Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : demandez le programme

En octobre dernier, vous avez pu lire sur ce blog l’appel à communications de la Section Thématique 38 du Congrès AFSP 2017, « Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : données, méthodes et pratiques« .

La sélections des communications qui seront présentées dans la section est à présent terminée, et le programme de la section est désormais disponible sur le site Internet (temporaire) de la section (mise à jour : site désactivé post-conférence, comme prévu, mais le programme est archivé ici-même, en anglais et en français) :

st38-prog

Le programme est disponible en anglais car la section aura lieu en anglais, histoire de permettre aux non-francophones de se sentir un peu plus à l’aise sous le soleil montpelliérain.

La sélection et ses suites

Le programme, élaboré avec Olivier Rozenberg, est résolument international, avec des papiers de plusieurs pays francophones mais aussi d’ailleurs. La sélection a été difficile : nous avons reçu 25 propositions d’un peu partout dans le monde1, et parmi elles, beaucoup étaient assez, voire très, pertinentes.

Remarque : trop peu de femmes

Mon seul vrai regret concernant les propositions que nous avons reçues : sur les 44 auteurs listés, on ne trouve que 5 femmes, et qu’une seule femme parmi les papiers retenus2. C’est peu, et probablement en-deçà de la présence des femmes dans les milieux scientifiques qui ont reçu notre appel à communications—du moins souhaitons-le !

Au niveau de l’âge, nous avons reçu un bon mélange de « juniors » et de « seniors » ; mais au niveau du sexe, notre créneau thématique (les études parlementaires) me semble terriblement masculin… Peut-être est-ce aussi la conséquence de la coloration « méthodologique », voire « quantitativiste », de notre thème de section.

Je ne citais pas directement la « ST 38 » dans ce billet, mais vous aurez fait le rapprochement.

À noter également : la « ST 37 »

Pour celles et ceux qui seront à Montpellier, notez également l’existence de la Section Thématique 37, « Dans l’ombre de la loi. Travail au parlement et vie politique », organisée par Sébastien Michon et Étienne Ollion.

See you in Montpellier!

  1. Plus exactement, nous avons reçu des propositions de chercheurs établis dans 13 pays différents, en excluant une proposition totalement hors-sujet (la seule) en provenance des Philippines. []
  2. Toujours si l’on exclut la seule proposition complètement hors-sujet, qui nous a été envoyée par deux jeunes étudiantes. La différence de proportion est non significative, mais cela reste regrettable. []

3 réflexions au sujet de « Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : demandez le programme »

  1. Je me permets de développer le « et al. » qui travaille avec moi, qui n’arrange nullement le ratio, mais il s’agit d’une très belle équipe (une équipe c’est féminin) qui mérite d’être mentionnée :

    Pierre-Alexandre Fonta, Roy Gava, Emmanuel Rousseaux et Yannick Rochat.

    Il existait un dernier bastion où il était possible de ne travailler qu’avec des hommes, je me reconvertirai le temps venu dans la physique quantique…

    • Il existe plein d’endroits, en France, où ne travaillent que des hommes. Les savonneries traditionnelles, par exemple (il n’en reste que trois). Ne me demande pas comment je sais ça !

    • …très intéressant. En tant que Suisse, je ne pensais pas à travailler en France non plus.

Les commentaires sont fermés.