Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []