Les principes de justice sociale dans un film d’horreur

Tous les films de la série Saw mettent en scène des jeux particulièrement cruels, où un candidat involontaire doit effectuer des choix impliquant des sacrifices assez atroces (souffrance auto-infligée, mort douloureuse pour une des deux parties du jeu, et ainsi de suite). Les jeux sont systématiquement paramétrés de manière à ce que le spectateur effectue lui aussi des choix, conscients ou pas, sur des critères rationnels ou pas. Il ne s’agit jamais de choix de Sophie, où le candidat serait contraint de faire un choix alors qu’aucun calcul ne peut produire de choix acceptable1.

Les éléments du dernier film en salle, Saw VI, recoupe le contexte politique actuel aux États-Unis : l’un des personnages principaux travaille pour une compagnie d’assurance-maladie. Une scène le montre en train de refuser un traitement de pointe à un patient sous prétexte qu’il ne remplit pas les critères permettant à l’assurance de se préserver une forte marge de profit. La plupart des systèmes de soins font réaliser ces calculs à des agences indépendantes, dont les calculs utilisent des données basées sur des budgets publics et des résultats médicaux, mais dans le cas des États-Unis, ce calcul est laissé aux acteurs privés, dont les choix reflètent des préférences plus proches de celles d’un marché ; en conséquence, les mécanismes assurantiels s’y appliquent radicalement2. Le film montre un de ces mécanismes, sa réception par le patient (qui ressent une injustice), et toute une suite de développements assez malsains de sa part3.

Le film a retenu mon attention parce qu’un des candidats dans ces jeux macabres est un fumeur, et que les principes de justice sociale peuvent s’appliquer à ce cas précis : faut-il responsabiliser les fumeurs en leur retirant la possibilité d’accéder à des soins qu’ils auraient pu éviter en cessant de fumer ? Plus concrètement, faut-il accepter de financer les dépenses de santé des fumeurs, ou faut-il les “responsabiliser” en refusant de financer les traitements pour des cancers du poumon ? Il y a plusieurs manières de poser cette question4. John E. Roemer a étudié cette question d’un point de vue égalitariste, notamment ici, et là, page 182-sq..

Il s’agit de questions sur lesquelles je ne dispose pas d’une expertise suffisante pour m’exprimer plus avant (les mécanismes économiques de l’assurance, le tabagisme et le carcinome du poumon, et les principes de justice sociale), mais si les films Saw (et en particulier le dernier) vous ont mis la puce à l’oreille, voilà trois directions possibles pour un peu de lecture thématique. Les économistes du coin auront peut-être quelques notes là-dessus (mots-clé : aléa moral, assurance, tabagisme, allocation, justice distributive).

  1. Le choix de Sophie vient d’un roman de William Styron, où une autorité insurmontable (un médecin officier nazi dans un camp de concentration) demande à une mère de choisir de sauver un seul de ses deux enfants, sans possibilité de sacrifice personnel. []
  2. Je ne rentre pas dans le détail, il faudrait laisser ça à un économiste ; fort heureusement, le petit bouquin de Pierre-Yves Geoffard explique tout cela très bien. []
  3. Concrètement, le film est fondé sur un modèle de justice “rétaliative”, pour faire un anglicisme : l’anti-héros principal place des individus opérant des choix qu’il perçoit comme injuste (ici, un choix capitaliste) dans une situation de choix plus juste selon ses propres critères, pour leur révéler leur propre erreur. Tout ceci est assez tordu, mais l’on peut quand même s’en servir pour réfléchir aux principes de justice. []
  4. Et la plupart évacuent des dizaines de paramètres : l’information des fumeurs sur leur pratique et ses risques pour la santé ; le lien précis entre un “style de vie”, le tabagisme, et une pathologie, le carcinome du poumon ; etc. []