Trump : comment en est-on arrivé là, et va-t-on y rester longtemps ?

Le dernier tour pris par la campagne électorale de Donald J. Trump est tout aussi confondant que les précédents, mais la lecture de l’article du Guardian ci-dessous m’a donné envie de partager avec vous l’une des photos de Trump que l’on y trouve :

donald-trump-1

donald-trump-2

Pour celles et ceux qui se demanderaient d’où vient ce logo bizarre à l’ironie si parfaite, il s’agit à la fois d’une référence à la comédie musicale Les Misérables qui tourne en boucle sur Broadway, et d’une allusion à une phrase d’Hillary Clinton sur la nature « déplorable » d’une partie (selon elle, la moitié qui serait sexiste, raciste, homophobe et islamophobe) des soutiens électoraux de Donald Trump dans la population.

Je ne sais pas s’il est très judicieux de prendre au sérieux l’expression de Clinton, plus violente dans sa tournure exacte que ce que j’en ai retenu ci-dessus : Clinton a parlé de « basket of deplorables« , ce qui peut raisonnablement se traduire par « ramassis d’abrutis ». Mais peut-être est-ce toutefois le moment de se demander quels seront les effets à long terme de la candidature de Trump.

Le commentaire de Clinton, qu’elle a retiré depuis avec toute la bienséance stratégique de la personnalité politique qui joue sur plusieurs fronts électoraux à la fois, suppose en effet qu’une large partie de la population des États-Unis est disposée à entendre qu’entre un cinquième et un quart du pays est composé de dégénérés irrécupérables, et qu’une autre fraction de taille égale est trop idiote pour avoir vu le piège que la candidature de Donald Trump leur tend.

Et l’on peut évidemment penser que c’est de bonne guerre, dans la mesure où ce sont les irrécupérables en question qui ont ouvert les hostilités, comme l’explique très bien le détail de leur ethnocentrisme déclaré :

trump-feeling-therm-bar

Notez bien que les auteurs du texte dont est issu le graphique ci-dessus ont fait de leur mieux pour vérifier que l’attitude ethnocentrique des électeurs de Trump est plus prononcée que celle de l’électorat républicain en général—bref, en d’autres termes, que Trump est en train de rendre les choses encore pire qu’elles ne l’étaient déjà :

trump-whiteresentamerident11d

À ce stade, j’ai envie de poser deux questions.

Comment en est-on arrivé là ?

Dans mon précédent billet sur la candidature de Trump, je parle surtout de son hold-up électoral sur le Parti républicain, dont j’ai encore du mal à réaliser qu’il ait pu se faire braquer par un seul homme, aussi riche et mal coiffé soit-il. Toutefois, si l’on se pose la question de savoir comment est-ce que l’on en est arrivé là, il faut naturellement remonter plus loin dans le temps—bon, peut-être pas jusqu’à la Guerre de Sécession, hein.

De mon point de vue, la meilleure explication du processus de court terme qui nous a fourni ce clown triste qu’est Trump est à trouver dans un papier de Michael Tesler :

tesler

J’avais déjà évoqué ce papier (voir aussi cet autre signalement), en soulignant que le phénomène qu’il souligne, c’est-à-dire l’élévation du ressentiment racial aux États-Unis, ne commence pas avec la réforme du système de santé de Barack Obama. Je citais à ce propos l’ouvrage Off Center de Pierson et Hacker, qui explique entre autres que la « dérive des continents électoraux » démocrate et républicains aux États-Unis a des origines plus anciennes que l’élection de Barack Obama.

Reste que c’est avec l’élection d’Obama, puis avec sa réforme du système de santé, que s’est cristallisée, dans la période récente, la partie la plus dommageable de la polarisation politique américaine : celle qui, au-delà des doutes somme toute inoffensifs sur le lieu de naissance du premier président Noir des États-Unis, a aussi laissé entendre que ce président était musulman, insinuation que peu d’électeurs seraient disposés à accueillir par le flegmatique « What if he was? » de Colin Powell.

Encore une fois, la grille de lecture anti-élitiste, raciste et islamophobe est tout sauf nouvelle aux États-Unis : l’explosion des hate groups après l’élection de Barack Obama en 2008. Mais à partir de la réforme du système de santé et de sa première conséquence politique, l’émergence du Tea Party, il a fallu compter avec une branche « non armée » (quoique…), et très bien organisée puisqu’à la fois politiquement représentée et financée de manière pérenne, de ces groupes.

koch-network-extremism

Pour finir, si l’effet mesuré par Michael Tesler persiste aujourd’hui, son dernier ouvrage en montre aussi l’effet-retour : loin d’atténuer le ressentiment racial aux États-Unis, l’élection et la présidence d’Obama ont permis à une partie substantielle de l’opposition républicaine de s’organiser en partisans du racisme systémique—Trump fournissant aujourd’hui l’effet multiplicateur qui permet d’étendre le domaine du préjudice aux femmes, aux Musulmans, aux Hispaniques et à tous les autres, sans avoir besoin de rejoindre une milice paramilitaire sudiste.

Deuxième question.

Que restera-t-il de tout ça le 5 novembre ?

Personnellement, je vois très mal comment la tendance actuelle pourrait s’inverser sous Clinton, et ce quel que soit le nombre d’années qu’elle passera au pouvoir—en supposant qu’elle l’exerce, mais c’est autrement plus probable que le scenario inverse, et je n’ai vraiment pas envie de savoir à quoi ressemblerait President Trump, et surtout la société qui irait avec.

