Évaluation sauvage

Deux rapides points de vue d’insiders sur le fonctionnement du monde académique.

Un professeur finlandais compare les soutenances de thèse dans plusieurs pays, dont la France :

The visit to Lyon was also interesting in the sense that I could again see how different the practices in doctoral programs and vivas or defences are across countries. I have firsthand experience in terms of serving on a jury or committee or acting as an opponent in several countries. Finland ranks number one in formality, Sweden in the quality of dialogue but perhaps also in conflict avoidance, Denmark in focus on practical relevance that sometimes overrides the theoretical side, UK in focus on theoretical argument but also in lack of transparency in evaluation, New Zealand in straightforwardness, Canada in positive atmosphere, Israel in originality, and France in terms of intimidation of the candidate (not this time though) and the quality of food and drink after it’s all over. I hope that no one is offended. I’ll try to collect more experiences and write a book about these cultural differences when I retire (although I’m not sure if anyone would be interested in such a book).

Et Gérard Noiriel se remémore son entrée dans le monde académique parisien :

Étant donné que j’ignorais tout, en raison de mes origines, des réalités sociales du milieu universitaire, j’avais une conception livresque de la science. J’avais lu tous les gens que j’invitais lors des débats ou des séminaires. Leur univers m’était donc très familier sur le papier ; mais j’ai fait connaissance avec les êtres réels et non plus seulement avec des auteurs « de papier ». C’est à ce moment-là que j’ai découvert des aspects du monde savant que j’ignorais totalement, comme les rivalités entre institutions, les luttes de concurrence, les stratégies de carrière, etc. Cela a été pour moi une expérience marquante. J’en ai d’ailleurs tiré profit dans mes recherches. Toutes les analyses que j’ai développées ensuite sur la question des « relations à distance » découlent de cette expérience vécue.

Mon idéal de la science, qui était la liberté de la critique, s’est trouvé confronté à toute la dimension sociale, voire anthropologique, du milieu. Autant il m’était facile de critiquer des auteurs que je ne connaissais pas, autant il devenait difficile de maintenir cet idéal critique – que j’ai appelé à la suite de Jürgen Habermas l’« éthique de la discussion » – à l’égard de personnes que je connaissais directement. J’ai donc mieux compris pourquoi il y avait si peu de véritables débats en France. Je crois que c’est un effet de la centralisation parisienne des grandes institutions, qui engendre une paralysie. Il n’y a pas d’espace possible pour une critique sereine : les débats deviennent aussitôt des querelles de famille. C’est à ce niveau que mon entrée brutale dans la sphère parisienne a été problématique.

Livrés ici sans autre forme de commentaire (ne pas y lire, par exemple, un soutien tacite), pour discussion.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search