« … et on va voir si après tu filmeras la police »

Guillaume Vadot est ATER en science politique à Paris 1, militant au NPA, et membre du comité de rédaction du site Révolution Permanente.

Sortant son téléphone portable pour filmer une arrestation manifestement très brutale dans une gare de Saint-Denis, il se retrouve plaqué contre un mur et menacé, entres autres joyeusetés, de viol, par des officiers de la police nationale.

Quelques relais dans la presse nationale :

Les titres de ces articles sont d’excellents cas d’étude de sociologie des médias et de la communication, mais passons.

Je relaie ici la conférence de presse qu’a donné Guillaume Vadot, dans l’espoir que celle-ci soit diffusée le plus largement possible :

J’en profite pour rajouter que j’ai trouvé particulièrement bien choisis les mots de Johanna Siméant, qui intervient brièvement dans cette conférence de presse au titre de directrice de thèse de Guillaume Vadot.

Aparté technique

Généralement, lorsque l’on demande à effacer un fichier sur un média statique, de type disque dur ou carte SD, le système de fichiers se contente de noter que le fichier n’existe plus (ce qui a pour conséquence de le faire sortir des fichiers visibles à l’utilisateur), et qu’à la prochaine occasion où le système aura besoin d’écrire quelque chose sur ce média, il pourra éventuellement le faire dans la zone mémoire qui était occupée par le fichier effacé.

À ce stade, le fichier effacé est encore intégralement présent sur le média, même s’il n’est plus listé comme tel : c’est seulement lorsque l’utilisateur créera de nouveaux fichiers qu’il y aura possibilité que le fichier effacé soit partiellement ou intégralement « recouvert » par ces nouvelles données.

La technique la plus simple pour immédiatement effacer un fichier « pour de vrai » est de demander au système de réécrire n’importe quoi (généralement des zéros) par-dessus la zone mémoire du fichier. Les systèmes sécurisés proposent toujours cette option, qui consiste souvent à réécrire plusieurs fois des zéros pour minimiser le risque de rémanence.

Fort heureusement pour Guillaume Vadot, les systèmes de fichiers des téléphones portables ne sont généralement pas très sécurisés, et les policiers qui l’ont interpelé ne sont visiblement pas des flèches en informatique. L’un de ces policiers lui a toutefois demandé s’il utilisait un « cloud« , c’est-à-dire un système de stockage à distance—ce qui témoigne bien de la volonté expresse de faire disparaître les vidéos filmées au moyen du téléphone.

En réalité, si l’on dispose d’un téléphone capable de filmer et d’une connexion Internet, ce n’est pas un simple « cloud » qu’il faut utiliser dans ce cas, mais une application qui communique avec un « cloud » immédiat et uni-directionnel, c’est-à-dire un « cloud » qui (1) reçoit les données en temps réel, et (2) qui ne permet de les supprimer à distance. De nombreuses applications existent à cet effet.