La présidence Clinton s’annonce (j’insiste sur le terme) très peu transformative. Pour le moment, sa promesse la plus importante, qu’elle a récupéré de son ancien concurrent démocrate Bernie Sanders, semble être la suppression des frais d’inscription dans les universités publiques d’ici 2021. Pour les raisons que donne Corey Robin, c’est une mesure qui est loin d’être mineure, mais c’est aussi une mesure qui sera largement financée par les étudiants eux-mêmes, ce qui signifie qu’elle ne sera mettra en place qu’au fur et à mesure d’un dispositif qu’on est en droit d’imaginer très long.

Le même Corey Robin pense aussi, et je me sens proche de sa position, que la présidence Clinton ne sera pas une présidence de « réalignement » politique au moyen d’une lutte contre un adversaire abstrait qui changerait à la fois l’orientation des politiques publiques et les règles de la compétition électorale, mais simplement celle qui succèdera à l’élimination d’un rival inacceptable. Toute ressemblance avec un autre président serait naturellement fortuite…

Bon, c’est peut-être du bluff, et peut-être qu’une fois au pouvoir, Hillary Clinton reprendra la réforme du système de santé où celle-ci s’est arrêtée, et fera passer une forme d’option assurantielle publique qui accentuera la concurrence sur les prix dans le secteur des assurances-maladie. Ce serait toutefois peu probable : son passé en matière de réforme de la santé menacerait de la rattraper, et Hillary Clinton ne voudra certainement pas prendre le risque de déclencher une autre « Tea Party« .

La variable la plus importante ici me semble être la structure que prendra l’opposition à Hillary Clinton une fois qu’elle aura accédé au pouvoir : si celle-ci reprend une forme de « Tea Party » échappant au moins en partie à l’establishment du Parti républicain jusqu’à présenter de nouveaux candidats à la Michele Bachmann, alors le cauchemar Trump continuera, même sans lui.


6 réflexions au sujet de « Trump : comment en est-on arrivé là, et va-t-on y rester longtemps ? »

  1. Si j’ai bien saisi, et que je grossis bien le trait, Clinton est moins pire face au pire que constitue Trump, et elle dépend de la bonne volonté de son opposition ? Ça fait quand même un moins pire vraiment proche du pire.

    Je provoque un peu mais je ne peux m’empêcher de constater que cette paire de candidats est très inquiétante pour le reste du monde, compte tenu de la capacité des États-Unis à projeter, involontairement ou pas, une image d’exemple.

    • Vous avez bien saisi : la présidence Clinton me paraît moins dangereuse que celle de Trump, ne serait-ce que parce qu’elle serait plus contrainte par le parti qui l’aura engendrée.

      Le fait que le pouvoir présidentiel soit lié à l’attitude de l’opposition est tout sauf un problème de mon point de vue. Si vous enlevez cet élément de l’équilibre des pouvoirs, il n’en reste plus grand chose.

      Et je ne sais pas quoi penser de votre affirmation sur l’exemplarité supposée des États-Unis.

  2. Sauf que son opposition peut potentiellement tendre vers un comportement dangereux. Ce qui n’offrirait au final aucun « avantage » à l’élection de Clinton face à Trump. Je trouve cela inquiétant, sans oublier que Clinton a l’air plus belliqueuse que Trump dans ses objectifs de relations internationales – chose dont le « monde » se passerait bien.

    L’exemplarité des États-Unis, au-delà même des modes marketing qu’elle peut entraîner, se fait sentir dans la vie politique. Les primaires, le marketing politique, et si l’on remonte plus loin dans l’histoire les (fameuses) relations publiques. Si Trump réussit à être élu, je pense que ses méthodes de campagnes seront réutilisées en France et compte-tenu du « climat social » très tendu, cela aussi m’inquiète fortement.

    • N’importe quel acteur démocratique peut tendre vers un comportement dangereux ou belliqueux. Barack Obama n’a pas été totalement non-interventionniste, ou en tout cas l’a moins été dans les faits que dans l’affichage, et les conséquences peuvent être tout aussi désastreuses que d’autres postures.

      Je pense qu’il vaut mieux abandonner la recherche d’un « avantage » dans l’élection de X ou Y ; le seul avantage d’une élection démocratique est l’opération élective elle-même. Si les USA choisissent d’avoir des crétins dangereux au pouvoir et une politique étrangère nuisible aux populations mondiales, c’est un problème, mais ce n’est pas un problème électif. Nous avons les mêmes problèmes ailleurs, avec ou sans élections.

      Et Trump n’inspire pas la France, c’est l’inverse : Trump est un équivalent nord-américain de Geert Wilders, Marine Le Pen et Viktor Orban. Il y a des affinités électives entre les continents, et même au niveau du marketing politique, c’est une invention à la paternité partagée.

  3. Ah oui je comprends. Je voyais les choses de façon un peu trop globale. Merci pour cet échange, c’était très enrichissant.

    • C’est peut-être moi qui vois les choses de manière assez globale…

      On parlait de Trump hier avec quelques étudiants et collègues, et pour moi, mais pas pour eux, Trump est la version « US » de Florian Philippot : concrètement, il joue pour sa pomme et rien d’autre, en utilisant la ressource-clé qu’il a identifié dans le système (la gloire par l’argent pour Trump, l’honneur par la souveraineté nationale pour Philippot, la xénophobie des deux côtés), en capitalisant là-dessus avec pour seul objectif de gagner, pour la gloire, et sans aucune colonne vertébrale idéologique ou programmatique – tout est bon pour gagner.

      Merci également pour cet échange !

Les commentaires sont fermés.