Expérimentations naturelles

Le dernier numéro de Political analysis, la revue de la section “méthodologique” de l’APSA, est consacré aux expérimentations (ou “expériences” ?) naturelles (“natural experiments”).

Quiconque fréquente un peu les revues anglo-saxonnes sait que l’expérimentation en général, et l’expérimentation naturelle en particulier, est devenue ces dernières années une sorte de mantra de la science politique internationale – à tel point qu’il nous devient difficile de répéter le credo durkheimien selon lequel, en sciences sociales, l’expérimentation n’existe pas (et doit être remplacée par la comparaison) – sans même parler de la position de Passeron sur ce point, qui semble à mille lieues des conceptions épistémologiques du mainstream anglo-saxon.

Je n’ai pas encore lu le dossier, et j’essaierai si j’en ai le temps d’en faire une recension. Mais à parcourir le texte introductif au dossier, signé de Gregory Robinson, John E. Mcnulty et Jonathan S. Krasno, il semble que ces auteurs insistent sur le fait que cette notion d’ “expérimentation naturelle” est discutable et incertaine, et qu’il s’agit plus d’un artifice langagier (pour faire comme si on faisait des sciences dures) que d’une réalité bien établie. Tout cela m’a l’air passionant, et sera sans doute à l’origine de très vifs débats, vu que Political Analysis est la meilleure revue de science politique du point de vue de son facteur d’impact.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Joël (13 novembre 2009). Expérimentations naturelles. Polit’bistro. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/syl6


3 réponses sur « Expérimentations naturelles »

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search