La norme de la “vieille démocratie”

En survolant les bibliographies commentées de Charles Tilly, j’ai découvert cet excellent article de l’American Psychologist sur la norme de l’intérêt propre, qui explique comment la justification par les intérêts finit par prendre une place plus importante qu’elle ne devrait dans les explications des phénomènes, parce qu’il y a un biais en faveur de ce type de motivation :

The self-interest motive is singularly powerful according to many of the most influential theories of human behavior and the layperson alike. In the present article the author examines the role the assumption of self-interest plays in its own confirmation. It is proposed that a norm exists in Western cultures that specifies self-interest both is and ought to be a powerful determinant of behavior. This norm influences people’s actions and opinions as well as the accounts they give for their actions and opinions. In particular, it leads people to act and speak as though they care more about their material self-interest than they do. Consequences of misinterpreting the “fact” of self- interest are discussed.

L’article est signé par Dale Miller, qui a signé tout un tas d’autres articles intéressants. Celui mentionné ci-dessus aurait beaucoup plu à Bourdieu et ses collègues, qui affichent un (sain) mépris des explications intégrales par les motivations dans les premières pages du Métier de sociologue.

Ce détour pour en arriver à un extrait de la tribune de Badinguet, dans Le Monde d’aujourd’hui, au sujet du vote en Suisse sur les minarets :

Mais comment ne pas être stupéfait par la réaction que cette décision a suscitée dans certains milieux médiatiques et politiques de notre propre pays ? Réactions excessives, parfois caricaturales, à l’égard du peuple suisse, dont la démocratie, plus ancienne que la nôtre, a ses règles et ses traditions, qui sont celles d’une démocratie directe où le peuple a l’habitude de prendre la parole et de décider par lui-même ?

Le discours présidentiel attribue ici une prime symbolique discrète aux “vieilles” démocraties – autrement dit, il est bon, pour un peuple, d’être en démocratie, et encore mieux de s’y trouver depuis longtemps. Par conjonction, les “vieilles démocraties” méritent une médaille discursive (symbolique – une médaille en chocolat, suisse, donc).

On peut réécrire ce discours sous forme de syllogisme hypothétique (oui, il y en a que ça amuse, et j’en fais partie ; mais je me soigne). Je ne suis pas spécialiste de la chose1, mais je pense que le syllogisme avancé ici peut s’écrire de cette manière :

  1. S’il y a un seul état politique souhaitable, alors c’est une démocratie.
  2. Or s’il y a une démocratie, alors il est souhaitable qu’elle se maintienne dans le temps.
  3. Donc le seul état politique souhaitable doit également se maintenir dans le temps.

Si ce discours est largement accepté, c’est parce qu’il semble correct en premier lieu : les deux prémisses semblent correctement séparément, et la relation logique entre elles est valide.

Si l’on joue le jeu, quelle est la plus vieille démocratie ? J’ai un vague souvenir d’un Islandais me décrivant l’organisation de son pays au 10e siècle, avec un conseil de chefs votant les décisions “nationales” à la majorité (le terme “national” est anachronique). Bon, il faudrait spécifier le terme de “démocratie”, mais comme c’est un exercice conceptuel qui peut fonder et soutenir une carrière complète, je passe sur le détail. Toujours est-il qu’on peut régresser à volonté et trouver tout un tas de “vieilles démocraties”, dont l’état politique sera souhaitable ou pas.

Qu’en est-il des “jeunes” démocraties, sinon ? Ma fascination personnelle pour le régime politique américain va-t-elle souffrir de l’argument présidentiel ? La réécriture logique de l’argument présidentiel montre qu’en réalité, à moins de commettre une erreur de logique2, il ne peut pas se retourner contre les “jeunes” démocraties, parce qu’il se contente de primer les primo-arrivants – ce qu’en marketing, on appelle un first mover advantage. Ce qui est amusant, c’est que le first mover advantage est également… une croyance.

Mise à jour : Christophe Bouillaud a lui aussi réagi en deux temps sur le vote suisse, et son dernier billet contient une belle analogie présidentielle : “le hamster continue de tourner”.

