Trump, post-mortem

Voici la suite du billet publié il y a quelques jours.

Mon propos sera, comme toujours, un peu décousu, mais là c’est encore pire : j’ai plein de copies en retard, je n’ai même pas encore fini de digérer le Brexit (et de lire les excellentes chroniques et interventions de Mark Elliott), et voilà qu’il faut déjà changer de sujet et aller lire le résumé des résultats par Brendan Nyhan et par des dizaines d’autres observateurs avisés.

Prélude : c’est un cauchemar

Commençons par un dessin tiré du Canard enchaîné de cette semaine, la réalité dépassant toujours la fiction et la satire :

cauchemar-par-petillon-canard-enchai%cc%82ne-2-novembre-2016

C’est un cauchemar. Il faut vraiment avoir d’excellentes défenses psychologiques naturelles pour considérer que ce qui s’est produit il y a quelques jours n’est qu’un « glitch » de la démocratie représentative. Ci-dessous, le futur président des États-Unis d’Amérique, dont la deuxième phrase officielle était déjà un mensonge.

trump-family-portrait

En revanche, cette élection n’est pas tant un cauchemar que ça pour la science politique, et pour la modélisation électorale en particulier : comme je l’explique ci-dessous, les « fondamentaux » ont bien voire très bien tenu sur ce cycle électoral, ce qui n’empêche pas le résultat d’être cataclysmique et, de par ce fait, inattendu et traumatique.

Ce billet aborde les thèmes suivants :

  1. Un plantage spectaculaire de nombreuses tentatives de modélisation du vote, …
  2. alors même que les « fondamentaux » socio-démographiques n’ont pas changé.
  3. Retour sur les causes : l’investiture, toujours l’investiture !
  4. Retour sur les causes, bis : la candidature Clinton
  5. Et un aperçu des conséquences : ma lecture du marc de café « Trump »…
  6. Enfin, un dernier mot sur la science politique dans tout ça

Mais avant ça, quelques préludes supplémentaires.

Rappel des résultats

Aux dernières nouvelles, Donald Trump a remporté 47,3% du vote populaire, soit 60,2 millions de suffrages, et 30 États. Hillary Clinton a quant à elle remporté 47,8% du vote populaire, soit 60,8 millions de suffrages, et un tiers d’États en moins, façon Bush’00.

Ce n’est pas une demi-victoire pour Trump, qui a remporté tout ce qu’il fallait de swing states pour être très confortablement élu. À l’inverse, Hillary Clinton perd 10 millions de voix par rapport à Obama’08—ce qui l’élimine totalement du jeu politique actuel et futur.

Bye Hillary1.

Les résultats sont également sans appel dans les chambres parlementaires, qui n’étaient que partiellement remises au vote : la Chambre des Représentants (carte de gauche) est « rouge » (républicaine) comme aux grands jours2, le Sénat n’a bougé que de +2 sièges pour les démocrates (carte de droite).

results-map

Et pour terminer sur les résultats, voici les marges de victoire 2016/2012 à 25% ou plus, avec la fameuse « Rust Belt » qui aurait fait l’élection. En réalité, la hausse du Parti républicain dans l’Est a été beaucoup plus large que ça :

elec-2016-east

Dernières notes

À noter : il y a déjà d’excellents sondages sortie-des-urnes (exit polls) sur les sites Internet des grands journaux, mais il est risqué de commencer à lire leurs résultats sans d’abord jeter un coup d’oeil aux proportions de chaque groupe socio-démographique dans l’électorat.

Du coup, je ne ferai pas référence aux exit polls dans la suite de ce billet, même si l’on peut quand même faire remarquer les choses suivantes :

  • En rapport au vote de 2012, Hillary Clinton a perdu des points sur quasiment tous les segments de l’électorat, y compris sur des clientèles ultra-captives comme les Noirs3.
  • Toujours en rapport au vote de 2012, Donald Trump fait très, très fort sur les moins riches et les moins diplômés, avec des pourcentages du vote bien au-delà de son pourcentage total du vote populaire.
  • La progression du vote démocrate chez les femmes est quasi-nulle, et je ne sais pas quoi penser des groupes confessionnels, ne connaissant rien à leur distribution initiale.

De même, l’électorat américain est aujourd’hui hyper-polarisé en comparaison de ce qu’il fut par le passé, et même si je n’y fait pas allusion ci-dessous, cette observation est un filigrane constant de mes observations.

Dernière chose : je ne parlerai pas du « rôle-des-médias-dans-l’élection » parce que je n’y connais rien, mais allez lire cet article si vous êtes curieux du sujet.

