et non renseignée pour le candidat actuellement mis en examen au sujet de ses comptes personnels. Plus parlante, la dernière colonne donne une idée de qui sont les insiders du marché électoral.

L’ensemble du tableau n’est pas à prendre de manière trop littérale : ni le capital socio-culturel, ni le capital économique n’y sont mesurés de manière suffisamment précise, le capital social n’y figure pas, et il manque toutes les ressources des mouvements politiques, dont les comptes et le nombre d’élus, par exemple.

  1. Et pour parfaire les choses, le bouquin vient avec son blog, hébergé sur Hypothèses, et où l’on trouve toutes sortes de compléments utiles. []
  2. En utilisant des résultats plus désagrégés, comme me l’a suggéré Baptiste, ou en répétant l’exercice avec les données des élections intermédiaires — mais dans les deux cas, il faudrait procéder à des recodages plus complexes que ce que j’étais prêt à faire. []

Une réflexion au sujet de « Élections 2017 : bibliographie et données supplémentaires »

  1. Ping : Macron, combien de défections ? | Polit’bistro : des politiques, du café

Les commentaires sont fermés.