  1. Par conséquent, j’invite Phersv à venir me corriger là où nécessaire. []
  2. Sans rentrer dans les détails, il y a tout ce qu’il faut dans les vieux bouquins de logique formelle pour s’amuser un peu. Mais attention, c’est addictif, on finit par voir des syllogismes partout ; exemple : “une grande société ne s’afficherait pas à Aubervilliers”, écrit le couple Pinçot-Charlot dans sa Sociologie de Paris. []

5 réponses sur « La norme de la “vieille démocratie” »

  1. Vous vous moquez de cette idée de la stabilité des vieilles démocraties, mais il n’empêche que la stabilité à long terme des plus anciens régimes de démocratie représentative, lié à un certain état de la civilisation matérielle, me semble plutôt bien démontré – avec des exceptions toutefois, comme par exemple le cas chilien des années 1970, où une vieille démocratie devient une dictature militaire des plus radicalement anti-démocratique, pour redevenir ensuite une démocratie représentative.
    Cette observation de la stabilité des régimes de démocratie représentative sur les deux derniers siècles peut bien sûr être invalidée dans l’avenir. Mais rassurez-vous de ce point de vue, les Etats-Unis d’Amérique sont l’une des “vieilles démocraties”, et l’Islande, que vous évoquez, ne compte pas parce qu’on fait allusion à un autre état de la civilisation matérielle (c’est-à-dire avant l’imprimerie, la caravelle et ses suites, les sciences exactes de type Bacon-Galilée, la poudre d’artillerie, etc.).

    Par ailleurs, l’argument présidentiel revient à dire que les mécanismes démocratiques sont des moyens d’évacuer les tensions entre groupes sociaux, et que, de ce point de vue, les Suisses savent y faire (même s’ils ont connu leur propre guerre civile dans les années 1840 si je ne me trompe pas…).

    1. Je vous suis sur la démonstration : la démocratie, ou au moins la démocratie lorsqu’elle s’est formée dans une période historique (à définir), est persistante dans le temps. Idem pour le first mover advantage : il y a un effet empirique observable.

      Ce que je trouve intéressant, c’est le traitement fait à cette observation dans le discours politique (ici, celui du chef de l’État). L’observation a pris un tournant moral, qui sert à hiérarchiser (“plus ancienne que”), à produire un effet d’autorité.

    2. De fait, cet “effet d’autorité” lui-même ne semble pas dater d’hier. On le trouve déjà chez Machiavel, qui l’emprunte lui-même aux auteurs antiques. Et si j’ose dire, c’est un topos de la politique occidentale (et même chinoise ou hindoue sans doute?), la durée, c’est bien, si on se trouve à l’aube d’un nouveau régime (qui doit durer mille ans ou un cycle cosmique ou je ne sais quelle ère longue), ou si, inversement, on défend un régime établi de longue date (les rois qui ont fait la France, les Pères fondateurs, le législateur avisé, le premier pharaon, etc.). La défense de la non-permanence des choses en politique est somme toute plus rare: les révolutionnaires eux-mêmes font une œuvre qui doit durer toujours.

    3. C’est dans cette direction que je m’interrogeais. Je crois savoir que, dans certains domaines artistiques (la calligraphie japonaise), la régression est possible, ce qui implique que durer n’est pas toujours positif. Je suspecte la théorie politique d’avoir assez peu réfléchi à la régression des démocraties, mais c’est certainement une question d’ignorant (comme on peut l’écrire cyniquement mais justement, this question addresses a much needed gap in the literature…).

    4. Plus simplement encore, en art, la durée s’appelle depuis longtemps désormais… l’académisme! (ou avant les Anciens). En même temps, en filant l’analogie, si {la durée= la démocratie = le mal}, et {la rupture avec la durée = une forme d’anti-démocratie = le bien}, on sait où cela a mené parfois… Et ce n’est pas qu’un parallélisme, pensez aux liens entre le mouvement culturel-artistique du futurisme italien, le nationalisme italien et la critique de la démocratie bourgeoise repue dans ce pays méditerranéen. Au moins, N. Sarkozy dans son esprit de rupture n’entend pas rompre avec les louanges à la démocratie… ouf! personnellement je préfère.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search