1. Six modèles de projection électorale dans l’erreur

À l’occasion de l’élection, et dans la lignée du modèle de Nate Silver qui avait parfaitement prédit les résultats de l’élection de 2012 (législatives comprises), plusieurs journaux et groupes de recherche avaient développé des modélisations du vote :

elec-forecasts

Ces modélisations se sont plantées de quelques points de pourcentage du vote populaire, ce qui, dans une élection indirecte qui se joue à quelques fragments de points de pourcentage, représente un plantage total d’un point de vue probabiliste4. Ce résumé du plantage par Andrew Gelman montre bien à quel point le vote Trump a été sous-estimé partout, et dans les États « rouges » en particulier :

elec-trump-excess-performance

Voilà d’ailleurs pourquoi il est rationnel de voter, même lorsque la probabilité d’être un électeur-pivot est, fort heureusement d’ailleurs, proche de zéro—mais non nulle !

Pourquoi les données de l’industrie sondagière ont-elles pointé si loin de la réalité ? Les explications possibles sont nombreuses et complexes à vérifier5. J’en rappellerai une seule : le pourcentage de non-votants est tel aux États-Unis que seul environ un Américain sur cinq quatre a effectivement voté pour Trump6.

En attendant, l’existence même de ces projections et de leurs résultats erronés vont avoir des effets sociaux très importants : l’idée qu’il existe un « électorat caché », la fiction d’une « majorité silencieuse » invisible aux yeux d’un establishment qui ne voit « le peuple » qu’à travers des « statistiques », va faire long feu.

C’est évidemment gênant, car les conséquences de cette binarisation radicale de la société sous la forme d’une vision de « nous contre eux » a des conséquences sociales et politiques, et aussi, bien sûr, parce que cette vision est plus radicale que la réalité.

Tournons-nous, en effet, vers les modélisations produites en dehors des médias, et dans les revues scientifiques.

2. Du côté des fondamentaux, pas de plantage magistral

À chaque élection présidentielle américaine, la revue PS: Political Science & Politics, éditée par l’American Political Science Association (APSA), publie les prédictions des modèles de la science politique américaine. Les articles décrivant ces prédictions sont en accès gratuit pour au moins quelques mois.

Voici ce que les politistes américains avaient prédit, plusieurs mois avant l’élection :

ps-pred-table2

ps-pred-table3

Voilà qui devrait rassurer ceux qui s’inquiètent pour la santé mentale des professionnels des « out-of-sample predictions » : les modèles basés sur les fondamentaux, plutôt que sur l’industrie sondagière, se sortent plutôt bien de cette élection. Le « Primary Model » de Northop, par exemple, était catégorique sur la victoire de Trump ; lisez ci-dessous :

ps-pred-norpoth

3. Causes et contrefactuels : l’investiture über alles

J’ai déjà évoqué les causes du vote Trump : les causes psychologiques, de type « angry white males« , à base de ressentiment racial, mais aussi les variables institutionnelles, la première d’entre elles étant liée aux mécanismes d’investiture du Parti républicain.

Il ne fait, en effet, pas grand sens, à mon avis, de penser au contrefactuel suivant (très présent dans la presse, britannique notamment) : est-ce que Bernie (Sanders) aurait gagné contre Donald (Trump) ?

La performance de Sanders aux primaires démocrates est certainement un bon « prédicteur rétrospectif » de la faible mobilisation électorale (relative) pour Hillary Clinton, qui a « sous-performé » sur beaucoup de segments démographiques habituellement acquis en masse à son parti.

Toutefois, une candidature Sanders aurait aussi certainement mobilisé d’autres adversaires, et démobilisé d’autres segments de l’électorat. À mes yeux, ce contrefactuel est donc tout simplement trop compliqué pour être valable. En revanche, les contrefactuels suivants sont faciles à imaginer, et à mes yeux, pertinents :

Imaginez un instant que l’élection américaine se déroule un dimanche, avec deux fois plus de bureaux de vote.

Imaginez un instant que les États-Unis n’incarcèrent pas 5% de la population afro-américaine masculine, jeune et non diplômée.

Imaginez un instant que les États-Unis aient une population diplômée du supérieur 1.5 fois plus large que l’actuelle.

Imaginez enfin, un instant, que le salaire horaire minimum ait doublé depuis 1992, sous Clinton, quand Robert Reich recommandait qu’il atteigne $15.

Ces contrefactuels requièrent de modifier, à coups de scalpel mental, des variables structurelles du processus électoral et politique américain, avec des conséquences importantes sur la structure de l’électorat. Mais paradoxalement, ces importants changements me semblent plus heuristiques que de remplacer Clinton par Sanders, ou d’imaginer l’élection « si seuls les jeunes avaient voté », par exemple.

Le même Robert Reich que cité ci-dessus est aujourd’hui très remonté contre le Parti démocrate. Son jugement est sans appel : quand on abandonne la classe ouvrière, on finit par déliter l’intégralité du contrat social et par être abandonné par l’électorat, ouvrier ou non, des sociétés post-industrielles.

