La macroéconomie est un sport de combat

Mise à jour, 16 février 2017 : Olivier Godechot a publié une très bonne recension, calme et mesurée, de l’un des ouvrages cités dans ce billet.

Mise à jour, 23 novembre 2016 : Denis Colombi vient de publier un billet de blog sur le sujet abordé ci-dessous ; à déguster.

Paul Romer, Chief Economist à la Banque mondiale depuis peu et l’un des économistes régulièrement pressentis pour décrocher un jour le prix quasi-Nobel d’Économie pour sa théorie de la croissance endogène et pour ses travaux sur le changement technologique1, a récemment publié ce papier, qui est un délicieux jeu de massacres :

romer-1

romer-2

romer-3

Ce n’est pas la première fois que Romer prend la macro-économie à parti : son papier « “Mathiness in the Theory of Economic Growth” » était déjà une manière pour lui d’engueuler une bonne partie des macroéconomistes, en leur demandant de se mettre d’accord sur les fondamentaux, et de prendre les mesures nécessaires en cas de défaite dans l’affrontement qu’il appelle de ses voeux entre les différentes théories macroéconomiques qu’il juge incommensurables.

J’avoue que j’adore aller regarder les matches de boxe chez les économistes, parce qu’il y a vraiment du spectacle : les matches se jouent souvent sans les gants, et ça cogne fort, à coup de « ma science versus ta pseudo-science« . Les victoires se gagnent rarement par K.O., mais l’intention y est.

Un extrait supplémentaire du papier de Romer pour l’exemple :

romer-4

Et si vous n’avez pas le temps d’aller lire Romer, Noah Smith a résumé l’essentiel.

Un match de boxe économique française

cahuc-zylberberg Deux économistes français, Pierre Cahuc et André Zylberberg, ont récemment lancé leur propre match de boxe, en parlant de « négationnisme économique » (rien que ça) pour désigner l’économie qui échappe à leur définition de l’économie scientifique mais qui se vend néanmoins très bien dans différents segments des médias.

Je n’ai pas lu l’ouvrage, mais le compte-rendu de Stéphane Ménia chez Éconoclaste confirme que les auteurs n’y vont pas de main morte, et qu’on est bien dans un combat que les auteurs espèrent voir se finir au tapis.

Les économistes donnent souvent l’impression d’être très sûrs de gagner le match quand ils montent sur le ring, ce qui rend le match encore plus amusant quand ils se plantent : Cahuc et Zylberberg, par exemple, semblent manier l’épistémologie avec la subtilité d’un étudiant de première année de Licence, et ne semblent pas avoir pris le temps de répliquer les papiers qu’ils citent pour défendre leurs positions2.

Ce match a l’air moins intéressant que Romer v. Macroeconomics : Cahuc et Zylberberg se retrouvent déjà en difficulté au deuxième round, leur contre-attaque au troisième round m’a semblé bien faible, et effectivement, Alexandre Delaigue, l’autre Éconoclaste, n’a au aucun mal à taper fort là où ça fait mal.

Bref, le match est en train de tourner court pour ses instigateurs, et j’avoue que je n’ai même pas réussi à comprendre s’il s’agissait d’un match de « macro » ou de « micro ».

Depuis que j’ai rédigé la première version de ce billet, le match est devenu une sorte de grosse mêlée, avec réactions de toutes parts : André Orléan et l’AFEP (les premiers visés), mais aussi tout ce que la France comptent d’économistes avec une boîte email, s’y sont invités, et le tout ressemble désormais à un match de boxe de rue.

Passons, et revenons-en, comme l’a fait Béatrice Cherrier dans un billet bien mieux documenté et structuré que le mien, à Romer v. Macroeconomics.

Mon match de macroéconomie favori

Romer v. Macroeconomics s’annonce divertissant, mais si vous avez le temps d’aller assister à un match de boxe macroéconomique qui dure depuis plusieurs années et qui n’est pas prêt de se terminer, je recommande celui sur le DSGE et sa modélisation :

Et la nature modélisée du raisonnement économique garantit d’autres beaux matches à l’avenir, en fonction du degré d’abstraction (et donc d’évasion de la réalité) que la discipline est disposée à admettre.

Dernières petites choses

Le truc le plus intéressant cité dans ce billet reste le papier de Romer. Si vous êtes plus curieux de savoir ce qu’il prévoit de faire à la Banque mondiale, allez voir cette conférence.

Le papier de Romer est aussi intéressant pour ce qu’il a à dire du raisonnement bayésien appliqué aux problèmes d’identification dans les modèles économiques (Section 5.3, pages 13-14), et j’ai aussi beaucoup aimé son billet de blog sur « Abstraction vs. Radical Specificity« .

rodrik Outre Romer, les autres économistes américains que j’aime bien lire de temps à autre incluent ceux cités dans ma liste « DSGE » plus haut, ainsi que Dani Rodrik, qui vient justement de sortir un ouvrage de self-defense économique assez recommandable, car très lisible et en même temps très complet : on y retrouve les métaphores et les modèles essentiels de l’économie, dans une forme plus comestible que dans un manuel d’économie classique à la Mankiw.

  1. Voir les prédictions d’Alexandre Delaigue, du blog Éconoclaste, en 2005, 2006, 2008, et 2015. []
  2. Dixit un collègue qui a tenté de répliquer le papier sur l’effet des 35 heures : apparemment, ça ne réplique pas ; voir aussi ce billet de Thomas Coutrot, qui a eu presque la même idée de titre que moi. []

2 réflexions au sujet de « La macroéconomie est un sport de combat »

  1. Par son papier, Romer prend aussi largement part au débat sur les DSGE !

    • Indeed, mais sa cible est plus large, alors que Caballero, par exemple, réduit vraiment tout le problème à ça.

      Je ne sais pas trop quoi en penser moi-même, n’ayant aucune compétence sur le sujet, mais je fais confiance à John Quiggin, et il a identifié beaucoup d’autres cibles intéressantes.

Les commentaires sont fermés.