Rentrée universitaire. 1. L’état d’urgence nuit-il à nos campus ?

Premier épisode d’une série en trois volets.

Des mesures de sécurité en état d’urgence

Nous discutions, hier, avec un collègue (étranger) qui râlait contre les nouvelles mesures de sécurité appliquées par l’établissement où nous enseignons : badges d’accès obligatoires, fouille des sacs, et bientôt, portiques de sécurité.

Comme j’enseigne en établissement confessionnel, je ne peux m’empêcher de voir un lien entre une partie (une partie seulement) de ces mesures et l’assassinat du prêtre Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray cet été1.

Pour commencer à répondre à mon collègue, je lui ai dressé mon bilan personnel de ces différentes mesures, qui tient en trois points :

  1. Il y a quelques années, j’ai résidé à l’étranger, en Grande-Bretagne ; du coup, j’ai passé pas mal de temps dans les aéroports, qui sont des cibles privilégiées du terrorisme depuis de nombreuses années.

    Je me souviens d’un « examen aléatoire » des chaussures à Heathrow où tous les passagers sans exception étaient requis de se présenter en chaussettes. Pourquoi, dans ce cas, parler de contrôle « aléatoire » ?

    Et je me souviens aussi de ces contrôles renforcés au Terminal 5 du même aéroport, où le contrôle allait jusqu’à inclure un swipe peu précautionneux des claviers d’ordinateur pour y détecter des traces d’explosifs.

    Je pense que ces contrôles ont toujours l’air un peu absurdes quand on n’en a pas l’habitude, cette sensation étant renforcée par les tentatives souvent maladroites de justification qui les accompagnent.

  2. Depuis plusieurs années, je vis entre plusieurs villes, ce qui fait que je connais très bien l’univers des gares TGV françaises (univers fascinant au demeurant, mais c’est une autre histoire).

    On croise, dans les gares françaises mais aussi étrangères, plus de militaires et de fusils-mitrailleurs que si l’on déambule ailleurs. En conséquence, j’ai l’impression d’avoir vu beaucoup plus de FAMAS que beaucoup d’autres résidents français.

    J’en tire une seule observation : on s’y fait. Peut-être est-ce terrible, mais l’habituation est indéniable, et riche d’enseignements sur la vie dans les régimes autoritaires où la police et/ou l’armée sont omniprésentes2.

    Je rajoute que je n’ai jamais vu un seul militaire faire usage de son arme, ou même de la violence, devant moi—de toute ma vie. Il en va différemment de la police, que j’ai déjà vue « à l’oeuvre » en France. Les sentiments de confiance et d’inquiétude qui vont avec s’en trouvent nécessairement affectés.

  3. Je vais rajouter, pour terminer, mon expérience d’enseignant dans un établissement qui pratique très souvent, et ce depuis plusieurs années, les contrôles de sécurité, généralement lors de la venue de personnalités politiques, mais depuis l’état d’urgence, de manière continue.

    Dans cet établissement comme dans celui où j’enseigne de manière permanente, il a fallu s’habituer à systématiquement montrer patte blanche—et là aussi, on s’y fait, d’autant que l’on avait déjà pris l’habitude de le faire ponctuellement. L’effet d’habituation est crucial.

    Et ma propre expérience de la sécurité à l’entrée dans certains établissements est, en réalité, beaucoup moins aiguë que celle de certains de mes amis qui travaillent dans des établissements médicaux, par exemple. Toute une frange de la population connaît les contrôles et les portiques de sécurité depuis longtemps—sans même parler de ce que l’on trouve à l’étranger, par exemple dans certains établissements scolaires des États-Unis.

Pour les différentes raisons évoquées ci-dessus, mon sentiment est que les mesures de contrôle imposées aujourd’hui dans le cadre de l’état d’urgence (et avant ça, dans le contexte de la lutte contre le terrorisme) nous paraîtront toujours un peu absurdes—mais que nous allons nous y faire.

Cette prédiction a un côté très inquiétant : ces mesures sont, en réalité, partiellement absurdes, mais nous allons nous résigner à leur absurdité partielle.