À mon avis, il y a peu à retirer ou même à nuancer dans les propos de Reich, et beaucoup, malheureusement, à apprendre, tellement ces vérités simples semblent étrangères aux « logiciels » partisans des partis de gauche et centre-gauche contemporains, à de rares exceptions près.

Je tiens, néanmoins, à en revenir, encore une fois, à un seul et simple contrefactuel, qui reste la cause proximale la plus importante de l’élection :

Imaginez que Trump n’ait pas été investi par le Parti républicain.

On peut l’affirmer avec certitude : si Trump avait concouru en indépendant, même le plus faible candidat républicain aurait fait un très bon score, comme en attestent les résultats des républicains dans les chambres parlementaires, et il n’aurait pas été élu. Le hold-up partisan réussi de Trump reste la cause fondamentale à garder à l’esprit, et sa victoire électorale fut, en réalité, double : Trump a éliminé à la fois Jeb Bush et Hillary Clinton.

4. La candidature d’Hillary Clinton

Partons de l’idée, donc, qu’on peut lire le résultat de l’élection sous la forme non pas d’un réalignement partisan (au contraire, le vote Trump’16 corrèle très bien au vote Romney’12), mais d’un très bon score pour Trump et d’un très mauvais score pour Clinton. Cette carte7 montre où se trouvent les plus gros gains de voix pour Trump, superposés à la plus large catégorie d’électeurs, à l’échelle du comté :

map-county-modal-group-shift

Si l’on accepte la corrélation écologique ci-dessus, la défaite de Clinton est très clairement une défaite auprès de l’électorat blanc non-diplômé, sur lequel Trump a beaucoup misé8. Les mises en récit de sa défaite alignent d’autres déterminants, mais je serais très étonné que ce facteur ne reste pas la cause première de son échec dans les analyses plus poussées qui feront surface dans les prochains mois et années.

Notons pour terminer que tout n’est pas « Trump v. Clinton » dans cette élection : les Républicains font de très bons scores dans les deux chambres, et contrôlent aussi tout un tas d’États fédérés. Le résultat est spectaculaire—voici la carte des gouvernements monochromes sur trois niveaux (Congrès, Sénat et gouvernorat) :

trifecta-control

Autrement dit, les Démocrates ont un pays à reconquérir. La suite dans deux ans, au moment des prochaines midterms.

5. Conséquences et prédictions : la marge de manoeuvre de Trump

Terminons sur le nouveau (futur) président des États-Unis. Grosse fatigue…

L’anecdote sur le propos mensonger de Trump à la sortie de son entretien avec Obama (le mensonge porte sur la durée prévue de la rencontre) n’est qu’une anecdote, mais on peut la généraliser : Trump a, en effet, déjà montré à maintes reprises qu’il ne craignait pas de raconter n’importe quoi, et de changer d’avis en fonction des circonstances9.

Mentir et changer d’avis sont deux choses différentes : on peut mentir avec constance. En ce qui concerne Trump, le problème se situe plutôt dans la variation imprévisible de ses propos (et peut-être, dans quelques semaines, des décisions) que dans leur véracité. Peut-on imaginer un président de la trempe de Trump concevoir les accords d’Oslo ?

On en est réduit à espérer – mais avec quelle probabilité ? — qu’un magnat de l’immobilier fera au moins aussi bien, et espérons même mieux – mais même question ici – que les présidents précédents… Et personne n’aime avoir à faire ce genre de calcul hautement incertain. Surtout pas le secrétaire général de l’OTAN, par exemple.

Le problème est un problème de credible commitment, comme on dit en théorie des jeux : l’absence de toute expérience historique empêche d’anticiper ce dont quoi Trump est capable, aussi bien en positif (faire signer un accord de paix) qu’en négatif (créer un différend diplomatique avec un chef d’État étranger, par exemple)10.

En pratique, Trump va désormais disposer d’une véritable machine de guerre bureaucratique et judiciaire (son administration) pour mettre en pratique ses désirs. Certes, c’est effrayant, mais cela se passe loin de chez moi, et le Congrès comme les circuits judiciaires fédéraux y trouveront certainement à redire11. En revanche, par son simple verbe, Trump a la possibilité de foutre en l’air nombre de relations diplomatiques sur lesquelles le Congrès n’a aucune prise (et n’en désire aucune).

N’oublions pas enfin que Trump a évidemment aussi la faculté, de par son seul verbe, de se « racheter » en quelque sorte. C’est le sens du dernier paragraphe d’un communiqué de presse acerbe de Harry Reid, qui remarque à juste titre que c’est à Trump de réparer ce qu’il a lui-même commencé à détruire en stigmatisant de larges fractions du peuple américain. Ce serait juste, et stratégiquement très intelligent—mais je peine encore à utiliser ce qualificatif en évoquant ce goujat populiste à l’haleine mentholée.

