Fidel Castro : restons concrets (ou contrefactuels)

castro

Je n’avais vraiment pas prévu d’écrire quoi que ce soit sur le décès de Fidel Castro, mais c’est dingue ce qu’on peut lire sur les réseaux sociaux entendre dans la bouche de Jean-Luc Mélenchon, quand même. Le guitariste au second plan est parfait dans son rôle :

En réaction à un commentaire sarcastique de ma part, un ami écrit :

Troll. Late trolls shall be punished by being ineffective. No angry debate shall follow.

Bon, d’accord, mais un billet de blog quand même.

On trouve assez facilement sur Internet des histoires politiques raccourcies de Cuba sous Castro, c’est-à-dire Cuba depuis la révolution de 1959. La plupart de ces histoires présentent toujours les choses de la même manière : (1) le régime cubain est né dans un bain de sang, (2) qui persiste depuis sous la forme d’une autocratie hyper-répressive, et (3) dont les résultats économiques sont mitigés.

Je vais laisser le point (1) de côté, parce que je répugne à débattre des régimes politiques nés dans un bain de sang, en particulier avec mes amis américains ou hispanophones. Mais passons.

Le “mitigé” ci-dessus tient au “miracle cubain” dans les domaines de l’éducation et de la santé. En gros, les enfants cubains sont correctement alphabétisés – ce qui n’est pas l’apanage du seul régime cubain : plusieurs autres autocraties y arrivent pas trop mal, même si les résultats agrégés ne sont pas terribles, et que les démocraties y arrivent mieux et plus vite –, et le système de santé est, à différents points de vue, excellent, pour deux raisons notables :

  1. Il est accessible à une très large fraction de la population cubaine, surtout en ce qui concerne la médecine générale et préventive—comme c’est souvent le cas dans un système de santé pas trop mal financé, mais cela ne diminue pas le mérite du système de santé cubain ; et
  2. Il s’appuie sur une main d’oeuvre de très bonne qualité, obtenue notamment grâce aux restrictions du régime sur les différentes voies possibles dans son système d’enseignement supérieur, et par l’aide limitée mais réelle que les États-Unis y apportent discrètement.

… Mais trève de politiques sanitaires et sociales !

Parlons produit intérieur brut en dollars constants, c’est tellement plus subtil.

Si l’on s’amuse, à l’aide d’une méthodologie très sérieuse par ailleurs, à modéliser le Venezuela sans Chavez ou Cuba sans Castro, les résultats sont édifiants : les révolutions socialistes coûtent chacune quelques décennies de développement économique. Mauvaise limonade.

À ceci près que :

  1. Comme dans le cas de l’Iran, par exemple, les effets des embargos et/ou des accès différenciés aux ressources pétrolières faussent gravement l’équation initiale. Si l’on admet, de plus, que les embargos ont un effet sur la proportion de la population qui fuit le pays ciblé, et donc que l’embargo a un effet exogène sur le capital humain disponible pour faire tourner l’économie, l’avalanche de contrefactuels qu’il faut résoudre pour arriver à une mesure synthétique crédible se rapproche dangereusement du seuil où il vaut mieux arrêter les frais et aller refaire du café.
  2. Rajoutons à cela que, pour faire tourner un modèle par contrôle synthétique (la méthode très sérieuse mentionnée plus haut), il faut d’abord arriver à construire un cas synthétique crédible. Or, pour en revenir à la modélisation pré-citée de Cuba sans Castro, un cas synthétique où le taux d’analphabétisme est quasiment le double du cas réel est très moyennement crédible, sans même parler des différences de taille des secteurs économiques, qui sont probablement une conséquence, d’ailleurs, d’un problème de modélisation de la main d’oeuvre qualifiée—et donc d’effets endogènes.

Bref, réduire Cuba à ses politiques économiques et/ou sanitaires et/ou sociales est peut-être un peu plus compliqué que prévu, et les ambiguïtés qui en découlent permettent de parler favorablement ou pas du régime castriste, ce qui nous ramène à Jean-Luc Mélenchon (ou à Justin Trudeau, mais c’est encore autre chose).

Mais alors, comment faire pour discuter de Cuba-sous-Castro au café ?

Pour répondre à cette question cruciale, le ‘bistro vous offre son étalon-or des bilans-de-régimes-politiques-en-dix-minutes. Cet étalon-or s’appelle le taux d’incarcération de la population civile.

