Trump, postface

Allez, un dernier billet et j’arrête, bien que les textes de très bonne qualité (celui-ci par exemple) continuent à affluer. Et si vous ne l’avez jamais vu, voici le dernier clip de campagne de Trump.

Il y a quelques semaines, je finissais d’enseigner un cours intitulé « Atelier de culture numérique » (j’en ai brièvement parlé) et en profitais pour demander aux étudiants ce qu’ils en avaient pensé.

Une étudiante prend alors la parole et me dit qu’elle a eu « un peu peur » pendant mon cours, en faisant référence aux passages où je parlais d’Edward Snowden et de surveillance de masse, de Stuxnet et de la centrale nucléaire iranienne de Natanz, de la guerre contre le general-purpose computing menée par l’industrie informatique, du piratage via un réseau WiFi… bref, un tableau assez sombre.

Contre toute attente, il se trouve qu’on m’a fait un peu le même style de remarques au sujet de mon post-mortem sur l’élection de Donald Trump, en me trouvant un peu trop pessimiste sur mes prédictions pour la suite.

Voici les deux objections que j’ai notées :

  1. Est-ce qu’on ne peut pas faire confiance à Trump pour signer quelques traités commerciaux avantageux pour sa population ? Après tout, c’est son boulot, et il a l’air de savoir s’y prendre en matière de deals.
  2. Sur mon insistance sur l’OTAN et Israël-Palestine : est-ce que le système des relations internationales est vraiment sensible à ce point aux (non-)décisions d’un seul homme dans un bureau ?

Je réponds à ces deux objections ci-dessous, et rajoute une dernière couche de compléments pour finir.

La compétence commerciale de Donald Trump, et autres salades

C’est effrayant mais vrai : plusieurs de mes amis semblent avoir totalement gobé le récit du self-made man peignant Trump en super-businessman, et en déduisent que les USA de Trump vont se remplir les poches sur le marché mondial, en faisant plier la Chine, en réclamant des chèques à l’Allemagne et à l’Europe, et je ne sais quoi d’autre.

Le problème, c’est que ce récit est complètement faux, comme l’explique très bien un petit bouquin sur le bonhomme, par David Cay Johnston :

Et s’il vous faut plus de biographes, Christophe Bouillaud fournit un lien vers cette table ronde, très éclairante sur la famille Trump.

Trump a bâti sa fortune sur des mécanismes de sauvetage et d’entourloupe, en utilisant les déclarations de faillite et les lenteurs des tribunaux commerciaux pour esquiver les amendes et se glisser entre les marteaux des régulateurs. Ça peut fonctionner quand votre adversaire est une chambre de commerce de l’État de New York, mais le marché international ne fonctionne pas du tout comme ça…

On peut ensuite noter que virtuellement toutes les politiques « domestiques » de Trump (à commencer par les déportations et les incarcérations de masse) vont avoir des coûts démesurés, et des bénéfices quasi-nuls. À la rigueur, je veux bien accorder à Trump un isolationnisme suffisamment solide pour ne pas aller claquer deux trillions en essayant d’envahir l’Iran, mais pour le reste…

Bref, je pense, comme Bernie Sanders, que si Trump remporte le moindre kopek à sa base désargentée, ce sera très bien, mais je n’y crois pas une minute. L’élection de Trump n’a pas fait disparaître les « fondamentaux » – et notamment le lobby anti-impôts qui a ses entrées dans les deux partis de gouvernement américains.

La compétence diplomatique de Donald Trump, et autres inconnues

Quid de Trump à l’international ? Ne peut-on rien attendre de positif de ses accolades à Vladimir Poutine ? (Si si, je vous jure, on me l’a vraiment demandé.) Ne dis-je pas moi-même que la diplomatie est un secteur d’action où il existe des dizaines de veto players devant empêcher les catastrophes ? Qu’on n’est plus en 1914, où une trentaine de décideurs suffit à déclencher une guerre mondiale ?