Pourquoi partiellement absurdes ? Parce que le contrôle systématique des sacs est un jeu de détection frustrant qui n’éliminera jamais totalement la possibilité de faux négatifs. Parce que certains accès sont très surveillés alors que d’autres ne le sont pas du tout.

Parce que regrouper les visiteurs de la Cité des Sciences et de l’Industrie à l’entrée sous la forme d’une foule compacte, bordée d’un côté par une grande esplanade vide et de l’autre par deux vigiles aussi lymphatiques que non armés, est nécessairement absurde, voire contre-productif.

… Mais nous allons nous y faire, et nous avons une bonne dizaine d’années de cette atmosphère devant nous.

La question me semble être : lorsqu’un endroit protégé par ces différentes mesures sera attaqué (ce qui, à moyen terme, est inévitable) et qu’il y a aura des victimes, penserons-nous que « tout a été fait » pour éviter le drame ? Quelle attitude aurons-nous lorsqu’il faudra désigner les responsables : dédouanerons-nous les « protecteurs » du lieu ?

Tout, dans la littérature scientifique, semble indiquer que nos biais de jugement nous placent dans une situation piégée : non seulement notre réaction aux mesures de sécurité actuelles est biaisée de manière négative, mais rien ne laisse penser que ces mesures nous protègent des réactions scandalisées qui s’exprimeront dans le cas de leur mise en échec.

Des conséquences de ces mesures sur l’enseignement

La longue digression ci-dessus doit à présent céder la place à l’observation que j’ai trouvé la plus intéressante dans les remarques de mon collègue : que font les mesures de sécurité de l’état d’urgence à l’enseignement que nous délivrons ?

Car nos campus ne sont-ils pas censés, jusque dans leur architecture, être des symboles de l’ouverture au monde et aux autres, et de la liberté en général ?

Je ne peux m’empêcher de penser, ici, au campus historique de Paris 8, celui de l’Université de Vincennes, qui jusque dans son éloignement spatial, représentait cette liberté d’aller penser et débattre dans un lieu quelque peu retiré de la camisole sociale et urbaine, mais la même idée se retrouve dans les campus anglo-américains.

Poussons le raisonnement à l’extrême : nos campus, et nos cours, étaient déjà fermés (interdits d’accès, aussi bien matériellement que symboliquement) à de larges pans de la société ; par ces nouvelles mesures de filtrage et de contrôle, l’état d’urgence ne renforce-t-il pas, ou a minima ne rend-il pas encore plus saillant, ce sentiment diffus de travailler dans une communauté fermée ?

Je n’ai aucune réponse définitive à apporter à ces questions, mais il y a quelque chose de fondamentalement juste dans cette vision des choses. Et je suis aussi d’accord avec mon collègue pour dire qu’il y a quelque chose de tout aussi fondamentalement dérangeant dans la docilité et le suivisme qui s’expriment lorsqu’il faut signaler, par une mesure supplémentaire quelconque, que cet état des choses nous convient finalement très bien.

Peut-être est-ce par ce surcroît d’atomisation et d’enfermement que le climat sécuritaire actuel laissera ses traces les plus profondes.

  1. L’assassinat de personnel religieux n’est pas exclusif au terrorisme islamique, loin de là. Il y a de nombreux cas d’assassinats de prêtres ou de pasteurs en Irlande, dont certains sont directement liés à la Guerre d’Indépendance du début du 20e siècle ou aux « Années Troubles » de la fin du même siècle. Je me souviens aussi de l’assassinat de Frère Roger, le fondateur du mouvement oecuménique de la Communauté de Taizé, par une déséquilibrée mentale. J’en profite pour rappeler que les meurtres perpétrés par des malades mentaux sont rarissimes, bien que très médiatisés, comme le rappelle Luc Mallet dans un entretien récent ; la situation inverse est, hélas, infiniment plus fréquente. []
  2. Notons toutefois qu’en situation autoritaire, la vraie différence ne réside pas seulement dans la quantité d’hommes armés visibles, mais aussi, et peut-être surtout, dans la quantité d’indicateurs et d’informateurs présents de manière invisible dans la population civile. Le Maroc, par exemple, est incomparable à la France sur ce point : certains endroits des grandes villes sont constamment sous surveillance, de manière beaucoup plus étroite que les quartiers français les plus surveillés. []