Il y a environ 11 000 ans, l’être humain a compris comment cultiver des céréales à grande échelle. Et là, curieuse coïncidence, dans les millénaires qui ont suivi, on observe, toutes civilisations confondues – Andes et Mésoamérique, Égypte et Mésopotamie, steppe eurasienne et grands fleuves indiens et chinois, etc. –, l’émergence d’États et de cités-États esclavagistes, avec mention spéciale pour Athènes et Sparte, les berceaux-de-notre-civilisation-occidentale.

Aujourd’hui, l’humanité continue d’ingurgiter les mêmes céréales qu’il y a 11 000 ans, et une partie de cette même humanité continue de vivre dans des régimes esclavagistes. La part du riz, du maïs et du blé a certes un peu diminué dans notre alimentation, et la définition de l’esclavage a aussi pas mal changé, mais mettons-nous d’accord : sur le très long terme, la privation physique de toute forme de liberté reste une modalité essentielle du fonctionnement des sociétés humaines.

Partant de là, il me semble empiriquement et normativement beaucoup plus sain d’évaluer cinquante ans de castrisme à l’aune du nombre de personnes ayant passé une fraction significative de leur existence dans une geôle cubaine, sous les bons auspices des gardiens de prisons du régime, que d’essayer d’utiliser tout autre instrument de mesure maladroitement ajusté aux variations de la productivité depuis la Révolution industrielle.

Est-ce que je vais vous donner le taux d’incarcération à Cuba ?

Non, ce serait trop facile. Et puis d’ailleurs, on ne sait pas grand chose des prisons cubaines, vu que le pays refuse d’y laisser rentrer la Croix Rouge et les autres organisations qui pourraient en dire quelque chose d’à peu près fiable et objectif.

Du peu que l’on en sait, le taux d’emprisonnement à Cuba était, vers 2012, à peu près deux fois celui de l’Estonie, cinq fois celui de la France, et dix fois celui de la Finlande au même moment. Si Cuba libérait 3 500 personnes à chaque passage du pape, il faudrait une douzaine de passages du pape pour que le taux d’emprisonnement à Cuba revienne dans la moyenne européenne.

Enfin un boulot utile pour le pape.

Plus sérieusement, le taux d’incarcération me semble un excellent benchmark ici—notamment parce qu’il permet de rappeler à nos camarades états-uniens que le taux d’incarcération de leur pays est une autre de ces absurdités dont l’humanité pourrait se passer, au même titre que les milliers d’heures de torture que les occupants des prisons de Fidel Castro ne pourront jamais oublier1.

Un contrefactuel fondé sur le taux d’emprisonnement sous Batista n’aurait aucune utilité ici : mon critère est catégorique. Les régimes politiques ayant massivement recours à l’emprisonnement (et à la torture, et au travail forcé, et…) ont tout simplement trop en commun avec les cités-États esclavagistes pour que j’ai envie de me demander si Fidel Castro était un mec sympa.

Son pays a de nombreux mérites, et peut-être son lider maximo en avait-il aussi ; mais certaines “erreurs”, comme dirait Mélenchon, interdisent toutes les eulogies.

Une proposition, et une lecture

À la mort de Raul Castro, je propose qu’on laisse l’intégralité de l’espace médiatique dévoué à son bilan à un comité représentatif d’individus emprisonnés, par exemple, sous Hassan II au Maroc, Mobutu Sese Seko au Congo, ou Bachar El Assad en Syrie, et bien sûr, sous Castro à Cuba. Ça changerait un peu de l’ordinaire, et nous offrirait même, peut-être, un dispositif intéressant pour nos propres médias et campagnes électorales.

À lire : les pages d’Amnesty International sur les conditions de détention dans le monde.

Mise à jour : le débat sur les statistiques du développement à Cuba continue avec ce billet et les billets qu’il cite.

Mise à jour, bis : et comme pour clore définitivement le débat, une ministre française, pour qui j’ai voté quand je votais encore, lance une nouvelle mesure du caractère démocratique des régimes politiques.

  1. Alors que Jean-Luc Mélenchon, si. Les évocations de la torture dans son discours concernent la torture à l’extérieur de l’île, à une exception près : Guantanamo. Peu après, Mélenchon rajoute : “Fidel a fait des erreurs ; tout le monde fait des erreurs, mais tout le monde n’est pas Fidel”. Encore un peu plus tard, il évoque Salvador Allende et Patrice Lumumba. Je me demande ce que Lumumba, qui connut l’emprisonnement sous Mobutu Sese Seko, a pu penser des prisons castristes. []