Sur tous ces points, Christophe Bouillaud a parfaitement résumé mon sentiment : There will be much blood. Et je ne parle même pas des victimes de crimes raciaux à l’intérieur des USA : je pense à toutes les population civiles sur la planète qui dépendent, plus ou moins directement et de manière plus ou moins critique, de la Pax Americana.

Dans un séminaire de haute volée La dernière fois au comptoir, en discutant avec un Irlandais qui se reconnaîtra, je glisse ça :

Imagine Trump in the same room as the king of Jordan. What might happen? No one has a clue.

Pendant ce temps-là, dans le New York Times, on apprend que Trump a eu au moins la moitié du Conseil de Sécurité de l’ONU au téléphone, sans la moindre note de préparation sur ce qu’il fallait mettre à l’agenda :

trump-unbriefed

Prenez tous les traités internationaux importants sur la prolifération nucléaire ou sur les armes non conventionnelles : tous dépendent des efforts des Etats-Unis. Le bilan de Barack Obama sur ce volet de sa politique étrangère est, pour faire court, médiocre, car, toujours en simplifiant à l’extrême, les décisions sur ces traités nécessitent de se fâcher et de s’imposer à beaucoup d’acteurs puissants, sans rien pouvoir espérer en retour.

Trump ne mesure pas non plus certaines de ses demandes : l’idée d’équilibrer la contribution militaire des pays occidentaux à l’OTAN, par exemple, peut avoir de très importantes conséquences politiques en Allemagne, en défaveur des partis de gouvernement et en faveur des isolationnistes de la droite dure, radicale, extrême, comme vous voulez. Trump n’a, en toute probabilité, aucune conscience des effets inattendus que pourront avoir ses déclarations1.

Pour vous en convaincre, allez écouter le bonhomme. Son « raisonnement » – le terme est exagéré – ne prend à aucun moment la mesure de ce que l’argent américain achète, à l’heure actuelle, en termes de stabilité géopolitique, en Asie ou ailleurs :

Penser que ce personnage fera mieux en termes de peacekeeping parce qu’il va se révéler génial (à sa manière) et parce qu’il va bien s’entourer (à sa manière) est un pari risqué. Non pas que nos dirigeants expérimentés aient placé la barre très haut…

Quant à l’idée que Poutine et Trump vont pouvoir accomplir le moindre geste positif en matière géostratégique, je la trouve tellement absurde que je préfère ne pas la commenter, et revenir vous dire ici que j’ai eu complètement tort quand on aura vu la suite.

Je n’évoque même pas ce qu’une équipe présidentielle compétente (démocrate ou républicaine) aurait pu accomplir en matière de non-prolifération nucléaire, de changement climatique ou au Moyen-Orient, car ce serait trop déprimant.

Derniers compléments

J’ai redécouvert, quelques heures après la publication de mon post-mortem et au cours des derniers jours, quelques documents supplémentaires que je vais citer ci-dessous avec le strict minimum syndical de commentaires.

Vous vous souvenez de ce simulateur électoral du site Five Thirty Eight ? Je l’ai redécouvert à l’occasion d’une présentation à la conférence useR! 20162. Retournez jouer avec, vous allez voir, il faut des taux de participation absurdes chez les Blancs non diplômés pour faire élire Trump :

538-elec-simulator

On commence, par ailleurs, à avoir les données réelles sur l’électorat, et ce qu’il en ressort est, comme on pouvait raisonnablement s’en douter, un écart historique (de par sa taille) entre Blancs et non-Blancs, doublé d’un écart également frappant entre Blancs diplômés et Blancs non diplômés :

pew-race-edu

Notez bien que, dans son premier billet d’une série à paraître, Michael Tesler, à qui je reprends le graphique ci-dessus, note que l’effet-diplôme chez les Blancs disparaît une fois que l’on contrôle cet effet par le « ressentiment racial ». C’est la combinaison des deux facteurs qui explique le différentiel de vote pro-Trump dans un électorat qui, sinon, s’est largement comporté à peu près comme dans les élections précédentes3.

