Management estudiantin

Sur le blog OrgTheory, qui est un excellent blog de sociologie des organisations (au sens large, américain du terme), Fabio offre quelques conseils pour rendre un cours attractif tout en en préservant le contenu académique. Quelques extraits de chaque conseil, avec mes remarques :

Lesson 1: Put yourself in the shoes of the student. What would be a reasonable and typical student [belief] about your course?

Oui. Facile quand l’écart d’âge est réduit. Facile en toutes circonstances, à mon avis, à moins de vivre dans le monde universitaire comme dans un roman de David Lodge.

Lesson 2: You can adjust your class without dumbing it down.

Oui, mais d’autres essaieront parfois de vous y contraindre. Je refuse systématiquement de modifier mes bibliographies et plans de cours, même (surtout) lorsque les textes sont des classiques ou des papiers récents, parfois non publiés. Il suffit de calibrer sur deux choses : la longueur des textes et l’aptitude méthodologique. Cinquante pages sur une modélisation en théorie des jeux à information imparfaite, c’est non, mais quarante pages de Chamboredon dans les années 1970, c’est non aussi ; cela doit s’apprendre par essai-erreur (en tout cas pour moi, qui n’ai que très peu d’expérience).

Lesson 3: Design the grading scheme so that (a) the student must acquire some basic knowledge to pass, and (b) it is [achievable] by students who typically show up when they put in reasonable effort.

Oui. Bien dit.

Lesson 4: Variance: I try to make exams and quizzes have easy and hard questions.

Ma version : simple au niveau des exposés, où je ne demande que de la description synthétique et fournit en plus la bibliographie (inutile de forcer des étudiants pressés à aller récupérer des textes périmés ou mauvais par leurs propres moyens) ; plus difficile pour les dissertations, où l’on passe au niveau analytique et critique.

Lesson 5: Say “yes.” Unless the request is truly onerous, I grant most student requests.

Tout pareil, y compris pour le reste du conseil (à lire intégralement dans le texte de Fabio).

Lesson 6: Reduce grade disputes.

Ça ne m’est pas arrivé. Je note les travaux écrits et oraux sur une fourchette élevée (moyenne 14-15), qui redescend vers une gaussienne (moyenne 12-14) plus basse avec un même écart-type (environ 2) parce que les notes sont pondérées par la participation, ce que les étudiants comprennent et admettent, jusqu’à preuve du contraire (encore une fois, je manque d’expérience). Tout change sur les cours de méthodologie statistique, où les questions et les réponses sont “fermées”.

Lesson 7: Stubborn people. If you have truly tried to make the class comfortable and you have been flexible, it’s easy to dig in your heels with stubborn students. And stay tough. Don’t waffle.

Exemple : je ne compte aucune absence et aucun retard si prévenu jusqu’à la dernière minute avant le cours ; dans 80% des situations, les étudiants préviennent en avance ; dans 10% des situations, je suis prévenu en dernière minute ; dans 10% des cas, je ne suis prévenu et n’ai pas de scrupules sur la notification de l’absence.

Et vous ?