La sociologie électorale, la nouvelle généalogie ?

Il est des disciplines savantes qui intéressent un large public, qui les pratiquent, avec parfois autant voire plus de savoir-faire, de temps et de passion que les savants professionnels. A titre d’exemple, évoquons la généalogie ou l’astronomie, dont l’engouement auprès d’un large public ne se dément pas. D’un pur point de vue scientifique, et bien que d’aucuns seraient tentés de dénigrer l’incursion du profane dans leur champ, cette participation des amateurs est très profitable : ils disposent en effet d’une ressource rare, le temps, qui fait souvent défaut au scientifique professionnel (quiconque a déjà fréquenté les archives sait qu’on y trouve essentiellement des retraités se livrant à des recherches généalogiques). De plus, les effectifs d’amateurs, bien supérieurs à ceux des chercheurs professionnels, permettent depuis longtemps ce qu’on appellerait, à l’heure du web 2.0, le “crowdsourcing”. L’histoire de l’astronomie est là pour en attester, puisque de nombreux objets stellaires ont été découverts par des amateurs. De même, la connaissance généalogique acquiert grâce au travail de fourmis de milliers de passionnés une ampleur qui serait sinon impossible.

Le même phénomène serait-il en train de se produire avec la sociologie électorale ? Peut-être bien. Plusieurs indices concordent. Ainsi, la Coopol, développée par l’équipe de Benoît Thieulin, vient de lancer un outil permettant aux militants socialistes de mener leurs campagnes électorales. N’étant pas membre du PS, je n’ai pu tester cet outil, et doit donc m’en remettre aux explications données par le communiqué du PS. Elles sont relativement floues : je ne sais pas quel est le découpage territorial choisi (probablement des IRIS, vu la taille de 2000 habitants par unité annoncée), et si certaines données sont classiques (part des différentes CSP, résultats électoraux), d’autres sont plus mystérieuses (“abstentionnistes de gauche” et “indécis”) : le communiqué indique qu’elles ont été “élaborées par des chercheurs qui travaillent sur des enquêtes d’opinion”. Dans ces conditions, je serais curieux de savoir comment ces données ont été géolocalisées au niveau des IRIS…

Autre initiative, un peu différente : celle lancée par plusieurs acteurs du Net, plutôt orientés web social et 2.0 (owni.fr, 22 mars, la Netscouade, Regardscitoyens.org…), et intitulée “Libérons les bureaux de vote”. Il s’agit, en recourant au crowdsourcing, de constituer une base de données de tous les bureaux de vote français en les géolocalisant. Les utilisations qui pourraient être faites de ces données ne sont pas explicitement mentionnées ; compte tenu des initiateurs de l’opération, on peut imaginer qu’elles servent aussi bien pour des usages non lucratifs et “citoyens” que dans le cadre – marchand – des activités de conseil de 22Mars ou la Netscouade. Je ne serais ainsi pes surpris de retrouver un jour ces données sur la Coopol…

En tout état de cause, et dès lors que ces données seront publiques et exploitables, ces initiatives – qui s’inscrivent, au moins pour la deuxième, dans un mouvement assez large de revendication de publicisation des données produites par les gouvernements ainsi que de “data journalism” – me semble très positif à tous égards. Je pense qu’il est bon que le commentaire sur la chose électorale cesse d’être un discours ésotérique, que seuls quelques initiés – généralement nourris de sondages… – seraient autorisés à tenir. Avec des données ouvertes, chacun pourra tester, retester, vérifier, falsifier les discours tenus sur ces sujets dans l’espace public. Ce sera sans doute parfois à tort et à travers – et ce d’autant plus que le grand public comme les journalistes manquent, en France, de culture statistique. Mais gageons que les choses ne feront que s’améliorer de ce point de vue.

Dernière chose : on peut s’étonner de l’absence , totale pour autant que je puisse en juger, des électoralistes professionnels de ces projets. Désintérêt de leur part ? Manque d’affinités avec la culture web sous-jacente à ces initiatives ? Méfiance de la part des initiateurs de ces projets ? Je ne sais. Je suis pourtant persuadé que ces deux mondes, savants de la chose électorale et amateurs éclairés et intéressés à divers titres, auraient beaucoup à gagner à se rencontrer, échanger et collaborer.



Citer ce billet
Joël (2010, 10 mars). La sociologie électorale, la nouvelle généalogie ? Polit’bistro. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sylr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search