Identité, suite

J’ai déjà écrit ce que je pensais du débat sur l’identité nationale, qui se révèle être un plantage monumental quelle que soit la règle d’évaluation utilisée. Aujourd’hui, je découvre cet excellent papier de James Fearon, qui tente une analyse du terme en tenant compte de sa signification en langage ordinaire. Je conseille sa lecture comme un bon exemple de travail de conceptualisation.

L’auteur en cite un autre, William MacKenzie, qui avait parlé, dans son ouvrage Political Identity, d’un “meurtre” du terme, vu l’utilisation qui en était faite dans la Grande-Bretagne des années 1970. Rien n’est plus vrai aujourd’hui en France, où la notion sert à effectuer un meurtre symbolique fonctionnellement identique (pour le coup).


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search