La science politique et… Trump

trump-last-hope Donald J. Trump est désormais presque certain de devenir le prochain, 45e président des États-Unis d’Amérique, à la suite d’une campagne qui en avait fait le monarque temporaire d’une clientèle électorale très dévouée et très extrême dans ces positions, qu’il s’agisse de son opinion vis-à-vis de l’opposition ou des promesses électorales du candidat.

Si vous revenez d’un voyage inter-stellaire, contentez-vous d’aller lire la page dont est extraite l’image ci-jointe pour voir de quoi je parle.

Bon, par où on commence ?

Pour commencer, un petit rappel du mois d’août de cette année :

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Dans ce même billet, j’évoquais les mécanismes d’investiture et la clientèle électorale des États-Unis. Ces facteurs reviendront dans un billet plus complet, mais j’ai déjà discuté, en septembre, du ressentiment racial et de ses possibles conséquences électorales.

Souvenons-nous simplement que le pays qui vient d’élire Donald Trump est le même pays dans lequel plusieurs individus plus ou moins isolés ont récemment pris les armes pour aller assassiner des congrégations noires dans des églises, avec l’intention affichée de déclencher une « guerre raciale » (Donald Trump a reçu le parrainage du Ku Klux Klan).

Enfin, dans un billet plus récent, j’évoquais le fait que Trump avait émis un doute sur la validité du processus électoral, et sur sa reconnaissance du résultat en cas de défaite. Transition parfaite vers la suite.

Les inquiétudes de la science politique

Cette entorse à la légitimité procédurale de la démocratie est le premier critère sélectionné par plusieurs centaines de politistes américains dans un courrier qui résume leurs craintes, que je partage, à l’égard d’une « présidence Trump » :

trump-statement-of-concern

La liste des motifs d’inquiétude est reproduite ci-dessous, sans commentaire de ma part. Je précise juste que mes propres craintes portent toujours sur ce que je connais le moins bien (ou pense le moins bien connaître) : les relations internationales1.

1. He has cast doubt on the validity of the election process, without any supporting evidence.

2. He has stated that he may reject the outcome of a free election if he does not win.

3. He has encouraged supporters to engage in voter suppression and intimidation.

4. He has threatened to jail the leader of the opposition party.

5. He has questioned the independence of the judiciary and the impartiality of judges based on their race, ethnicity, religion, and parentage.

6. He has impugned the loyalty of citizens and other persons in the United States on the basis of race, ethnicity, religion, and country of birth.

7. He has endangered freedom of the press by intimidating individual journalists, banning major news organizations from his rallies, and promising to change libel laws.

8. He has called for the proliferation of nuclear weapons.

9. He has threatened to destroy the strategic basis of NATO, the most important security alliance of the last seventy years, by questioning the commitment of the United States to regard an attack on any member state as an attack on all.

For all these reasons and despite our own indifference on matters of politics and partisanship, we stand united in the conviction that a Trump presidency would pose a grave threat to American democracy and to other democratic governments around the world.

Notons, pour terminer, que ce courrier est parfaitement exceptionnel : la science politique n’est pas un média qui prend position sur un ou plusieurs candidats à chaque cycle électoral. Ici, c’est virtuellement toute la profession états-unienne qui s’est mobilisée pour exprimer une liste de craintes, fondées en grande partie dans l’observation des comportements anti-démocratiques qui s’observent habituellement en dehors des démocraties libérales plutôt qu’en leur sein.

Mais les temps changent… Et il faut chercher à comprendre comment et pourquoi.

Plus de commentaires dans les jours à venir

meny-surel-populisme Plus de commentaires sur l’élection elle-même dans quelques jours, une fois que j’aurai complètement absorbé l’idée que cette voix insupportable qui sort de mes enceintes pour appeler à la déportation en masse de populations civiles et à la prolifération d’armements atomiques est celle du commandant en chef de la plus importante force armée mondiale.

Peut-être devrais-je relire, entre-temps, ce livre qui m’avait été proposé au lycée… « Par le peuple, pour le peuple »… Espérons-le, mais ça a quand même l’air assez mal barré. Le personnage est affligeant, l’événement est traumatique, le processus est spectaculaire, et les causes sont inquiétantes.

Espérons que le futur soit aussi faiblement indexé sur le présent que possible.

  1. C’est pour cette raison que ce qui m’inquiète le plus au sujet du Brexit est l’avenir du Good Friday Agreement en Irlande du Nord, et que ce qui m’inquiète le plus au sujet de Trump est sa future politique étrangère et militaire, au sein de l’OTAN et en matière de (non-)prolifération nucléaire (points 8 et 9 du courrier). La marge de manoeuvre du président américain dans ces domaines est beaucoup plus importante qu’au niveau domestique. []

2 réflexions au sujet de « La science politique et… Trump »

  1. Ping : Trump, post-mortem | Polit’bistro : des politiques, du café

  2. Ping : Trump, post-mortem | Polit’bistro : des politiques, du café

Les commentaires sont fermés.