Autre document intéressant, cette interview de Stephen Colbert, qui date de décembre 2015, mais où l’on peut déjà entendre plein de choses très, très justes au sujet de la relation entre Trump et sa base électorale :

Je sais que je me répète, mais Colbert dit, en substance, la même chose que mon axiome favori : la réalité dépasse toujours la fiction.

Toujours pas convaincu ? Allez lire le blog du créateur de Dilbert, Scott Adams. C’est tout simplement terrifiant, à plus d’un niveau de lecture.

Tout aussi terrifiant, le visionnage de ce documentaire sur Lawrence Lessig, qui a mené une campagne-éclair pour exiger une réforme du système de financement des partis au début de la campagne électorale. Les convergences entre son discours et celui de Trump (sur ce point et ce point uniquement) sont, rétrospectivement, tout à fait surprenantes, et bien que les deux individus aient eu une audience très différente, cela permet de comprendre d’où viennent les opinions qui se sont exprimées au cours de la campagne sur la nature « truquée » et « pré-déterminée » (rigged) du système électoral.

Encore un document—le cartogramme de l’élection (cliquez dessus pour l’explication complète, mais en gros, c’est une carte coloriée en fonction du rapport Démocrate/Républicain dans les suffrages exprimés, et dimensionnée de manière à ce que les territoires soient à l’échelle de leur population du dernier recensement)4 :

countycartpurple512

Cette carte montre, en substance, ce que le New York Times a illustré de manière encore plus marquante, en opposant la périphérie côtière, fortement urbanisée et relativement bien diplômée, au centre, qui ne partage qu’en partie ces caractéristiques à travers ses grandes villes.

Enfin, pour terminer, voici la prédiction du modèle « Bread and Peace » de Douglas Hibbs sur l’élection (le modèle indexe le score du parti sortant aux changements de revenu net disponible et au nombre de morts dans des opérations militaires extérieures) :

bp2-combined-v2c

Le résultat de Hibbs n’est pas aussi spectaculaire que ne le laisse penser son graphique, vu que tous les modèles basés sur les « fondamentaux » (voir le billet précédent) ont fourni des prédictions très honorables sur cette élection. Mais le résultat de Hibbs sur la Chambre des Représentants est également probant, ce qui est amplement suffisant pour vérifier l’hypothèse de vote économique sur laquelle il s’appuie.

Revenu + Éducation + Ethnicité + Investiture = Victoire indexée sur les territoires qui avaient déjà voté Romney (républicain) à la dernière élection, moins l’Utah (Religion). Bref, pas besoin d’aller imaginer des facteurs auxquels on n’avait jamais pensé auparavant, comme un « réalignement partisan », phénomène aussi pertinent dans certains cas qu’il n’est rare, et donc absent, dans la majorité des situations, ou bien un problème de serveur email illégitime5.

  1. Et je n’ai aucune raison de faire confiance aux personnes dont il est en train de s’entourer pour corriger ce biais. []
  2. Ça n’a rien à voir, mais si vous programmez en R, foncez sur les archives, il y a plein de trucs intéressants ! []
  3. Le vote des Noirs et des Blancs ressemble, comme je l’écrivais, à Bush’00 ; il est même un peu moins conservateur chez les Blancs. Celui des Hispaniques, en revanche, ressemble plus à Obama’08. []
  4. Détail : vous noterez que le cartogramme est de Mark Newman, qui se trouve aussi être l’un des auteurs les plus cités en analyse de réseaux. []
  5. Dans le mémo où l’équipe de Clinton élabore son propre post-mortem (son épitaphe…), il est fait mention des événements des dix derniers jours de la campagne, pendant lesquels l’équipe pense que l’élection s’est jouée. On dirait un film hollywoodien. Storytelling, quand nous tiens… []