6. Et la science politique là-dedans ?

Pour terminer, j’ai déjà évoqué le « public service announcement » des politistes américains au sujet de Trump. Ses déclarations font froid dans le dos : déportations civiles en masse, menaces sur le pouvoir judiciaire… typiquement le genre de rhétorique que l’on s’attend plus à trouver chez Erdogan en Turquie ou Orban en Hongrie qu’à Washington, d’où l’inquiétude.

Après tout, on parle bien du candidat qui a déclaré que la torture fonctionne, et que les méthodes actuelles ne vont pas assez loin.

Mais passés les inquiétudes sur le candidat Trump et le choc du résultat électoral de novembre 2016, qu’est-ce que la science politique doit envisager pour continuer son patient travail de déconstruction des phénomènes politiques ?

Vu les résultats des « fondamentaux » mentionnés plus haut, je suis assez peu séduit par l’idée que Trump aurait fait donné tort à toutes les lois de la discipline. Au contraire, le ressentiment racial que j’évoque dans mon précédent billet est au coeur de nombreuses recherches contemporaines12.

En revanche, je suis très sensible à l’idée que la science politique peut faire beaucoup mieux, en dialoguant avec plus d’interlocuteurs qu’elle n’en a actuellement. À titre d’illustration, j’ai beaucoup aimé le contenu de ce dialogue entre Arthur Goldhammer et son fils. Goldhammer n’est pas tout à fait politiste, mais l’idée y est.

  1. J’avoue l’avoir toujours trouvé un peu robotique, mais bon, j’aimais bien Jospin aussi… []
  2. Les résultats finaux ne sont pas encore arrêtés, mais l’on s’achemine vers du +7 sièges pour le Parti démocrate, sur des proportions qui sont celles des vingt dernières années, où, à l’exception de la période 2007-2011, le Congrès a été confortablement républicain. []
  3. En réalité, Clinton se contente, si l’on peut dire, de perdre la marge « en surplus » obtenue par Obama, et revient sur un vote Noir qui rappelle l’élection de Bush’00. La situation est plus compliquée chez les Hispaniques. []
  4. On peut reprocher à Nate Silver de vouloir sauver les meubles quand il dit que son modèle a été très volatile dans ses prédictions des dernières semaines. En réalité, c’est une très bonne explication ; et quand Silver avait aligné 100% de prédictions, il avait bien précisé que c’était un coup de chance, et qu’un résultat marginalement incorrect n’aurait pas discrédité l’intégralité du modèle. []
  5. La question s’était déjà posée l’an dernier en Grande-Bretagne, à l’occasion de l’élection générale, et il faudra attendre une explication équivalente à celle qui avait été produite en Grande-Bretagne, ce qui ne peut pas prendre moins de plusieurs mois. []
  6. Pourquoi tant de non-votants ? On peut citer énormément de facteurs structurels : par exemple, l’élection n’a pas lieu un jour chômé, une fraction importante du pays est… en prison, et certaines files d’attente aux bureaux de vote alignent des milliers de personnes. Voir la section 3 de ce billet pour quelques contrefactuels utilisant ces facteurs. []
  7. J’ai partagé cette carte sur Twitter dans l’espoir d’obtenir les données brutes, mais un journaliste-cartographe du New York Times m’a répondu que les données brutes ne seraient a priori pas disponibles. Tant pis. []
  8. Cet électorat a diminué en taille, mais reste la plus grosse masse critique électorale des USA en 2016. Or, comme le pointe très justement Alec Tyson, en 1992, elle vote pour Bill Clinton ; en 2016, elle vote autant pour chacun des candidats. []
  9. L’adjectif « versatile » est ici un faux-ami intéressant à considérer dans ses acceptions anglo-saxonne et française… []
  10. Ce problème est critique, et la procédure d’impeachment prévoit d’ailleurs qu’un président qui mentirait face à un tribunal puisse être relevé de ses fonctions ; c’est un peu plus compliqué que ça en pratique, comme le montre l’acquittement de Bill Clinton par le Sénat en 1998, mais reste qu’historiquement, un président qui ment « à la barre » se retrouve démis de ses fonctions de monarque temporaire du système politique américain. []
  11. Les prochaines midterms sont dans deux ans. Une partie du Congrès va devoir se positionner sur Trump. Chez les Démocrates, la partie est déjà jouée, mais chez les Républicains, ça risque d’être vraiment très sport, en fonction de ce qui va se passer dans les deux années à venir… []
  12. Merci à Tommaso pour le lien vers cet ouvrage. []

2 réflexions au sujet de « Trump, post-mortem »

  1. Ping : 9 novembre 2016 | Bouillaud's Weblog - bloc-notes d'un politiste

  2. Ping : Trump, postface | Polit’bistro : des politiques, du café

Les commentaires sont fermés.